Guigou: "Kristianstad c'est super..."

  • A
  • A
Guigou: "Kristianstad c'est super..."
Partagez sur :

Régulièrement durant le Championnat du monde, Michaël Guigou, l'ailier gauche virevoltant des Experts, interviendra sur le site pour vous livrer quelques anecdotes sur la compétition et ses à-côtés. Revenu à la compétition face à l'Egypte, le Montpelliérain s'est ensuite blessé à un gros orteil du pied mais devrait bien être présent pour les gros matches à venir. Satisfait de l'entrée en matière des Bleus, il nous explique que le temps passe parfois lentement à Kristianstad...

Régulièrement durant le Championnat du monde, Michaël Guigou, l'ailier gauche virevoltant des Experts, interviendra sur le site pour vous livrer quelques anecdotes sur la compétition et ses à-côtés. Revenu à la compétition face à l'Egypte, le Montpelliérain s'est ensuite blessé à un gros orteil du pied mais devrait bien être présent pour les gros matches à venir. Satisfait de l'entrée en matière des Bleus, il nous explique que le temps passe parfois lentement à Kristianstad... "Bonjour à tous, Voilà, on a bien débuté la compétition comme on le souhaitait. On savait qu'on allait se retrouver là, avec trois victoires. On a pu faire quelques réglages lors de ces trois premières rencontres et ce sera utile pour les deux autres qui arrivent. Au niveau de la manière c'est bien, ce n'est pas extraordinaire mais c'est correct. On a bien fait ce qu'il y avait à faire. C'était le but de ces premiers matches. Tout le monde se sent bien dans l'équipe. Même ceux pour qui il s'agit de la première grande compétition. On a tout fait pour bien les intégrer et le niveau de nos trois premiers adversaires a permis de faciliter leur adaptation. Sinon, Kristianstad c'est super... Non mais ça pourrait être mieux si on était dans un meilleur hôtel. On ne demande pas un truc luxueux mais l'hôtel, la nourriture, ce n'est pas au niveau d'un Championnat du monde. Ce n'est pas bon. Plusieurs staffs sont allés se plaindre. On mange des trucs bizarres. Il n'y a rien de simple. On mange des pâtes imbibées d'eau avec des crevettes par exemple. Ce n'est vraiment pas top. On a eu une fois du poulet avec des pâtes, c'était parfait. On ne demande pas la lune mais une alimentation pour sportifs. Heureusement on arrive à sortir un peu chaque jour de repos. Il n'y pas grand-chose à faire ici mais on va au centre commercial, on se balade un peu dans la ville. Il y en a qui ont acheté une guitare parce qu'ils sont plusieurs à en jouer : Samuel (Honrubia), Luc (Abalo), Bertrand (Gille), Arnaud (Bingo) et Cédric (Sorhaindo) veut s'y mettre. On bouge un peu quand c'est possible parce que sinon la compétition est bien longue. Il fait nuit à partir de 15 heures, il faut quand même s'aérer l'esprit. Dimanche, après avoir joué les Egyptiens, on a fait des photos avec les joueurs du Bahreïn. On sortait du match, ils étaient là, et ils nous ont demandé avec Luc (Abalo) de faire quelques clichés. C'était sympa. On n'a pas trop échangé même s'ils parlent un peu anglais. Je suppose que ce sont des fans de handball et qu'ils ont vu ce qui s'est fait dernièrement. Pour ma part, j'ai des grosses courbatures de partout. J'ai pris des coups qui me laissent plus de séquelles que si j'avais repris depuis un moment. Elles sont en train de partir mais je les traîne depuis le match contre l'Egypte. Pour le reste il n'y a pas de souci, tout est en train de se remettre en place. J'ai mal à mon gros orteil mais c'est supportable. Ça me fait beaucoup moins mal que le lendemain déjà. J'ai pu m'entraîner et contre l'Allemagne, avec l'adrénaline, ça ira. Maintenant on a tous hâte d'entrer vraiment dans la compétition. Là c'étaient presque des matches pour du beurre même s'il fallait évidemment les gagner. Je redoute plus l'Espagne que l'Allemagne. J'espère que l'arbitrage sera à la hauteur face aux Allemands. Si c'est le cas je n'ai pas trop d'inquiétudes. On sait que ce sera difficile mais je n'ai pas de craintes particulières. A très vite, Mica"