Gonzalez s'échappe du BO

  • A
  • A
Gonzalez s'échappe du BO
Partagez sur :

Eprouvé par une saison achevée sur une élimination en barrages à Clermont, le week-end dernier, Jean-Michel Gonzalez n'entraînera plus les avants du Biarritz Olympique. L'ancien talonneur, de moins en moins en phase avec le rugby actuel, a choisi contre l'avis de son président, de quitter ses fonctions.

Eprouvé par une saison achevée sur une élimination en barrages à Clermont, le week-end dernier, Jean-Michel Gonzalez n'entraînera plus les avants du Biarritz Olympique. L'ancien talonneur, de moins en moins en phase avec le rugby actuel, a choisi contre l'avis de son président, de quitter ses fonctions. C'était dans l'air depuis quelques jours et l'élimination du BO en barrages du Top 14 à Clermont (27-17): Jean-Michel Gonzalez ne sera plus l'entraîneur des avants du Biarritz Olympique la saison prochaine, annonce un communiqué du club basque. Une décision personnelle que ne souhaitait pas à l'évidence Serge Blanco. "Le BOPB et son président le regrettent vivement car le travail effectué durant ces deux saisons et demi a permis d'obtenir en compagnie de son ami Jack Isaac de bons résultats", est-il précisé en référence à la finale de H Cup, perdue en 2010 face à Toulouse, au Stade de France, et un retour en phases finales du Top 14 cette saison après trois ans de disette. Des performances qui parlent pour l'homme de Cambo, qui a contribué en effet à relancer le BO vers les sommets, tout en contribuant à l'émergence de nouveaux talents, le néo-Mondialiste Rafael Lakafia, en tête. Gonzalez: "Les mentalités ont changé..." Des considérations purement sportives, dont on peut penser qu'elles n'ont finalement pas peser de manière décisive sur la décision de l'ancien talonneur, sans doute plus marqué finalement par l'épisode de son vrai-faux départ du début de saison (voir: ) que par les éliminations de son équipe en quarts de finale de la H Cup face à Toulouse (20-27, a.p.) et donc le week-end dernier, dans le volcan clermontois. Fier et entier, attaché à une certaine conception de son sport et surtout à certaines valeurs sur lesquelles il ne transige pas, "Gonzo" ne se retrouvait plus dans le rugby actuel en pleine mutation. Parfois pour le meilleur et de plus en plus souvent pour le pire... Il l'avouait récemment dans un entretien accordé à Attitude Rugby. "Les mentalités ont changé, maintenant, l'image des joueurs rentre en jeu, leur notoriété et leur ego surdimensionné, regrettait-il, amer. Il est vrai qu'aujourd'hui les joueurs prennent, à mon goût, un peu trop de place dans le sportif. (...) On leur demande beaucoup leur avis, et finalement, on se rend compte que les joueurs tirent tout le temps la couverture à eux. (...) Avant, il y avait un entraîneur, un président, et tout le monde avait le respect de la hiérarchie." Un temps révolu, selon lui. Aujourd'hui, le voilà qui choisit une nouvelle fois de s'éclipser, prêt à retrouver, lui qui était revenu jouer les pompiers du BO en novembre 2008 en remplacement de Jacques Delmas, sa société de... sécurité incendie. Pourtant, son président, qui n'oublie pas de remercier ce fidèle serviteur du club pour "sa fidélité et son dévouement", avoue aussi sa conviction "qu'un jour leurs routes se recroiseront." Comme vont se croiser à nouveau celles de Gonzalez et de Patrice Lagisquet, dont le retour au club a été annoncé il y a peu, mais dont le rôle précis reste à définir -il pourrait endosser la charge de Directeur technique. Le nouvel organigramme du BO en vue de la saison prochaine sera communiqué le lundi 23 mai. Il semble d'ores et déjà acquis que l'ancien technicien rochelais Serge Milhas succédera à Jean-Michel Gonzalez dans ses fonctions.