Grange lâche le globe

  • A
  • A
Grange lâche le globe
Partagez sur :

C'est une bien mauvaise journée qu'a vécue le ski français samedi lors des finales de la Coupe du monde de Lenzerheide: chez les dames, Tessa Worley s'est inclinée sans skier face à Viktoria Rebensburg pour le globe du géant, l'ultime course ayant été annulée, tandis que chez les messieurs, Jean-Baptiste Grange, sorti lors de la première manche d'un slalom remporté par l'Italien Razzoli, laisse le globe de la spécialité à Ivica Kostelic.

C'est une bien mauvaise journée qu'a vécue le ski français samedi lors des finales de la Coupe du monde de Lenzerheide: chez les dames, Tessa Worley s'est inclinée sans skier face à Viktoria Rebensburg pour le globe du géant, l'ultime course ayant été annulée, tandis que chez les messieurs, Jean-Baptiste Grange, sorti lors de la première manche d'un slalom remporté par l'Italien Razzoli, laisse le globe de la spécialité à Ivica Kostelic. Trois globes à portée de main pour les Français en débarquant cette semaine à Lenzerheide pour les finales de la Coupe du monde, et à l'arrivée, c'est «fanny» que les Bleus quitteront la Suisse, non sans quelques regrets. Car sur deux des trois disciplines dans lesquelles ils pouvaient prétendre au titre, les géants masculin et féminin, les Tricolores ont abdiqué sans combattre, Cyprien Richard vendredi et Tessa Worley samedi ayant assisté, impuissants, à l'annulation de leur course, ce qui a permis à Ted Ligety et à Viktoria Rebensburg de remporter le globe de la spécialité. Finalement, seul Jean-Baptiste Grange aura eu l'opportunité d'aller chercher du cristal. Mais le skieur de Valloire s'est raté, sortant sur une première manche réduite à sa portion congrue par les organisateurs, à cause de l'épais brouillard mêlée de pluie tombé sur la station des Grisons. Une première faute dans le haut du tracé et voilà le dossard 4 obligé de jouer son va-tout, pour tenter de rester dans la course, la prise de risques lui a été fatale, et comme en 2008, voilà le globe qui s'échappe sur l'ultime course de la saison pour le Français. Grange redevenu la locomotive du ski français La déception, si elle reste présente dans la mesure où Ivica Kostelic, seulement 18e à Lenzerheide, n'a pas marqué de points ce qui aurait pu lui offrir un boulevard, sera cependant plus facile à digérer. D'abord parce que Grange, victime d'une sérieuse en décembre 2009 à Beaver Creek qui l'avait privé de Jeux olympiques, revient de loin cette saison. Ensuite parce que, contrairement aux finales de Bormio en 2008 au cours desquelles il avait cédé le trône de meilleur slalomeur à Manfred Moelgg sur les derniers piquets, il débarquait à Lenzerheide dans la position de l'outsider, deuxième au classement à 36 points d'Ivica Kostelic. Enfin et surtout parce que la saison "post-blessure" de Jean-Baptiste Grange aura été exceptionnelle avec, sur les dix slaloms de Coupe du monde courus, cinq podiums pour trois victoires (dont un fabuleux doublé Kitzbühel-Schladming), et un titre de champion du monde conquis de haute lutte dans une autre «Mecque» du ski alpin, Garmisch-Partenkirchen. On pourra certes regretter que cette saison s'achève sur deux fausses notes, à savoir deux sorties de piste lors des premières manches de Kranjska Gora et Lenzerheide, qui le privent finalement d'un deuxième globe, après celui remporté en 2009, mais le Français, gêné par une épaule douloureuse qu'il fera opérer en fin de mois, peut être fier de finalement terminer à la deuxième place devant le Suédois Andre Myrher et derrière celui qui aura été le meilleur skieur de l'exercice 2010/11, Ivica Kostelic, vainqueur de son deuxième globe de la spécialité (après 2002). Grange est redevenu cette saison la locomotive du ski français derrière laquelle les wagons sont de plus en plus nombreux, de Worley à Richard en passant par Théaux, Pinturault, Fanara, Noens, Missilier, Mermillod-Blondin... De bon augure pour les saisons à venir.