Henry: "j'ai accepté"

  • A
  • A
Henry: "j'ai accepté"
@ Reuters
Partagez sur :

EQUIPE DE FRANCE - L'attaquant accepte son statut de remplaçant, décidé par Domenech.

EQUIPE DE FRANCE - L'attaquant accepte son statut de remplaçant, décidé par Domenech.Thierry, comment réagissez-vous à votre nouveau statut de remplaçant ?Tout le monde se met au service du groupe. Quand tu es un compétiteur, que tu aimes le football - c'est ma passion -, tu as toujours envie de jouer et il faut respecter le choix du coach. Les joueurs qui sont sur le terrain donnent tout pour le maillot et ceux qui sont sur le banc sont là pour les aider. Une compétition, ça se joue à 23, il faut mettre (les titulaires) dans les meilleures dispositions.Avez-vous demandé à Raymond Domenech de vous emmener au Mondial en tant que remplaçant alors que lui-même ne souhaitait pas vous prendre ?J'ai entendu des choses inadmissibles, des informations dont on ne sait pas d'où elles sortent (...) Le coach est venu me voir à Barcelone, il m'a dit que je ne commencerais pas les matches, j'ai accepté. Il y a une logique dans le football. Sur les quatre derniers mois, je n'ai pas beaucoup joué. (...) Il m'a dit qu'il y aurait du temps pour travailler."Il y a un joueur devant qui est Nico (Anelka) et il faut le respecter" Comment appréhendez-vous ce nouveau rôle ?J'ai toujours eu la chance de jouer en club et j'arrivais en pleine forme physique aux grandes compétitions. Sur les quatre derniers mois, j'ai beaucoup moins joué, il y a un joueur devant qui est Nico (Anelka) et il faut le respecter. J'essaie de donner le maximum à l'entraînement pour essayer de retrouver du rythme, mais on n'est pas là pour savoir si ça me fait plaisir ou pas, le coach est là pour faire son équipe. Derrière, il ne m'a rien demandé, il met son équipe en place et il faut le respecter, peu importe qui joue ou qui rentre, il faut donner le maximum.La nouvelle tactique de l'équipe de France, en 4-3-3, vous donne-t-elle plus de chances de jouer puisque vous pouvez jouer dans l'axe et à gauche ?Si le coach a besoin de moi ou d'un autre, dans l'axe ou sur le côté, ce n'est pas un problème. La question, c'est: « Est-ce que ça renforce les chances de remporter la Coupe du monde ? ». On verra bien après (le match amical contre) la Chine, on est toujours dans la préparation.Comment vous sentez-vous ?Je me sens bien physiquement dans les prises de balle, dans les appels de balle, mais je ne peux pas vous en dire plus car je n'ai pas joué plus de 45 minutes (lors des matches amicaux), or c'est plus tard qu'on commence à piocher. Je me sentais bien aussi à Barcelone et je n'ai pas mal joué le peu que (l'entraîneur) m'a fait jouer.N'est-ce pas difficile d'entrer en jeu en cours de match ?A 20 ans, je sortais du banc et je n'avais pas besoin de m'échauffer. C'est plus dur maintenant, mais du banc, tu peux aussi regarder ce que tu peux apporter à l'équipe et pas te contenter de regarder le ciel, tu peux analyser ce que tu peux faire.Que ressentez-vous à l'idée de devenir le premier joueur français à disputer quatre coupes du monde ?On en reparlera quand tout ça sera fini, mais (...) il y a une fierté, c'est quelque chose de grand. Mais je ne veux pas m'étendre sur le sujet maintenant.Est-ce votre dernière grande compétition avec l'équipe de France ?On ne peut jamais dire jamais, mais bon...