Grenoble, toujours plus bas

  • A
  • A
Grenoble, toujours plus bas
Partagez sur :

La lanterne rouge Grenoble accueille Metz, mardi à 20 heures, lors de la 11e journée de Ligue 2. Relégués de Ligue 1, les Isérois semblent être repartis dans une nouvelle galère. Mécha Bazdarevic est parti en septembre, laissant les rênes de l'équipe à Yvon Pouliquen. Le Breton est revenu au GF38 jouer les pompiers de service et sauver le club d'une descente en National qui lui tend les bras.

La lanterne rouge Grenoble accueille Metz, mardi à 20 heures, lors de la 11e journée de Ligue 2. Relégués de Ligue 1, les Isérois semblent être repartis dans une nouvelle galère. Mécha Bazdarevic est parti en septembre, laissant les rênes de l'équipe à Yvon Pouliquen. Le Breton est revenu au GF38 jouer les pompiers de service et sauver le club d'une descente en National qui lui tend les bras. Inéluctablement, Grenoble semble attiré par le fond. Comme l'an passé en Ligue 1 (douze défaites consécutives), le club réalise un début d'exercice catastrophique à l'échelon inférieur. Et depuis trois journées, les Isérois restent scotchés à la dernière place. Cinq mois après la descente en Ligue 2, le bilan est cauchemardesque. Grenoble a perdu huit de ses dix premiers matches de championnat, est éliminé de la Coupe de la Ligue, a déjà changé d'entraîneur et a perdu seize joueurs de son effectif au mercato. A l'intersaison, la direction de la société nippone Index Holdings, propriétaire du club, a placé Masami Ochiai à la présidence. Cet homme d'affaires japonais avait alors annoncé le lancement d'un projet "sur deux saisons avec une ambition claire: la remontée en Ligue 1 à l'issue de la saison 2011-12". Toutefois, au moment d'affronter des Messins mal en point (16e), pour le compte de la 11e journée de L2, l'objectif du GF38 ne peut nullement être autre que le maintien. C'est ce que confirmait déjà, il y a un mois, Yvon Pouliquen au moment de son intronisation: "Il faut assurer le maintien le plus rapidement possible ! Il faut vite sortir de la zone rouge. Il sera toujours temps après de définir des objectifs plus hauts." Une équipe inexpérimentée Le technicien breton est de retour en Isère, trois ans après avoir été remercié et remplacé par son prédécesseur, Mécha Bazdarevic. Depuis son arrivée, l'ex-entraîneur de Lorient a fait connaissance avec un effectif jeune et inexpérimenté, au sein duquel évolue son fils Lucas. "Sur le plan sportif, le GF38 est dernier et l'équipe est meurtrie. J'essaye de leur redonner le sourire. Les départs de joueurs cadres n'ont pas arrangé les choses. Le groupe s'est en même temps considérablement rajeuni avec près de la moitié de l'effectif âgé de moins de 22 ans", analyse-t-il dans Ouest-France. C'est pourtant sur cette base de joueurs, issue du centre de formation, que Masami Ochiai souhaite s'appuyer pour un apporter un "nouveau souffle" au club. Malgré une ambition de jeu offensive et la volonté d'évoluer en 4-4-2, les hommes d'Yvon Pouliquen, qui n'ont inscrit que quatre petits buts, possèdent la pire attaque du championnat. Et défensivement ce n'est pas mieux, comme en témoigne la défaite (3-0) à Laval vendredi dernier. Alors face à Metz, Grenoble ira encore de l'avant et tentera de reconquérir son Stade des Alpes, sous peine de se retrouver lâché au classement. A moins d'un miracle, le GF38 va encore souffrir, mais comme le répète Yvon Pouliquen: "Je ne suis pas magicien."