Govou, l'ultime dérapage ?

  • A
  • A
Govou, l'ultime dérapage ?
Partagez sur :

La virée grecque de Sidney Govou pourrait tourner court. Selon les médias athéniens, le milieu de terrain français pourrait être libéré dans les prochains jours par le Panathinaikos, le club qu'il a rejoint cet été. Sa dernière sortie nocturne samedi dernier semble être celle de trop pour des dirigeants excédés et déjà occupés à trouver un nouvel entraîneur...

La virée grecque de Sidney Govou pourrait tourner court. Selon les médias athéniens, le milieu de terrain français pourrait être libéré dans les prochains jours par le Panathinaikos, le club qu'il a rejoint cet été. Sa dernière sortie nocturne samedi dernier semble être celle de trop pour des dirigeants excédés et déjà occupés à trouver un nouvel entraîneur... Cette fois, les excuses pourraient ne pas suffire. Après plusieurs remontrances, il sera difficile à Sidney Govou de faire oublier sa dernière sortie nocturne, samedi dernier, quelques heures après un match nul peu glorieux face à Larissa, modeste 13e du championnat grec (1-1 à domicile). En état d'ébriété avancé selon la presse grecque, le joueur ne se serait surtout pas présenté le lendemain à l'entraînement. Le tout alors que l'entraîneur Nikos Nioplias était sur le point de démissionner, une décision finalement officialisée dans la journée. Déjà sanctionné financièrement à trois reprises pour des sorties nocturnes alcoolisées abondamment commentées par la presse grecque, Govou, en proie à des problèmes personnels et déstabilisé par le décès de son père à l'automne, a davantage fait les gros titres pour ses consommations que pour ses performances sur le terrain. A son actif, deux buts en six petites apparitions en championnat, et l'ouverture du score au Camp Nou lors de la défaite face à Barcelone en Ligue des champions (5-1). Mais derrière les statistiques se cache l'agacement de l'encadrement du club au trèfle qui ne croit plus à une nouvelle promesse d'amélioration, non tenue le mois dernier. Vers un arbitrage de la FIFA ? D'autant que ses précédents lyonnais (conduite en état d'ébriété en 2008, virée alcoolisée en marge de l'Open de tennis de Lyon en 2009) sont désormais connus de tous à Athènes. Le Français devrait cependant profiter du flou entourant la direction sportive du club pour obtenir un sursis. Le rendez-vous fixé par le club avec l'agent de l'ancien international, prévu ce vendredi, pourrait ainsi être décalé au début de la semaine. Le tout pour permettre aux dirigeants de finaliser l'arrivée du nouvel entraîneur, alors que Jesualdo Ferreira, récemment limogé par Malaga, ou encore Giovanni Trapattoni sont notamment annoncés. Selon le site grec Sportday, Sidney Govou ne devrait cependant pas obtenir d'énième chance. Les dirigeants se seraient ainsi mis d'accord pour mettre un terme à son contrat, quelque soit le nom de leur nouvel homme fort. Et seraient même prêts à faire intervenir la FIFA pour s'éviter de coûteux dédommagements lors de la rupture du contrat. L'ancien Lyonnais touche en effet près d'1,2 million d'euros annuels sur une durée de deux ans. Hors de question dans ce cas de payer cette somme alors que la faute du joueur semble avérée. Un arrangement devrait donc être trouvé afin de s'éviter un nouveau scandale devant les organes internationales, dommageable tant pour le club que pour le joueur. Mais à 31 ans et avec un tel CV, Sidney Govou pourrait de toute façon avoir bien du mal à trouver un nouveau point de chute.