Grichting claque la porte

  • A
  • A
Grichting claque la porte
Partagez sur :

Relégué en tribune par Ottmar Hitzfeld samedi à Wembley face à l'Angleterre (2-2), lors des éliminatoires de l'Euro 2012, Stéphane Grichting a décidé de mettre un terme à sa carrière internationale. Le défenseur suisse, qui souhaite également quitter l'AJ Auxerre, estime que les dirigeants de la Nati lui ont manqué de respect.

Relégué en tribune par Ottmar Hitzfeld samedi à Wembley face à l'Angleterre (2-2), lors des éliminatoires de l'Euro 2012, Stéphane Grichting a décidé de mettre un terme à sa carrière internationale. Le défenseur suisse, qui souhaite également quitter l'AJ Auxerre, estime que les dirigeants de la Nati lui ont manqué de respect. La décision, aussi réfléchie soit-elle, est brutale. Dernier rescapé de la génération des Titans, déjà orpheline des Ricardo Cabanas, Daniel Gygax, Ludovic Magnin et autre Alexander Frei, Stéphane Grichting a décidé de stopper sa carrière internationale, scellant par ricochet une page historique de la Nati, sept ans après y avoir effectué ses premiers pas. Relégué dans les tribunes de Wembley samedi lors de la rencontre face à l'Angleterre (2-2), dans le cadre des éliminatoires de l'Euro 2012, le défenseur suisse, vexé, s'estime lésé par Otmar Hitzfeld. N'admettant pas de "passer de titulaire à même pas remplaçant, comme ça, sans explication", l'arrière de l'AJ Auxerre considère que le choix du sélectionneur national est "un manque de respect profond", compte-tenu de son statut de cadre. Anéanti par la sensation d'être "poussé vers la sortie", Grichting, interrogé par le quotidien suisse Matin, rétorque: "J'ai compris le message et j'en ai tiré les conclusions. Je suis arrivé à un âge où j'ai autre chose à faire que de m'énerver. Et il y a des choses que je ne tolère pas. Je leur ai dit que je n'acceptais pas cette décision, et que notre collaboration était terminée." Sa sortie gâchée, le Bourguignon a souhaité saluer ses coéquipiers une dernière fois après la rencontre, pour "partir dans les règles de l'art" et "rester pro jusqu'au bout. J'ai honoré mon statut samedi, je n'ai rien dit avant le match, et ce n'est qu'au coup de sifflet final que je suis retourné aux vestiaires pour prendre congé de tout le monde.""J'ai vu pas mal de gars tristes lorsque je les ai quittés, preuve que je ne suis peut-être pas le seul à trouver le choix de Hitzfeld incohérent", note l'ancien pensionnaire de Sion. S'il reconnaît ne pas avoir été au meilleur de sa forme depuis sa blessure, Grichting, qui n'est pas parvenu à retrouver sa place à Auxerre, vante ses "40 parties cette saison, dont huit en Ligue des champions", pointant ainsi du doigt le manque d'expérience de certains de ses coéquipiers. "Je ne vais pas me lancer dans des critiques, mais je constate que la charnière centrale qui a été alignée (Djourou-Senderos) n'avait pas beaucoup de matches dans les jambes ce printemps, a-t-il lancé, avant d'ajouter: Je peux penser à mes vacances et à mon prochain club, même si Auxerre veut me garder. Si cela peut être en Suisse ? Oui. Mais à l'étranger aussi." Marquée par la stabilité, la carrière de Grichting pourrait se terminer à Sion, là où elle avait commencé.