Grosjean garde les devants

  • A
  • A
Grosjean garde les devants
Partagez sur :

Deux semaines après avoir pris le dessus sur Vitaly Petrov lors des premiers essais libres du Grand Prix d'Abu Dhabi, Romain Grosjean a récidivé ce vendredi en dominant cette fois Bruno Senna à Interlagos, au Brésil. Si les enseignements d'une telle séance d'essais restent limités, le constat n'est pas anodin. Les deux pilotes étant en concurrence pour suppléer Robert Kubica au sein de la future écurie Lotus.

Deux semaines après avoir pris le dessus sur Vitaly Petrov lors des premiers essais libres du Grand Prix d'Abu Dhabi, Romain Grosjean a récidivé ce vendredi en dominant cette fois Bruno Senna à Interlagos, au Brésil. Si les enseignements d'une telle séance d'essais restent limités, le constat n'est pas anodin. Les deux pilotes étant en concurrence pour suppléer Robert Kubica au sein de la future écurie Lotus. "J'espère que sous le sapin de Noël, il y aura un joli cadeau." Romain Grosjean peut y aller de son voeu, ses chances de figurer en F1 l'an prochain sont réelles. "Je veux juste faire de mon mieux, montrer que je peux être rapide sur différentes pistes et donner de bons retours à l'équipe. Nous devons tous rester patients, nous sommes de plus en plus près de la réponse, ça devient de plus en plus tendu. Pour le moment rien n'est fait. Tous les signaux sont au vert et j'espère que ça va marcher", dixit le pilote franco-suisse, apparu à son avantage ce vendredi encore lors des premiers essais libres du Grand Prix du Brésil. Deux semaines après avoir tiré son épingle du jeu sur le circuit Yas Marina, prenant alors le meilleur sur le Russe Vitaly Petrov au volant de la R31, Romain Grosjean s'est attelé à dominer l'autre titulaire actuel du team Lotus-Renault sur le tracé d'Interlagos: le local de l'étape Bruno Senna. Une performance à nuancer, sans plus de précisions sur le programme de chacun des deux pilotes et à défaut de données sur la quantité de carburant embarqué par exemple. Mais un rapport de force certainement pas anodin alors que les deux hommes se trouvent en concurrence directe pour remplacer en 2012, à plus ou moins longue échéance, un Robert Kubica qui a officiellement prolongé mercredi sa période de convalescence. Malgré un souci de boite de vitesses qui l'a limité à 18 tours seulement - quand son coéquipier d'une matinée a pu en couvrir 32 - Romain Grosjean a devancé son rival de près de deux dixièmes sur sa boucle la plus rapide (1'15"547 contre 1'15"732). De quoi conforter Eric Boullier, le manager de la future écurie Lotus, dans son idée ? "Romain fait partie du plan. Nous aimerions l'avoir dans la voiture si Robert ne revient pas. En 2009, Romain n'était pas prêt pour la F1 et il s'est brûlé les ailes. Lors des tests du vendredi, il a montré qu'il pouvait maintenant donner de bonnes indications à l'équipe. Il a du talent et tout le monde en est convaincu. Si Robert ne revient pas, il est tout en haut de la liste", soufflait ce dernier récemment dans les pages du site officiel de la F1. Assurément, le principal intéressé aura de toute façon marqué des points ce vendredi, même si la R31 plafonne une nouvelle fois aux alentours de la 12e place. Devant, l'on trouve entre autres la Toro Rosso de Jaime Alguersuari, lequel a pris le dessus sur sa doublure du moment, le Français Jean-Eric Vergne. Relégué à près de six dixièmes de l'Espagnol, avec pas moins de 33 tours au compteur, le pilote francilien a il est vrai pâti d'une panne de Kers l'empêchant de tirer la pleine mesure de sa STR6. Le verdict, pour Romain Grosjean comme pour Jean-Eric Vergne, ne devrait en tout cas plus tarder...