Gomis de plus en plus candidat

  • A
  • A
Gomis de plus en plus candidat
Partagez sur :

Le forfait de Karim Benzema pour les deux derniers matches des éliminatoires de l'Euro 2012 va redistribuer les cartes en attaque. Et comme Laurent Blanc réfute toute idée de hiérarchie derrière le joueur du Real devenu incontournable, tout le monde peut espérer débuter vendredi soir face à l'Albanie. Y compris Bafétimbi Gomis, même si l'attaquant lyonnais préfère privilégier l'aspect collectif de l'équipe de France.

Le forfait de Karim Benzema pour les deux derniers matches des éliminatoires de l'Euro 2012 va redistribuer les cartes en attaque. Et comme Laurent Blanc réfute toute idée de hiérarchie derrière le joueur du Real devenu incontournable, tout le monde peut espérer débuter vendredi soir face à l'Albanie. Y compris Bafétimbi Gomis, même si l'attaquant lyonnais préfère privilégier l'aspect collectif de l'équipe de France. Et si Bafétimbi Gomis passait en force pour son retour en Bleu ? Sélectionné en équipe de France pour la première fois depuis près de deux ans, l'attaquant de l'Olympique Lyonnais pourrait bien jouer un rôle plus important que prévu face à l'Albanie et la Bosnie, les 7 et 11 octobre, lors des deux derniers matches des éliminatoires de l'Euro 2012. Le forfait de Karim Benzema, rendu officiel lundi après-midi, va contraindre Laurent Blanc à revoir ses plans en attaque. Sans le meilleur buteur des Bleus, auteur de 13 buts en 40 sélections dont déjà cinq sous l'ère Blanc, la logique voulait que Kévin Gameiro soit titularisé à la pointe du 4-2-3-1 privilégié par le sélectionneur. Mais le Parisien, touché à un genou, est d'ores et déjà forfait contre l'Albanie. Et Laurent Blanc a précisé lundi à Clairefontaine, au premier jour du rassemblement des Bleus, que derrière Benzema aucune hiérarchie n'était arrêtée à ce poste. La porte semble donc ouverte à tous, y compris pour Gomis. "Benzema est le n°1, ce qui est déjà pas mal, a indiqué Laurent Blanc. Pour le reste, la titularisation de tel ou tel attaquant dépendra de l'adversaire, de l'animation offensive." Invité à dialoguer avec la presse ce lundi, Gomis, demeuré dans la capitale après la défaite de Lyon à Paris la veille au soir, est resté fidèle à ses principes en refusant de se vendre. "Nous sommes trois joueurs qui présentons trois profils différents, a-t-il simplement commenté en se prêtant au jeu des comparaisons avec Gameiro et Rémy. Mais nous sommes tous au service du collectif. Et quand je suis arrivé ici, le sélectionneur et le staff technique m'ont imprégné de deux mots forts qui sont «collectif» et «respect». Cela me semble important de suivre cette ligne directrice...""Il faudra que je me tienne prêt" Si l'expérience au niveau international devait être privilégiée pour ces rencontres capitales, le Lyonnais, qui compte cinq sélections (pour deux buts), ne partirait pas avec un gros désavantage sur le Parisien (6 sélections) et le Marseillais (13 sélections). En revanche, au niveau de la confiance, Gomis, co-meilleur buteur de la Ligue 1 avec le jeune Alain Traoré, possède actuellement une longueur d'avance sur la concurrence. Suffisant pour jouer vendredi prochain face à l'Albanie ? "Quel que soit mon futur statut, je suis à la disposition du sélectionneur, précise l'intéressé. Il fera des choix et, que je débute la rencontre, que je sois sur le banc ou en tribunes, il faudra que je me tienne prêt. (...) Pour moi, peu importe la composition, ce qui importe c'est la qualification pour l'Euro 2012, à savoir l'objectif que s'est fixée la France. Après, qui joue..." Joueur altruiste, Gomis incarne très bien les valeurs collectives défendues par Laurent Blanc. Ce qui ne peut jouer qu'en sa faveur. Figurer sur la feuille de match vendredi prochain serait déjà une petite victoire pour «Bafé». Mais le voir fouler la pelouse du Stade de France à l'occasion de ces deux grands rendez-vous ne constituerait pas une surprise vu les circonstances. Auquel cas toutes les minutes compteront pour marquer des points. Car l'Euro débutera dans un peu plus de huit mois. Et si l'équipe de France valide son billet pour la Pologne et l'Ukraine dans une semaine, il n'y aura pas de la place pour tout le monde. Et là Gomis n'aimerait pas rester à la maison, même au nom du collectif.