Gomis retrouve les Bleus

  • A
  • A
Gomis retrouve les Bleus
Partagez sur :

C'était attendu, Laurent Blanc a tranché en appelant, jeudi au siège de la FFF, Bafétimbi Gomis dans une liste de 24 joueurs qui affronteront l'Albanie le 7 octobre puis la Bosnie quatre jours plus tard pour les deux derniers matches qualificatifs à l'Euro 2012. Il n'y a pas d'autres surprises mais une réelle continuité puisqu'Alou Diarra, particulièrement décevant avec l'OM, fait toujours partie du groupe.

C'était attendu, Laurent Blanc a tranché en appelant, jeudi au siège de la FFF, Bafétimbi Gomis dans une liste de 24 joueurs qui affronteront l'Albanie le 7 octobre puis la Bosnie quatre jours plus tard pour les deux derniers matches qualificatifs à l'Euro 2012. Il n'y a pas d'autres surprises mais une réelle continuité puisqu'Alou Diarra, particulièrement décevant avec l'OM, fait toujours partie du groupe. Deux ans après sa dernière sélection le 14 octobre 2009 face à l'Autriche (3-1), Bafétimbi Gomis, 5 capes à ce jour pour 2 buts (marqués lors de sa première face à l'Equateur le 27 mai 2008, ce qui lui avait valu d'aller à l'Euro 2008), fait son retour en Bleu, et le moins que l'on puisse dire, c'est que ce retour n'est nullement une surprise. Lors du précédent rassemblement, à l'occasion des déplacements en Albanie et en Roumanie, son nom était déjà régulièrement cité comme un prétendant à l'équipe de France, Laurent Blanc lui avait préféré Guillaume Hoarau, au nom de la "logique de groupe" et parce qu'il considérait qu'il fallait faire plus que trois ou quatre bons matches pour intégrer le groupe. Un mois plus tard, c'est le cas, puisque Bafétimbi Gomis a poursuivi en septembre sur la lancée de son mois d'août réussi, au point d'occuper aujourd'hui la place de meilleur réalisateur de Ligue 1 (avec 6 buts) et d'avoir été décisif mardi soir en inscrivant d'un lob subtil le premier des deux buts de la victoire lyonnaise sur le Dinamo Zagreb (2-0) en Ligue des champions. Ses performances n'ont bien évidemment pas échappé à Laurent Blanc qui, Hoarau étant indisponible, a donc convoqué pour la première fois depuis qu'il est sélectionneur l'ancien Stéphanois. "Par rapport à ce qu'il réalise depuis le début de la saison, on voit que c'est un joueur en pleine confiance. On l'a vu encore mardi soir, il y a qu'à voir l'action qu'il a osée pour marquer le but. On avait dit la fois dernière qu'il n'était pas loin et qu'il fallait qu'il continue ses bonnes prestations, c'est ce qu'il a fait. L'équipe de France est ouverte aux joueurs en confiance et capables de nous apporter quelque chose de plus, c'est le cas, j'espère qu'il nous fera profiter de son état de forme." Reste à savoir si le Lyonnais aura l'occasion de jouer face à l'Albanie et/ou la Bosnie les 7 et 11 octobre prochains, l'importance de ces deux derniers matches de qualification pour l'Euro 2012 penchant a priori pour la titularisation d'un Karim Benzema devenu si important en équipe de France (40 sélections, 13 buts). Un Benzema qui a connu une petite alerte mardi lors du match de Ligue des champions face à l'Ajax Amsterdam (victoire du Real 3-0 avec un but de l'ancien Lyonnais), sortant à un quart d'heure de la fin pour éviter toute prise de risque. Inquiet Laurent Blanc ? Pas vraiment: "Il (Karim) a été un peu touché, c'est un ennui un peu musculaire, mais ce n'est pas très très grave, d'après ce qu'on sait. Il devait passer une IRM ce matin, on va se renseigner sur son état de santé, on va voir s'il est convoqué pour le match du week-end (sur la pelouse de l'Espanyol dimanche, ndlr). Mais que ce soit le cas ou pas, il sera avec nous lundi matin, car c'est une convocation pour deux matches.""On a commencé avec ce groupe, j'espère qu'on va finir avec ce groupe" Et si Benzema ne peut pas jouer