Guié Guié, porté disparu

  • A
  • A
Guié Guié, porté disparu
Partagez sur :

Débarqué à Tours, qui reçoit Nantes lundi en clôture de la 28e journée de Ligue 2, en provenance de Hongrie à l'intersaison, Abraham Gneki Guié Guié a réalisé une entrée en matière fracassante en France. Auteur de neuf buts, dont deux triplés, après seulement six journées de championnat, l'Ivoirien était la véritable sensation du championnat. Six mois plus tard, l'attaquant n'a ajouté que deux maigres buts à sa collection...

Débarqué à Tours, qui reçoit Nantes lundi en clôture de la 28e journée de Ligue 2, en provenance de Hongrie à l'intersaison, Abraham Gneki Guié Guié a réalisé une entrée en matière fracassante en France. Auteur de neuf buts, dont deux triplés, après seulement six journées de championnat, l'Ivoirien était la véritable sensation du championnat. Six mois plus tard, l'attaquant n'a ajouté que deux maigres buts à sa collection... Au moment de décerner le lauréat du tube de l'été 2010, le Waka Waka de Shakira devait faire face à un concurrent de poids. Le Guié Guié de Tours avait, en effet, résonné tout aussi fort sur les pelouses de Ligue 2 durant la période estivale. Recruté sur DVD, au Budapest Honved pour 300 000 euros à l'intersaison, le nouvel attaquant tourangeau avait la lourde tâche de succéder à Olivier Giroud, meilleur buteur de l'exercice précédent avec 22 buts agrémentés de sept passes décisives, parti se frotter aux défenses de Ligue 1 sous la tunique montpelliéraine. Mais Abraham Guié Guié n'a pas longtemps souffert de l'empreinte laissée par son prédécesseur. Un triplé pour ses débuts en France en ouverture de la saison face à Sedan, puis un deuxième contre Clermont deux semaines plus tard renseignent sur les capacités d'un joueur qui confirme en marquant trois buts au cours des trois rencontres suivantes. Si bien qu'au soir de la sixième journée, le joueur présente un bilan tout bonnement hallucinant: neuf buts et deux passes décisives. Les portes de la sélection s'ouvrent alors pour le natif de San Pédro, en Côte d'Ivoire, pour la rencontre opposant les Eléphants au Rwanda, le 4 septembre dernier. Mais l'heure de l'automne a déjà sonné. Et six mois plus tard les statistiques n'ont guère évolué. Seulement deux buts et deux dernières passes sont ainsi venus s'ajouter. Courtisé au mercato "C'est un bilan contrasté, reconnaît le technicien tourangeau, Daniel Sanchez. Mais on savait très bien qu'il n'allait pas continuer sur ces bases-là. Ce n'était pas possible autrement". L'arrivée de l'hiver et d'un certain mercato n'améliorent pas non plus la situation. "C'est le type de joueurs qui n'est pas à l'aise dans le contexte de la période hivernale avec des terrains gras. Et il y a eu la période des transferts qui n'a pas arrangé les choses. Il a été tellement sollicité qu'il a été chamboulé dans son fonctionnement quotidien". Toulouse, Lorient, Monaco ainsi que des clubs étrangers se seraient alors manifestés. Tours rétorque alors doublement aux requêtes des uns et des autres: le buteur est conservé et le silence lui est imposé. Mais qui est alors ce Guié Guié ? Le phénomène du début de saison ou l'attaquant anonyme de ces six derniers mois ? La vérité se situe, sans doute, entre les deux. En Soproni Liga, l'élite hongroise, l'Ivoirien, également passé par l'Afrique du Sud auparavant, tournait à un peu moins de 0,3 but par match (30 buts en 102 apparitions). Avant la réception de Nantes ce lundi pour la 28e journée, l'Ivoirien, malgré son passage à vide, carbure même plus fort cette saison (11 buts en 24 matches). Et son entraîneur prévient: "Je pense que c'est un garçon qui peut mettre 17, 18 buts cette saison. Et c'est vrai que s'il ne les atteignait pas, je serais un petit peu déçu en fin de saison". Le message est lancé. A Guié Guié de montrer qu'il apprécie aussi le printemps.