Grosjean aura sa chance

  • A
  • A
Grosjean aura sa chance
Partagez sur :

Le contraste est saisissant. Sévère avec Nick Heidfeld, une nouvelle fois bredouille le week-end dernier en Allemagne, Eric Boullier ne tarit pas d'éloges à propos de Romain Grosjean. L'actuel leader du championnat GP2 séduit le manager de l'équipe Lotus Renault, comme il séduit le patron de l'écurie, Gérard Lopez. Aussi pourrait-on revoir le Franco-Suisse en F1 avant 2012...

Le contraste est saisissant. Sévère avec Nick Heidfeld, une nouvelle fois bredouille le week-end dernier en Allemagne, Eric Boullier ne tarit pas d'éloges à propos de Romain Grosjean. L'actuel leader du championnat GP2 séduit le manager de l'équipe Lotus Renault, comme il séduit le patron de l'écurie, Gérard Lopez. Aussi pourrait-on revoir le Franco-Suisse en F1 avant 2012... Ça cogite à Enstone ! Créditée d'un début de saison tonitruant, avec deux podiums obtenus d'entrée en Australie et en Malaisie, l'écurie Lotus Renault peine à trouver un second souffle. Au terme du Grand Prix de Grande-Bretagne il y a quinze jours, l'équipe d'Eric Boullier a perdu sa quatrième place au classement des constructeurs, au profit de Mercedes. Une évolution confirmée sur le Nürburgring le week-end dernier, avec le zéro pointé de Nick Heidfeld, victime d'un accrochage spectaculaire avec Sebastien Buemi. A l'issue de ce rendez-vous germanique sauvé par le seul point de Vitaly Petrov, le manager de l'écurie au Losange ne cachait pas son mécontentement, ciblant nommément son pilote allemand sur le plateau de l'émission Dimanche F1: "C'est clairement une déception. Nick n'a pas apporté le leadership qu'on voulait. Il n'a pas pris la main sur l'écurie et maintenant, on s'appuie davantage sur Petrov pour la performance et sur Heidfeld pour le développement." Pourtant, Bruno Senna sera préféré à l'intéressé vendredi, lors des premiers essais libres du Grand Prix de Hongrie... Désormais, l'avenir de Heidfeld chez Lotus Renault semble donc s'inscrire en pointillés. Rien ne dit en effet que le suppléant de Robert Kubica ira au bout de sa mission. Si l'ancien pilote BMW venait à être remercié, son remplaçant serait en tout cas tout trouvé. "Romain Grosjean fait du très bon travail en GP2, observe Eric Boullier pour Autosport. Il est en train de démontrer qu'il est assez mature et talentueux pour piloter en F1, et je pense sincèrement qu'il a le potentiel pour être l'un des principaux animateurs de la discipline. Etant très proche de lui, je peux confirmer qu'il a changé et qu'il est bien plus mûr qu'il y a deux ans.""Un patron", selon Lopez Après une première expérience difficile parmi l'élite, le Franco-Suisse a décidé de prendre son mal en patience, retournant avec bonheur au GP2 notamment. Le Genevois caracole en tête du championnat suscité, fait la fierté de l'équipe Dams et force le respect. "Il est quand même assez impressionnant en GP2. Pas par les résultats, mais par la manière dont il les atteint. Rien ne l'ébranle. C'est un autre Grosjean. Il est beaucoup plus sûr de lui. Maintenant, en GP2, il fait patron, dit de lui Gérard Lopez, l'un des actionnaires principaux de l'écurie Lotus Renault. Il a la taille pour remplir le costume qu'il n'arrivait pas à remplir il y a quelques années." Suivi dorénavant par trois écuries selon l'homme d'affaires, Romain Grosjean devrait avoir un volant assuré en 2012. "On sait très bien ce que quelqu'un donne en F1 quand il marche vraiment bien en GP2. Surtout que lui a l'expérience de la F1. Si on s'est engagé avec Grosjean, c'est pour le préparer à revenir en F1, et a priori avec nous", souffle Gérard Lopez, précisant toutefois que rien n'est encore arrêté: "Petrov a un contrat jusqu'à fin 2012. On pourrait envisager une paire Petrov-Grosjean. Mais ça ne dépend pas de nous, ça dépend de l'état de santé de Kubica." Le championnat GP2 s'achevant le 11 septembre prochain à Monza, Grosjean pourrait également signer son retour plus tôt que prévu.