face à l'Albanie, dans la hiérarchie des attaquants de pointe, Kevin Gameiro a peut-être, du fait de son ancienneté auprès du sélectionneur, une longueur d'avance sur Gomis qui, de son côté, est pour Laurent Blanc en avance sur les autres prétendants à la sélection que sont Djibril Cissé ou Olivier Giroud. A propos du premier, Laurent Blanc a glissé: "Il fait partie des joueurs que l'on suit, mais dans ce secteur-là, on a quand même des joueurs importants qui marquent des buts, qui montrent qu'ils sont en forme. Et on ne va pas bouleverser les choses à ce niveau des éliminatoires. Mais la vérité du mois d'octobre ne sera pas forcément celle du mois de juin, de novembre ou de février." Un discours d'ailleurs repris plusieurs fois au cours de son intervention par le sélectionneur, trop soucieux de la qualification pour modifier si près du but un groupe qui lui a globalement donné satisfaction. "On a fait un grand pas par rapport à là où on est partis, mais il faut enfoncer le clou en octobre, il faut se concentrer uniquement sur ces deux matches, donc effectivement, la notion de groupe est importante. C'est vrai que des joueurs font preuve depuis le début de la saison de qualités intéressantes, on les note, mais ces deux matches sont tellement importants qu'on a commencé avec ce groupe, j'espère qu'on va finir avec ce groupe. Il sera après temps de parler de joueurs qui pourront peut-être faire valoir leurs qualités internationales." Mexès trop juste, Diarra OK malgré un "début de saison médiocre" Cissé, Giroud et les autres prétendants régulièrement cités (Mavuba, Pedretti, Lassana Diarra, Cheyrou, Gonalons...) attendront donc la qualification (si elle arrive) pour découvrir ou retrouver l'équipe de France, tout comme les blessés que sont Diaby, Sakho, Hoarau, Ben Arfa ou Mexès. Ce dernier, qui a disputé mardi son premier match officiel, 45 minutes avec la réserve de son nouveau club, l'AC Milan, a été jugé trop juste pour revenir pour le double rendez-vous du Stade de France: "Non, il faut être sérieux. On joue deux matches décisifs, il faut être au maximum de sa forme physique, il faut avoir repris le rythme de la compétition. Philippe a repris hier, il a joué 45 minutes, c'est de bon augure, mais trop juste pour prétendre faire partie du groupe pour ces deux matches. Il y a d'autres joueurs dans son cas, comme Ben Arfa, on surveille tout ça." Le joueur de Newcastle appréciera sans doute d'être cité, lui qui faisait partie de la première sélection de Laurent Blanc, en août 2010 face à la Norvège, et peut apporter sa percussion à une équipe de France qui en manque singulièrement, surtout au regard de ses derniers matches. De percussion, il en a été aussi question ce jeudi à propos d'un Franck Ribéry, époustouflant avec le Bayern, mais pas encore avec les Bleus. Un problème pour Laurent Blanc ? "Je lui ai dit comme à plusieurs joueurs: on veut toujours plus des joueurs si on sent qu'ils peuvent nous amener plus. Il faut d'abord qu'ils retrouvent leur niveau dans leur club. Je vois que Franck a retrouvé le plaisir de jouer, s'il avait la riche idée de nous en faire profiter, ça serait une très bonne chose pour tout le monde, mais je ne fais pas une fixation sur lui." Et sur Alou Diarra, encore appelé malgré un début de saison raté avec l'Olympique de Marseille ? "Je sais ce qu'il est capable de faire avec nous et dans un groupe, et sur ces matches-là, c'est important. Effectivement, il fait un début de saison médiocre, comme son club, mais je sais qu'il peut être présent et qu'au niveau mental, c'est un élément important pour l'équipe." Là encore, la logique de groupe, si chère à Laurent Blanc, a prévalu, une logique qui sera évaluée à l'aune de la qualification (ou pas) des Bleus pour l'Euro 2012. On saura le 11 octobre au soir...