Hamilton: "Nous sommes de retour"

  • A
  • A
Hamilton: "Nous sommes de retour"
Partagez sur :

Vainqueur en Allemagne de son second Grand Prix de la saison, après celui de Chine, Lewis Hamilton ne pouvait être qu'heureux d'une performance pour le moins inattendu à ses yeux. Le Britannique, nouveau 3e du classement pilotes, ne s'enflamme pas pour autant, du haut de ses 82 points de retard sur l'actuel leader du championnat Sebastian Vettel.

Vainqueur en Allemagne de son second Grand Prix de la saison, après celui de Chine, Lewis Hamilton ne pouvait être qu'heureux d'une performance pour le moins inattendu à ses yeux. Le Britannique, nouveau 3e du classement pilotes, ne s'enflamme pas pour autant, du haut de ses 82 points de retard sur l'actuel leader du championnat Sebastian Vettel. Lewis, c'est votre deuxième victoire de la saison et j'ai la sensation qu'elle représente encore plus pour vous que la première ? Oui, je pense. Je crois que chaque victoire est spéciale mais toute cette émotion et l'effort que l'équipe a mis dans la voiture... Quand on ne voit pas les résultats arriver, ça ne fait qu'accroître la motivation, donc quand on atteint finalement ce but, c'est encore mieux. On ne s'attendait pas à être aussi rapide ici ce week-end. Les mécaniciens ont fait un boulot fantastique. Et la voiture était parfaite. Je pense que c'est une des meilleures courses que j'ai réalisé. Comment s'est comportée la voiture justement aujourd'hui? Je pense qu'aucun de nous ne peut gagner sans la voiture. J'apprends petit à petit un peu plus sur comment la mienne se comporte et avec mon style de conduite, j'ai été capable de surveiller un peu plus les pneus. Il y avait certains secteurs où je perdais du temps sur les autres. J'étais plus rapide dans le premier et dernier secteur, mais en difficulté dans l'intermédiaire, donc ça m'a permis d'améliorer ma trajectoire à différents endroits, particulièrement dès les premiers tours. J'ai aussi vu que parfois les pneus glissaient un peu mais j'ai tenté de rectifier ça le plus possible. À côté de ça, j'ai été surpris du fait que mes pneus aient tenu aussi longtemps en course, donc je pense qu'il y a encore des secteurs qu'on a besoin d'améliorer, particulièrement sur le niveau d'essence pour le début de course, mais c'est un grand pas en avant et j'espère réellement que l'équipe saura poursuivre sur cette lancée. Que s'est-il passé pour que votre départ soit aussi bon ? Oui, c'est un de mes meilleurs départs, ce qui est une grosse différence avec Valence notamment. Nous avons travaillé très dur sur nos départs et je pense que mes pneus étaient à bonne température, tout comme les freins, et quand j'ai mis la gomme c'était juste fantastique. Il était important d'être devant dès le début, autrement nous aurions sûrement vu Mark s'échapper. Après ça, on a cherché à établir un écart. Au début j'étais en mesure de le faire, mais je pense qu'à cause de la chaleur sur les pneus, ils se sont inévitablement dégradés plus vite et les autres ont commencé à me rattraper. Mais c'était une course riche en rebondissements. "Laisser ma voiture parler pour moi" Mark vous a dépassé, mais vous lui avez rendu la pareille dans le tour suivant ? Oui, je ne sais pas comment les autres pilotes s'y sentaient mais il y avait un endroit particulier sur la piste, dans la première chicane, où je freinais de manière aléatoire. Peut-être que mes pneus se bloquaient ou quelque chose comme ça mais je glissais quelque peu par moment. J'ai donc eu tendance à être plus prudent à cet endroit-là. Mark m'y a dépassé mais j'étais en bonne position pour le repasser de nouveau le tour suivant. C'est le type de courses que j'aime. Êtes-vous satisfait d'être aux avant-postes à ce stade de la saison, avec la pause d'été qui se profile ? C'est toujours un plus d'être à l'avant, peu importe le stade de la saison. On ne s'attendait pas (notamment moi) à être aussi près que là où nous étions ce week-end. J'ai pensé qu'on allait souffrir entre les Red Bull et les Ferrari mais c'est plus ou moins le contraire qui s'est produit. Nous sommes de retour dans la bagarre. Le prochain Grand Prix s'annonce très animé, et ce sera un autre gros challenge pour nous mais on travaille vraiment dur en amont pour ça en espérant être les plus compétitifs possibles. À combien estimez-vous vos chances de victoire pour le Championnat ? Les chances ? On n'est pas vraiment focalisés dessus. En arrivant ce week-end, j'ai dit vouloir surtout prendre les courses les unes après les autres. Maintenant, bien sûr, nous avons cette victoire et c'est bon pour le moral de voir comment nous avons terminé cette course, mais le chemin est encore long et nous devons continuer comme ça, à gagner en consistance. Si je dis quelque chose maintenant, et que la prochaine course est un désastre, comme ça a été le cas à Valence, je préfère continuer de me taire et laisser la monoplace parler pour moi...