Gourcuff au repos forcé

  • A
  • A
Gourcuff au repos forcé
@ Reuters
Partagez sur :

LIGUE 1 - Le Bordelais pourrait manquer les trois derniers matches de la saison.

LIGUE 1 - Le Bordelais pourrait manquer les trois derniers matches de la saison.Sale fin de saison pour Yoann Gourcuff. Moins performant avec Bordeaux ces derniers temps, le milieu de terrain international risque de ne plus fouler les pelouses de Ligue 1 cette saison. Au mieux, il ne reviendra que lors de la dernière journée du championnat, le 15 mai prochain à Lens, a déclaré lundi Laurent Blanc. "Ce qui est certain, c'est qu'il ne sera pas là pour Nice (mercredi) et pour Sochaux (samedi), a indiqué l'entraîneur des Girondins lors d'une conférence de presse avant le déplacement sur la Côte d'Azur. Ça me semble difficile, après il faudra voir. On aura une semaine. Le staff médical nous informera."Le meneur de jeu de l'équipe de France s'est blessé au début du match de Ligue 1 entre Lorient et Bordeaux le 24 avril (1-0). Il n'a été remplacé qu'à la mi-temps et souffre d'une lésion minime des ischio-jambiers gauches, ce qui explique son absence lors de la victoire des Bordelais contre Toulouse, dimanche (1-0). Si elle est préjudiciable pour les champions de France, l'indisponibilité de Yoann Gourcuff ne doit pas non plus rassurer Raymond Domenech, qui annoncera la liste des vingt-trois Tricolores pour la Coupe du monde le 11 mai.Une préparation pour le Mondial tronquée ?Interrogé sur la façon de gérer cette blessure, juste avant cette échéance cruciale pour l'équipe de France, Laurent Blanc a reconnu être un supporter "très impliqué" des Bleus. Mais le "Président" a néanmoins précisé qu'il pensait d'abord à son club, actuellement cinquième de Ligue 1 et toujours à la lutte avec Lille, Lyon et Montpellier pour décrocher une place européenne en vue de la saison prochaine. "C'est logique. Tous les entraîneurs vous diront la même chose", a-t-il assuré, soulignant qu'il ne prendrait "aucun risque exagéré". Pour Yoann Gourcuff, attendu comme le chef d'orchestre des Bleus en Afrique du Sud, la préparation au Mondial n'est pas idéale. Mais ce petit pépin pourrait lui être bénéfique dans la mesure où il va lui permettre de souffler et d'échapper à la pression des médias qu'il a récemment dénoncée: "La presse, la saison passée, était plus sur le dos de Lyon. Cette année, c'est Bordeaux qui en prend pour son grade. Tout ça crée une atmosphère, un climat. On a perdu de l'enthousiasme à cause de ça. Vous (les journalistes) êtes sur la peau de Bordeaux, vous voulez trouver des petites bêtes pour essayer de déstabiliser Bordeaux." Il est tranquille pour une semaine. Au moins.