Harinordoquy: "Pas un soulagement, du plaisir"

  • A
  • A
Harinordoquy: "Pas un soulagement, du plaisir"
Partagez sur :

Voici les déclarations recueillies à l'issue du match entre la France et le Pays de Galles samedi au Stade de France (28-9).

Voici les déclarations recueillies à l'issue du match entre la France et le Pays de Galles samedi au Stade de France: Thierry Dusautoir (capitaine du XV de France): "Je suis content pour l'équipe, pour Marc, pour le staff et l'ensemble de l'encadrement. Ça a été une semaine très compliquée, mais c'est une semaine qu'on avait méritée en perdant en Italie ; on a su rebondir en réalisant un bon match de rugby. L'ensemble du match a été difficile, notamment physiquement parce qu'ils étaient très présents, ils avaient annoncé qu'ils voulaient jouer énormément, dès la première mi-temps, ils nous ont mis sous pression d'entrée, le match a commencé sur un tempo assez élevé, et à la mi-temps, on menait 11 à 3, le discours était de maintenir la pression et de ne pas se relâcher. Même s'ils ont mieux repris la seconde période que nous, on a su bien répondre." Warren Gatland (entraîneur du Pays de Galles): "C'est une performance très décevante. On a perdu trop de ballons, notamment dans le camp français et commis des fautes à des moments importants. Je ne comprends pas, notre préparation était idéale, une préparation physique allégée, mais on a failli mentalement, je suis très déçu. La France a provoqué sa chance, elle a réalisé une très belle performance grâce à ses avants, sur tous les points de rencontre, après toutes les critiques de la semaine, ils ont su redresser la barre. (...) Chaque année, tout le monde attend la dernière affiche entre la France et l'Angleterre, cette année, tous les matches ont été très serrés, chaque équipe a prouvé qu'elle pouvait battre n'importe qui et c'est très encourageant. Il faut persévérer dans cette voie pour la qualité de cette compétition." David Marty (trois-quart centre du XV de France): "Ça s'est bien passé. Surtout après la déception et la frustration. C'est surtout bien, après avoir dit qu'on allait réagir, de l'avoir fait. C'est bien. Pour l'état d'esprit, pour l'équipe. Au début, on a un peu bafouillé. On avait un peu de pression. Après, on a réussi à reprendre le dessus et mettre les choses en place. On espérait un accueil comme celui-là, le public nous a beaucoup aidés dans les moments difficiles du match, et il y en a eus." Damien Traille (trois-quart centre du XV de France): Malgré la déconvenue de l'Italie, c'était bien d'avoir le soutien du public ce soir. On se devait de se racheter. Le début de semaine a été très compliqué comme vous pouvez l'imaginer après tout ce qui s'est dit à l'intérieur du groupe comme à l'extérieur. On se devait de rendre une copie propre et de sortir avec une victoire pour ne pas cogiter pendant six mois jusqu'à la Coupe du monde. On a réussi à rebondir et à atteindre l'objectif que l'on s'était fixé. J'espère que ce passage à vide nous aura permis d'en tirer les enseignements, de crever l'abcès et de trouver des solutions." Morgan Parra (demi de mêlée du XV de France): "On savait qu'il était là pour faire du jeu, pour nous mettre à la faute, pour marquer des points et essayer de prendre cette deuxième place, voire la première. On a répondu présent dans le secteur de l'agressivité, du combat, de la défense. On a su gratter les ballons au bon moment, ne pas se consommer dans les rucks, ne pas être en surnombre." Julien Bonnaire (troisième-ligne du XV de France): "On a su réagir après une semaine compliquée, avec pas mal de critiques... On a répondu de la meilleure des manières. Le vrai supporteur est là dans les moments faciles comme dans les moments compliqués. Et ce soir, le punblic a été là quand il le fallait. Il y a un peu de soulagement. Même si on a été fébrile en début de match, après on a fait de bonnes choses. Il faut garder ça pour la suite. On termine deuxièmes, c'est la magie du Tournoi ! On sait très bien que l'on aurait pu jouer la première si on n'était pas passé à côté en Italie..." Imanol Harinordoquy (troisième-ligne du XV de France): "Ce n'est pas un soulagement, c'est un plaisir, un plaisir de retrouver des couleurs, de retrouver une équipe déterminée, qui est rentrée dans le match comme il fallait, avec beaucoup d'engagement, avec l'envie de gagner les duels face à une équipe galloise qui nous a un peu piqués au vif en annonçant qu'elle venait pour gagner ici et nous mettre 40 points. C'est un match que l'on avait envie de gagner pour nous. Aujourd'hui, il fallait d'abord mettre les choses au point devant, être performants, sur les attitudes, sur les contacts, dans les rucks. On a réussi quelques ballons portés qui nous ont fait du bien au moral, ça faisait longtemps qu'on n'avait pas réussi ça. On a su aussi dynamisé autour, lancer le jeu par les trois-quarts. Ce qui fait plaisir, c'est d'avoir joué ensemble. On a senti qu'il y avait du liant." Maxime Médard (arrière du XV de France): "Après cette défaite en Italie, on voit que dès qu'on met un peu de solidarité, on fait de belles choses. Il faut insister sur ça, continuer à s'encourager et être positifs. Aujourd'hui, on a montré d'autres choses, de la solidarité. Sur le plan du jeu, on a respecté ce que l'on avait dit : des choses simples mais efficaces. On a bien discuté et on a simplifié les choses. Tout le monde a respecté ça. Et on a vu des choses sympathiques. On a mis du temps à entrer dans le match, tout le monde était tendu. On sentait à l'échauffement que tout le monde voulait jouer, ça faisait deux jours qu'on était à l'hôtel... Plus la pression de la semaine." Lionel Nallet (deuxième-ligne du XV de France): "Je suis content parce qu'on a mis les choses à l'endroit, comme il faut. On a démarré le match avec l'envie de combattre, de les agresser. C'était le plus important. Le fait d'avoir envie d'avancer, le fait de s'être projeter dans le combat, ça fait qu'on est présent sur les bons coups aussi."