Haedo le plus rapide

  • A
  • A
Haedo le plus rapide
@ Reuters
Partagez sur :

CYCLISME - L'Argentin Juan José Haedo a remporté au sprint la 2e étape du Dauphiné-Libéré.

CYCLISME - L'Argentin Juan José Haedo a remporté au sprint la 2e étape du Dauphiné-Libéré.Les autres ont à peine dû le sentir passer. A Bourg-Saint-Andéol, terme de la 2e étape du Criterium du Dauphiné-Libéré, Juan José Haedo a signé sa quatrième victoire de la saison, après avoir notamment déjà levé les bras sur le Tour de Cologne et sur le Tour de Catalogne. Dans la vallée du Rhône, l'Argentin s'est imposé avec une facilité déconcertante devant le champion d'Allemagne, Martin Reimer, et le vainqueur de la veille, Grega Bole."C'était vraiment un beau sprint, a commenté le vainqueur du jour, tout heureux devant les caméras d'Eurosport. L'équipe a fait le nécessaire pour que je puisse m'imposer. Les 50 derniers mètres étaient effrayants. Je savais qu'il y avait du vent de face et qu'il fallait sortir tard." Une composante que Geraint Thomas n'avait certainement pas intégré. Le coureur du Team Sky, porteur du maillot vert, a sans doute lancé son sprint trop tôt. Il a alors coincé et vu débouler sur sa gauche l'ouragan Haedo, jaillissant dans les cinquante derniers mètres. Bien que tassé près des barrières, l'Argentin, sur sa lancée, pouvait se permettre de finir assis sur sa selle. Presque en roue libre.Haedo a pourtant bien failli se voir priver de la victoire par les attaquants du jour. Partis très tôt, Bram Tankink (Rabobank), Guillaume Bonnafond (AG2R-La Mondiale), Stéphane Augé (Cofidis), Inaki Isasi (Euskaltel) et Anthony Delaplace (Saur-Sojasun) ont longtemps cru pouvoir mener au bout leur échappée. Franchie la dernière des quatre difficultés de cette 2e étape, qui ont permis à Tankink de prendre la tête du classement de la montagne, les cinq hommes de tête se sont battus dans les cinquante derniers kilomètres pour résister au peloton, mené notamment par la Saxo Bank de Juan José Haedo. Et c'est le néo-pro Anthony Delaplace qui se fera finalement avaler en dernier par le train du Team Sky, sous la flamme rouge. A ce moment-là, Geraint Thomas croyait bien filer vers la victoire...