Grönholm ne reviendra pas

  • A
  • A
Grönholm ne reviendra pas
Partagez sur :

Un temps séduit par le challenge qui lui était proposé par Prodrive et le futur team Mini, Marcus Grönholm semble s'être ravisé. L'ancien champion du monde des rallyes n'envisage plus de revenir au WRC, si ce n'est pour contribuer au développement de la Countryman. Le champion IRC sortant, Kris Meeke, sera en revanche de l'aventure dès l'année prochaine. Sur six courses... et peut-être même davantage.

Un temps séduit par le challenge qui lui était proposé par Prodrive et le futur team Mini, Marcus Grönholm semble s'être ravisé. L'ancien champion du monde des rallyes n'envisage plus de revenir au WRC, si ce n'est pour contribuer au développement de la Countryman. Le champion IRC sortant, Kris Meeke, sera en revanche de l'aventure dès l'année prochaine. Sur six courses... et peut-être même davantage. La proposition était tentante, plus qu'alléchante, mais Marcus Grönholm ne devrait finalement pas s'y soumettre. Engagé dans le développement de la nouvelle Mini WRC, auteur des premiers tests de la Countryman sur la terre du Portugal le mois dernier, le pilote finlandais était pressenti pour intégrer l'un des baquets du bolide en 2011, poussé à la reprise par la structure Prodrive et son patron David Richards. Après mûres réflexions, l'intéressé, initialement enthousiaste à l'idée de sortir de sa retraite, semble s'orienter vers la voie de la sagesse. "Je pense que je ne devrais pas revenir. Par moment, l'idée me plaît et j'aimerais rouler à nouveau mais aujourd'hui, je ne suis plus très sûr de le vouloir. Lorsqu'on a décidé d'arrêter une bonne fois pour toute, il n'est pas logique de revenir sur sa décision ensuite", a-t-il confessé au journal finlandais Turun Sanomat, relayé par AutoHebdo. Marcus Grönholm en veut pour preuve le retour délicat de Michael Schumacher en F1 - "Si vous regardez ce qu'il endure, il doit penser que ça n'était pas une si bonne idée de revenir" - mais n'exclut pas pour autant d'apporter sa pierre à l'édifice Mini: "C'est vrai que David Richards souhaite que je m'engage avec eux et il laissera sa porte ouverte encore un petit moment. Faire les tests de développement, ça pourrait être un bon projet, l'année prochaine sera une période de construction et d'essais." Plus de rallyes que prévu en 2011 ? Une période d'essais à laquelle prendra part à coup sûr Kris Meeke, le champion IRC sortant, d'ores et déjà assuré de perdre sa couronne cette année. Egalement des tests portugais début septembre, le Nord-irlandais a officiellement hérité d'un des volants de la Countryman WRC. "C'est un rêve qui devient réalité, mais je n'ai pas encore eu le temps de réaliser, confiait-il cette semaine à Autosport. J'ai hâte d'y être. L'IRC est un championnat de haut niveau mais le WRC c'est autre chose, le summum de notre sport, et je vais avoir besoin d'un temps d'adaptation pour trouver mes repères." Pas question donc de brûler les étapes, le pilote de 31 ans a pleinement conscience que l'enjeu ne se situera pas dans la performance pour Mini en 2011: "Faire de la saison prochaine une année de développement est une bonne chose. C'est mieux que d'arriver au premier rallye de la saison en retard et d'essayer de rattraper ce retard toute la saison durant." Or, c'est précisément ce constat qui a persuadé Marcus Grönholm de ne pas franchir le pas. "Je n'ai pas forcément envie de faire des courses mais surtout, Citroën et Ford ont déjà beaucoup travaillé sur leurs nouvelles autos et ils ont une longueur d'avance. Et ce n'est pas très agréable de piloter pour simplement être 5e", reconnaît celui qui fut sacré deux fois champion du monde des rallyes. A l'origine du projet, la marque allemande ne devait signer son retour en WRC qu'à travers six événements en 2011, prévoyant une rentrée plénière qu'à l'horizon 2012. Aujourd'hui, rien ne semble définitif en terme d'engagement, comme le laisse entendre David Lapworth, le directeur technique de Prodrive: "Nous ferons au minimum six rallyes, mais une fois que nous aurons commencé, je pense que nous aurons du mal à nous arrêter. [...] Nous sommes encore en plein débat. Toutefois je peux vous assurer que nous aurons un programme significatif l'année prochaine. Nous ne nous focalisons pas sur des rallyes qui pourraient convenir à notre voiture. Il faut que nous soyons prêts à tout en vue de 2012." Même privé a priori des services de Marcus Grönholm, le futur team Mini continue de voir grand !