Goss fait coup double

  • A
  • A
Goss fait coup double
Partagez sur :

Dominé par Greg Henderson la veille, Matthew Goss a pris sa revanche mardi lors de la troisième étape de Paris-Nice. Le sprinteur australien a en effet devancé à Nuits-Saint-Georges son compatriote Heinrich Haussler (Garmin-Cervelo) et le Russe Denis Galimzyanov (Katusha). Le coureur de la HTC parvient même à s'emparer du maillot de leader grâce au jeu des bonifications.

Dominé par Greg Henderson la veille, Matthew Goss a pris sa revanche mardi lors de la troisième étape de Paris-Nice. Le sprinteur australien a en effet devancé à Nuits-Saint-Georges son compatriote Heinrich Haussler (Garmin-Cervelo) et le Russe Denis Galimzyanov (Katusha). Le coureur de la HTC parvient même à s'emparer du maillot de leader grâce au jeu des bonifications. Déjà vainqueur cette saison d'une étape sur le Tour Down Under et le Tour d'Oman, Matthew Goss a ajouté une nouvelle ligne à son palmarès mardi en remportant la 3e étape de Paris-Nice. Battu lundi par l'expérimenté Gregory Henderson (Sky), l'Australien de la HTC-Highroad n'a cette fois laissé aucune chance aux autres spécialistes du sprint massif. Vainqueur devant Heinrich Haussler (Garmin-Cervelo) et le Russe Denis Galimzyanov (Katusha), déjà troisième la veille, le coureur de 24 ans en profite même pour prendre le maillot jaune de leader au Belge Thomas De Gendt pour deux petites secondes, grâce aux dix secondes de bonifications attribuées à chaque vainqueur d'étape. Pour cette troisième levée, longue de 202 kilomètres, disputée entre Cosne-Cours-sur-Loire et Nuits-Saint-Georges, les coureurs avaient rendez-vous avec la première difficulté de la semaine, située à 23 kilomètres de l'arrivée. Classée en deuxième catégorie, la Côte de Bécoup, 5.1 km de montée à 5.3% de moyenne, n'a pas pour autant permis aux puncheurs de faire la différence. Ce n'est toutefois pas faute d'avoir essayé. Au moment où le peloton était en passe de rejoindre l'échappée du jour, cinq coureurs partis dès les premiers kilomètres - Cyril Gautier (Europcar), Cédric Pineau (FDJ), Blel Kadri (Ag2r-La-Mondiale), Jussi Veikkanen (Omega Pharma Lotto) et Romain Hardy (Bretagne-Schuller) -, Thomas Voeckler partait en contre, accompagné par un autre Français, Blel Kadri, qui en avait visiblement gardé sous la pédale. Sagan à terre, Chavanel crève au mauvais moment Si les deux hommes parvenaient à atteindre le sommet en tête avec une vingtaine de secondes d'avance sur le peloton, leur tentative échouait à cinq kilomètres du but. Le sprint massif était alors inéluctable, malgré un dernier kilomètre sinueux dont a fait les frais Peter Sagan, qui a chuté à la sortie du dernier virage alors qu'il était en très bonne position. Le Slovaque de la Liquigas, cité parmi les grands favoris de l'épreuve, devrait a priori repartir sans dommage mercredi. Ce qui n'est pas le cas de Romain Sicard. Déjà distancé la veille, le jeune coureur français d'Euskaltel-Euskadi n'a pas pris le départ ce mardi matin, gêné par une douleur au genou. La journée a également été pénible pour Sylvain Chavanel, victime d'une crevaison à dix kilomètres de l'arrivée. S'il est parvenu à revenir sur le peloton, le Tricolore de la Quick-Step, qui espère finir sur le podium de cette 69e édition de la Course au soleil, a dû un peu puiser dans ses réserves, alors que se profile mercredi une étape très nerveuse dans le Beaujolais.