Grosjean se fait doubler

  • A
  • A
Grosjean se fait doubler
Partagez sur :

Romain Grosjean ne sera pas le troisième pilote du Lotus-Renault GP en 2011. Annoncé avec insistance ces derniers jours au sein de la nouvelle équipe britanno-malaise, le Français s'est vu préféré Fairuz Fauzy, ancien pilote d'essais du Lotus Racing, qui a annoncé sa nomination en tant que pilote de réserve mardi. Un choix qui interpelle sur l'influence grandissante du constructeur malais au sein de l'écurie.

Romain Grosjean ne sera pas le troisième pilote du Lotus-Renault GP en 2011. Annoncé avec insistance ces derniers jours au sein de la nouvelle équipe britanno-malaise, le Français s'est vu préféré Fairuz Fauzy, ancien pilote d'essais du Lotus Racing, qui a annoncé sa nomination en tant que pilote de réserve mardi. Un choix qui interpelle sur l'influence grandissante du constructeur malais au sein de l'écurie. Patatras ! Les petits échos du paddock semblaient pourtant certains d'une prochaine nomination de Romain Grosjean en tant que troisième pilote de Lotus-Renault GP. Mais la nouvelle équipe a bien pris tout le monde de court ce mardi soir en officialisant sa collaboration avec le Malais Fairuz Fauzy, âgé de 28 ans. L'annonce a été confirmée par le pilote lui-même, sous contrat pour un an et interrogé par le site officiel de la Formule 1 : "Je voudrais remercier l'équipe Lotus-Renault pour m'avoir donné cette opportunité de figurer au sein de cette écurie. C'est une grande équipe et je vais faire de mon mieux pour espérer obtenir un volant de course un jour". Une surprise de taille tant tous les éléments semblaient indiquer une prochaine collaboration de l'équipe d'Enstone avec le Français, titulaire d'un volant de course au sein du Renault F1 Team lors de la deuxième partie de saison 2009 (sept Grands Prix disputés). Eric Boullier, le patron de Genii Capital, l'avait d'ailleurs confirmé récemment à nos confrères d'Auto Hebdo : "Nous travaillons fort pour une remise en selle de Romain Grosjean et pour l'accession d'autres jeunes". L'homme fort du redressement de l'équipe franco-britannique en 2010 s'est pourtant sûrement heurté à un obstacle de taille. A savoir l'implication de son nouveau partenaire, le constructeur malais Proton, propriétaire de la marque historique Lotus. Quel avenir pour le Français ? Interrogé par l'agence malaise Bernama, l'ancien directeur de Dams a confirmé la nouvelle: "Nous allons nous concentrer sur la progression de Fairuz et évaluer ses capacités à être un de nos pilotes titulaires". Car si Fairuz Fauzy peut lui aussi faire valoir quelques références dont un statut de pilote d'essais du Lotus Racing en 2010 et une deuxième place en World Series Renault en 2009, il possède surtout un atout de taille: son passeport malais. A sa nationalité, s'ajoute une fois n'est pas coutume quelques garanties financières finalement bien trop lourdes sur la balance face au simple talent de Romain Grosjean. Engagé dans de multiples programmes et disciplines en 2010, faute de F1, le Français comptait pourtant sur sa connaissance des nouvelles gommes Pirelli pour se faire une place au sein de l'équipe où Renault n'exerce plus que le rôle de motoriste. Pilote d'essais pour le développement des pneumatiques italiens, nouveau fournisseur de la F1, le champion de France de Formule Renault en 2005 espérait ainsi retrouver un baquet en 2011. Histoire de remettre le pied à l'étrier et se faire remarquer. Ce ne sera donc pas en tant que troisième pilote du Lotus-Renault même si l'équipe pourrait annoncer l'arrivée d'autres jeunes pilotes pour compléter son effectif de "pilotes de réserve". Un mince espoir, qui plus est pour des attributions qui seraient assez vagues. Après avoir annoncé dernièrement que l'écurie serait sous licence britannique (et donc que les éventuelles victoires ne seraient plus célébrées par La Marseillaise), Renault prouve un peu plus qu'il lâche peu à peu les clés de son implication complète en F1. Seul le son des moteurs équipant les deux écuries Lotus et la firme championne du monde, Red Bull, semble désormais avoir grâce à ses yeux.