Hantz: "Bastia a une longue tradition avec la Coupe"

  • A
  • A
Hantz: "Bastia a une longue tradition avec la Coupe"
Partagez sur :

Arrivé à Bastia cet été avec un objectif, la remontée immédiate en Ligue 2, Frédéric Hantz ne prend pas la Coupe de France à la légère. Double demi-finaliste de la Coupe de la Ligue avec Le Mans (2006 et 2007), l'entraîneur bastiais perçoit le septième tour à Istres ce samedi comme un "bon test". D'autant que le Ruthénois connait l'histoire de son nouveau club dans cette compétition.

Arrivé à Bastia cet été avec un objectif, la remontée immédiate en Ligue 2, Frédéric Hantz ne prend pas la Coupe de France à la légère. Double demi-finaliste de la Coupe de la Ligue avec Le Mans (2006 et 2007), l'entraîneur bastiais perçoit le septième tour à Istres ce samedi comme un "bon test". D'autant que le Ruthénois connait l'histoire de son nouveau club dans cette compétition. Frédéric, vous voilà au septième tour de la Coupe de France face à une équipe de Ligue 2, Istres... Est-ce un vrai test alors que votre nouveau challenge à Bastia se passe plutôt bien (en tête du National) ? Oui, c'est vrai qu'on est sur une excellente série. Ce match de Coupe, je le prends vraiment comme un bon test face à une bonne équipe de Ligue 2. Je pense qu'on ne les prend pas au bon moment, ça aurait été mieux il y a un mois et demi car ils viennent de gagner deux fois d'affilée. Pour nous, la Coupe de France n'est pas un objectif prioritaire et finalement, ce n'est pas plus mal de jouer une équipe de Ligue 2 car ça permet de rester sur des matches de bonne intensité. Et d'encore apprendre. Pas un objectif, mais Bastia dispose d'une vraie histoire dans cette compétition (victoire en 1981, finaliste en 1972 et 2002, ndlr). Ne subsiste donc pas l'envie d'une nouvelle belle aventure et d'un plus pour le groupe ? Oui, complètement. C'est une compétition que j'apprécie beaucoup, le club aussi puisqu'il a une longue tradition avec la Coupe de France. C'est vrai qu'on se focalise plus cette saison sur le championnat mais je prends ces matches comme des expérimentations intéressantes, en se confrontant à d'autres équipes, souvent supérieures. C'est forcément intéressant. Mais cela reste un match, on doit se concentrer là-dessus, sur la façon d'embêter cette équipe d'Istres et non penser à des objectifs en Coupe de France. Cette rencontre face à un adversaire du niveau supérieur ne peut-elle pas aussi permettre de valider le potentiel offensif perceptible en National, illustré par la belle forme de David Suarez (meilleur buteur avec 9 réalisations)? Oui, mais c'est comme quand une équipe prend des buts ou n'en prend pas. On dit meilleure attaque ou meilleure défense. Je dis plutôt : équipe qui marque des buts, ou prend peu de buts. Parce que c'est vraiment un travail général. Après, c'est vrai que ce sont les attaquants qui finissent le boulot et que c'est le plus dur. On est donc content pour David qui retrouve le goût de marquer, la joie mais c'est plutôt un souci collectif. On a des joueurs intéressants offensivement. Mais on ne se fait pas d'illusions, on sait que ce ne sera pas simple à Istres. Il faudra qu'on soit à notre meilleur niveau pour pouvoir marquer et passer ce tour. "On sait tous que les joueurs abordent ces matches là avec du sérieux et une grosse envie" Dans le même temps, vous êtes à la recherche d'un renfort défensif... Comment se passe la mise à l'essai de l'ancien Manceau Amiran Sanaia, jeune latéral arrivé cette semaine ? On a un effectif qui n'est pas très riche en quantité mais on arrive à se débrouiller sur tous les postes. Par contre, en latéral gauche, c'est vrai qu'on a dû parfois bricoler car on n'a que Féthi Harek. On a parfois fait descendre Mathieu Robail. Mais je souhaitais quelqu'un. On verra si c'est possible, si lui aussi souhaite rester. Il sera encore là la semaine prochaine avec nous. Aujourd'hui, sur ce qu'on a vu, il semble intéressant mais on prendra une décision à la fin du mois, et lui aussi. Comment s'est passée la préparation de ce match qui sera diffusé, une petite nouveauté cette saison pour vous ? Visiblement, vous avez surtout cherché à ménager vos joueurs via plusieurs jours de repos... Oui, j'avais donné un challenge la semaine dernière où on avait trois matches à jouer. Des jours de repos en fonction du nombre de victoires. Comme on a gagné les trois, les joueurs ont eu trois jours de repos ! On a donc repris simplement mercredi après-midi avec une séance de reprise, puis un peu plus d'intensité avec des oppositions. C'est donc un peu particulier, très sincèrement, je ne sais pas dans quelle disposition athlétique on sera mais je sais que mentalement, le groupe est bien, a retrouvé un peu de fraicheur. On sait tous que les joueurs abordent ces matches avec du sérieux et une grosse envie. J'espère qu'on n'aura pas trop de creux durant le match mais mon souci se porte surtout sur cette équipe d'Istres. Quelle est justement votre perception de l'équipe dirigée par José Pasqualetti ? Je les trouve très dynamiques actuellement, avec une équipe assez complète. On n'est pas favoris, on y va vraiment en position de challenger. Mais je pense qu'on va assister à un bon match, Istres propose du jeu, techniquement, collectivement. On est nous aussi dans cette démarche. Ce sera ouvert, car pour les deux équipes, ce match est d'avantage une étape qu'une finalité.