Greipel-Cavendish, un duel massif

  • A
  • A
Greipel-Cavendish, un duel massif
Partagez sur :

Le Tour Down Under est à la fois la première course Pro Tour de l'année et le premier grand rendez-vous pour les sprinteurs. La crème de la spécialité sera d'ailleurs réunie en Australie dès mardi prochain, avec en point d'orgue le duel attendu entre André Greipel et Mark Cavendish, ancien coéquipiers chez Columbia et plus rivaux que jamais. Le préambule d'une saison qui s'annonce explosive.

Le Tour Down Under est à la fois la première course Pro Tour de l'année et le premier grand rendez-vous pour les sprinteurs. La crème de la spécialité sera d'ailleurs réunie en Australie dès mardi prochain, avec en point d'orgue le duel attendu entre André Greipel et Mark Cavendish, ancien coéquipiers chez Columbia et plus rivaux que jamais. Le préambule d'une saison qui s'annonce explosive. On croirait entendre parler du dernier film de Stallone. Il ne s'agit finalement "que" de cyclisme. Pour promouvoir l'intérêt sportif de leur épreuve, qui sera bien plus que la dernière course de Lance Armstrong hors du sol américain, les organisateurs du Tour Down Under (18 au 23 janvier) ont eu la bonne idée de mettre en avant "le premier face-à-face entre Mark Cavendish et son rival et ancien coéquipier André Greipel", selon les mots du directeur de la course, Mike Turtur. L'affiche, il est vrai, ne manque pas de piquant. Les deux hommes les plus rapides du monde sur un vélo, le sprinteur le plus médiatique (Cavendish, 26 ans), contre celui qui détient le record de victoires en 2010 (Greipel, 28 ans, 21 succès). Et surtout, deux anciens coéquipiers qui se détestent, et ne s'adressent plus la parole. Le conflit date de 2008, et on ne sait pas vraiment qu'elle en a été l'étincelle. Il semblerait que leur rivalité soit née de la simple jalousie de Cavendish, qui ne souhaitait pas être concurrencé en interne par un autre sprinteur. Ainsi, depuis la 17e étape du Giro 2008, remportée par Greipel, les deux hommes n'ont plus démarré une seule course sous le même maillot. Selon le souhait du Britannique... L'Allemand s'est longtemps tu, attendant son heure. Surfant sur son excellent début d'année 2010, et voyant son coéquipier en plein doute, Greipel avait revendiqué une place sur le Tour. La réponse de Cavendish ? "Même en mauvaise forme, je suis meilleur que lui", une phrase lâchée juste après Milan-San Remo, à l'époque où le natif de l'île de Man, 89e de la Classicissima, ne savait plus gagner. La suite est connue, les larmes du Cav' après sa victoire à Montargis, le premier de ses cinq succès sur la Grande Boucle 2010... Aujourd'hui, les compteurs sont remis à zéro. Greipel a rejoint Omega-Pharma Lotto. Et leur duel s'annonce explosif, tout au long de l'année 2011. Greipel: "Cavendish fait son truc, je fais le mien" Tout commencera donc en Australie, avec ce Tour Down Under. Une course remportée l'an passé par... Greipel, et qui prend de plus en plus d'importance dans le calendrier, depuis son intégration au Pro Tour en 2008. "Il y a de plus en de plus de pression chaque année sur le Tour Down Under. Je ne suis pas sûr que c'est ce que l'on veut, mais c'est comme ça, a expliqué Mark Renshaw, le précieux poisson-pilote de Cavendish, à Cyclingnews. Il y aura beaucoup de pression sur nous. C'est la première confrontation entre André et Cav'..." De ce duel, Greipel n'en fait pas une montagne. "J'ai hâte que la course démarre, a déclaré l'Allemand au Herald Sun. Il y a d'autres coureurs dans le peloton, ce n'est pas juste Mark Cavendish. Tout le monde me pose des questions sur lui. Je ne lui parle pas, il fait son truc et je fais le mien." La concurrence, elle, se tient prête. Il y aura du beau monde au départ à Mawson Lakes, ce qui se fait de mieux pour les arrivées groupées: Gerald Ciolek, les frères Haedo, Stuart O'Grady, Allan Davis, le Français Romain Feillu, et bien sûr le troisième homme des sprints, Tyler Farrar. Peut-être le plus plateau de sprinteurs jamais vu... L'Américain de Garmin-Cervélo sera bien épaulé, avec notamment le Néo-Zélandais Julian Dean, et le tout récent champion d'Australie, Jack Bobridge, 21 ans seulement. Un coureur à suivre, tout comme le Norvégien Alexander Kristoff, qui n'hésite pas à se dire "capable de battre Cavendish". "Sinon, j'irai faire autre chose, assure le sprinteur de l'équipe BMC (23 ans), sur Procycling.no. Si Cavendish pense trop à Greipel, ils peuvent se marquer, et d'autres coureurs comme moi auront leur chance." Cette fois, plus que jamais, les sprints s'annoncent massifs.