Guigou: "Il n'y a aucune intimité"

  • A
  • A
Guigou: "Il n'y a aucune intimité"
Partagez sur :

Régulièrement durant le Championnat du monde, Michaël Guigou, l'ailier gauche virevoltant des Experts, interviendra sur le site pour vous livrer quelques anecdotes sur la compétition et ses à-côtés. Arrivés en Suède mercredi, les Français ont pris leur quartier dans un hôtel "sans intimité" où joueurs et staffs de six équipes se marchent un petit peu sur les pieds. Pas de quoi trop perturber les Bleus avant leur premier match face à la Tunisie.

Régulièrement durant le Championnat du monde, Michaël Guigou, l'ailier gauche virevoltant des Experts, interviendra sur le site pour vous livrer quelques anecdotes sur la compétition et ses à-côtés. Arrivés en Suède mercredi, les Français ont pris leur quartier dans un hôtel "sans intimité" où joueurs et staffs de six équipes se marchent un petit peu sur les pieds. Pas de quoi trop perturber néanmoins les Bleus qui s'apprêtent à livrer leur premier match face à leurs amis tunisiens. "Bonjour à tous, Nous voilà en Suède ! Après un vol Paris-Copenhague puis un trajet en car d'une heure et demie, on est arrivé à Kristianstad mercredi après-midi. Pour moi ça n'a pas été hyper confortable parce que ce n'est pas trop recommandé de voyager pour mon genou gauche que j'ai dû faire opérer le 30 novembre dernier pour me faire retirer un morceau de cartilage qui se baladait. Notre hôtel, situé pas loin du centre ville, est assez moyen. Quand on est entré dans la chambre avec Luc (Abalo), ça sentait le tabac froid. On a été acheter des vaporisateurs histoire de chasser l'odeur. Surtout, on est les uns sur les autres parce que les six équipes du groupe se trouvent dans le même hôtel. On se croise sans arrêt, il n'y a aucune intimité. Ça nous est déjà arrivé d'être à plusieurs dans un hôtel mais au moins on avait des espaces de vie différent. Ce n'est pas le cas ici. Jeudi matin on a été découvrir la salle où nous allons jouer quatre de nos cinq matches du premier tour. On est d'abord resté vingt minutes sur le terrain d'entraînement puis on a pu fouler la salle principale pendant une demi-heure. C'est une belle salle, assez moderne. Quant à notre préparation, elle s'est plutôt bien passée et on est prêt à commencer le Mondial. Avec la Tunisie, notre premier adversaire, on se connaît par coeur. C'est sans doute l'équipe que l'on a le plus souvent jouée en compétition ou en matches amicaux ces dernières années. Même si on l'a toujours battue, c'est une équipe très dangereuse et elle a fait de très bons matches de préparation. Malheureusement pour elle, son gardien de but Marouane Maggaiez (aujourd'hui à Nantes) s'est blessé à l'oeil et est forfait. Pour nous c'est plutôt une bonne nouvelle car il nous connaît très bien pour la plupart. Il sera de toute manière très important d'être présent d'entrée. L'idéal serait de gagner ce match et de commencer à déjà pouvoir faire tourner un peu l'effectif dans l'optique de la suite de la compétition. Peut-être que Claude pourra relancer ceux qui ont eu un peu de mal à Bercy. Notamment certains nouveaux du groupe qui ont besoin de prendre confiance. Moi je ne sais pas trop comment me situer. J'ai repris l'entraînement collectif depuis lundi. J'ai participé à quatre séances. Je ne ressens aucune douleur mais je dois maintenant retrouver le rythme. Je n'ai aucune idée de combien de temps je pourrais tenir sur un match, avec l'intensité d'une rencontre d'un Championnat du monde. Si jamais je ne suis pas beaucoup utilisé sur les trois premiers matches il faudra que l'on ait une discussion avec le staff car ne pas jouer beaucoup engendrerait un besoin de travail complémentaire. En ce moment, je fais pas mal de gainage au niveau des abdos et du renforcement musculaire de mon épaule droite avec un élastique parce que ça fait longtemps que je n'ai pas fait de shoot. Je porte aussi après les séances de travail un beau bas de contention à la jambe gauche. Ça fait un peu comme certains joueurs NBA, c'était à la mode à un moment, mais avec ceux-là on ne peut pas jouer. De toute évidence, j'en saurai plus sur mon état de forme après les premiers matches. A bientôt, Mica"