Hodgson et les Reds, c'est fini

  • A
  • A
Hodgson et les Reds, c'est fini
Partagez sur :

Elle ne faisait plus guère de doutes, la séparation entre Liverpool et l'entraîneur Roy Hodgson est officielle ce samedi matin. Le club de la Mersey a annoncé qu'il mettait fin d'un commun accord au contrat de son technicien six mois seulement après l'arrivée de ce dernier à la tête des Reds. Une solution interne est privilégiée puisque c'est l'ancienne gloire du club, Kenny Dalglish, jusqu'alors en charge de la formation, qui lui succède.

Elle ne faisait plus guère de doutes, la séparation entre Liverpool et l'entraîneur Roy Hodgson est officielle ce samedi matin. Le club de la Mersey a annoncé qu'il mettait fin d'un commun accord au contrat de son technicien six mois seulement après l'arrivée de ce dernier à la tête des Reds. Une solution interne est privilégiée puisque c'est l'ancienne gloire du club, Kenny Dalglish, jusqu'alors en charge de la formation, qui lui succède. Les indices finissaient par être tous concordants. L'avenir de Roy Hodgson à la tête de Liverpool apparaissait ces dernières heures totalement compromis. Entraîneur des Reds depuis six mois, le coach ne se faisait plus aucune illusion après le dernier revers, le neuvième de la saison, concédé sur le terrain de Blackburn en championnat (3-1) et synonyme de douzième place au classement de la Premiership, à quatre points seulement du premier relégable et à... dix-neuf points du leader, Manchester United. La défaite de trop... Déjà The Sun révélait le discours de l'intéressé dans le vestiaire fait ce jour-là à ses joueurs, à travers lequel filtrait une résignation évidente: "Ça a été un plaisir de travailler avec vous tous, mais je suis persuadé que les propriétaires voudront me débarquer après ce match. Ce n'est pas plaisant d'entendre vos propres fans chanter le nom d'un nouveau manager toutes les deux minutes." En technicien expérimenté et rompu à la loi du milieu, Hodgson savait déjà que ce nom, revenu sans cesse à ses oreilles, désignait son successeur. Vendredi, à deux jours du choc en Cup face à Manchester United, ses dirigeants l'avaient privé à la dernière minute de conférence de presse. L'affaire était entendue et samedi, c'est le directeur du centre de formation, Kenny Dalglish, figure historique des Reds, qui occupa déjà les fonctions de coach dans les années 1980, qui a été intronisé à la place d'Hodgson, dont le contrat a été rompu d'un commun accord. "Nous sommes reconnaissants des efforts effectués par Roy au cours des six derniers mois, mais pour l'intérêt du club, les deux parties estiment qu'il est préférable qu'il se retire de son poste de manager, a souligné par le biais d'un communiqué convenu l'actionnaire principal, John Henry. Nous lui souhaitons tout le meilleur pour l'avenir." Hodgson: "Je suis très triste..." Avec seulement sept petites victoires décrochées en vingt journées de championnat et surtout cinq revers lors des huit dernières levées, l'échec apparaît aujourd'hui cuisant pour Hodgson, qui n'aura pas su assumer son statut de meilleur entraîneur en Angleterre décerné en 2010 au pris d'une superbe saison avec Fulham. La succession de Rafael Benitez n'avait sans doute rien d'une sinécure, mais le Britannique n'aura eu de cesse de dénoncer le manque d'investissement sur le marché des transferts, n'obtenant que l'arrivée l'été dernier du Portugais Meireles, là où Poulsen, Cole et Jovanovic lui furent imposés. A l'écouter, le jeu était biaisé d'entrée... Son amertume n'en est, on l'imagine, que plus grande. "Entraîner Liverpool a été un grand privilège, avance-t-il pourtant aujourd'hui en guise d'adieux. Tout entraîneur serait honoré de gérer un club qui possède une telle histoire, pleine de tradition et avec des supporters si incroyables. Liverpool est un des plus grands clubs du monde. Ces derniers mois ont cependant sans doute été les plus difficiles de ma carrière. Je suis très triste de ne pas avoir pu mettre mon empreinte sur l'équipe, qu'on me laisse le temps de recruter de nouveaux joueurs et d'avoir pu faire partie du processus de reconstruction. Le club a quelques grands joueurs de classe mondiale, avec qui ça a été un plaisir de travailler et je leur souhaite le meilleur pour le reste de la saison. Je remercie tous ceux avec qui j'ai été en étroite relation de travail, pour leur loyauté et leur soutien. Et enfin, bien sûr, je remercie les fans, pour leur passion et leur dévouement pour le club qu'ils retrouveront à nouveau en haut de l'affiche." Une page se tourne chez les Reds et l'avenir s'annonce des plus incertains...