Hamilton rit jaune

  • A
  • A
Hamilton rit jaune
Partagez sur :

Apparu à son avantage en Corée du Sud il y a quinze jours, Lewis Hamilton s'est manifestement bien acclimaté au nouveau circuit indien. Ce vendredi, le pilote McLaren s'est fendu du meilleur temps des premiers essais libres disputés sur le circuit de Buddh, laissant le leadership à Felipe Massa dans la seconde manche. Pourtant le Britannique ne peut être satisfait de sa journée, lui qui comme Sergio Perez sera pénalisé de trois places sur la grille de départ dimanche.

Apparu à son avantage en Corée du Sud il y a quinze jours, Lewis Hamilton s'est manifestement bien acclimaté au nouveau circuit indien. Ce vendredi, le pilote McLaren s'est fendu du meilleur temps des premiers essais libres disputés sur le circuit de Buddh, laissant le leadership à Felipe Massa dans la seconde manche. Pourtant le Britannique ne peut être satisfait de sa journée, lui qui comme Sergio Perez sera pénalisé de trois places sur la grille de départ dimanche. Etrange que cette sensation laissée par ce jour de baptême du feu indien... Etrange comme cet intrus qui l'espace de cinq minutes a suspendu la première séance d'essais libres de l'histoire du Grand Prix d'Inde, ce chien errant qui ne s'y serait pas pris autrement pour semer la zizanie dans un jeu de quilles. Jaime Alguersuari ou Jérôme d'Ambrosio peuvent en témoigner, eux qui sont partis à la faute ce vendredi: piloter sur une piste flambant neuve mais souillée par endroit par le sable ou la terre environnants relève du numéro d'équilibriste. Or de ce petit jeu, Lewis Hamilton sait généralement tirer son épingle. Le champion du monde 2008 l'a prouvé en établissant le tout premier chrono référence du circuit de Buddh. Un anecdotique 1'26"836 alors signé aux nez et aux barbes des Sebastian Vettel et Mark Webber. Seulement c'est sous drapeaux jaunes que la performance a été réalisée- alors que la Williams de Pastor Maldonado était immobilisée en piste. Un forfait qui aux yeux des commissaires de course de la FIA méritait une sanction exemplaire: une pénalité de trois places sur la grille de départ qui sera dessinée samedi à l'issue des qualifications - pénalité partagée par le Mexicain Sergio Perez, coupable de la même étourderie au volant de sa Sauber. Seul homme parvenu à contester l'hégémonie des Red Bull cette saison dans l'exercice des qualifs, poleman en Corée du Sud il y a deux semaines, Lewis Hamilton ne pourra donc accomplir la passe de deux. Surtout, le Britannique écope là d'une sixième pénalité en 17 Grands Prix - quasiment un record. Rappelons que pour avoir embroché la Mercedes de Michael Schumacher à Yeongam, Vitaly Petrov partira lui avec un malus de cinq places dimanche... Voilà donc la porte ouverte à un nouveau cavalier seul des RB7, samedi, dans la course à la pole. A moins que Jenson Button - en retrait tout de même ce vendredi - et Ferrari ne haussent le ton. Après le souci mécanique rencontré par Fernando Alonso en première instance, la Scuderia a fait bonne figure en deuxième session, avec les premier et troisième temps réalisés par Felipe Massa et le Taureau des Asturies. Mercedes en revanche ne paraît pas en mesure de rivaliser. A plein, Nico Rosberg et Michael Schumacher ont connu les pires difficultés ce vendredi pour maîtriser leurs montures.