Giroud, la preuve par trois

  • A
  • A
Giroud, la preuve par trois
Partagez sur :

Montpellier n'en finit plus d'assumer son nouveau statut, et Olivier Giroud avec. Les Héraultais l'ont emporté à Sochaux (3-1) grâce à un triplé de leur attaquant international, en ouverture de la 15e journée de Ligue 1. Ce qui leur permet de prolonger par la même occasion leur originale série de victoires lorsque René Girard est suspendu. Et de prendre trois points d'avance sur le PSG, accessoirement.

Montpellier n'en finit plus d'assumer son nouveau statut, et Olivier Giroud avec. Les Héraultais l'ont emporté à Sochaux (3-1) grâce à un triplé de leur attaquant international, en ouverture de la 15e journée de Ligue 1. Ce qui leur permet de prolonger par la même occasion leur originale série de victoires lorsque René Girard est suspendu. Et de prendre trois points d'avance sur le PSG, accessoirement. Si le tube de l'été a pu être le PSG, celui de l'automne se situe incontestablement plus au sud. Montpellier ne va pas bien, Montpellier va extrêmement bien. Sur un nuage, les Héraultais ont tout gagné en l'emportant de cette façon à Sochaux (3-1), c'est-à-dire avec un scénario assez stressant et surtout un triplé de Giroud. Pour la cinquième fois d'affilée, les hommes de René Girard n'ont été nullement perturbés par la suspension de leur entraîneur, puisque la saison dernière, le MHSC avait déjà gagné les quatre matches qu'il avait eu à disputer sans son coach sur le bord du terrain. Sympathique coïncidence... Montpellier prend les commandes du championnat, au moins provisoirement, et a quand même de bonnes chances de les conserver. Les Héraultais ont trois points d'avance sur le PSG, qui ne pourra repasser en tête qu'en l'emportant par deux buts d'écart au Vélodrome. Déjà leaders de la 3e à la 5e journée, puis après la 7e journée, les joueurs de la Paillade se placent de plus en plus sérieusement comme le principal rival de Paris. Très sérieux collectivement, les Montpelliérains ne se sont fait rejoindre que sur un coup de pied arrêté, après un mauvais dégagement de Giroud (84e). Mais l'international français a fait mieux que se reprendre ensuite. "Que du bonheur" Après une première période déjà dominée par les visiteurs, avec des occasions pour Belhanda (7e, 29e) ou Yanga-Mbiwa (15e) et un but injustement refusé à Bedimo pour un hors-jeu (13e), Giroud a frappé une première fois dès le retour des vestiaires. Avec le bon égoïsme du buteur, l'ancien Tourangeau a poussé à 50cm de la ligne un ballon d'Utaka qui allait probablement rentrer (0-1, 49e). Le loupé de Bakambu dans la foulée (52e) a sûrement coûté très cher, car cette occasion manquée a permis à Montpellier d'asseoir son autorité tactique sur le jeu. Récompensés quand même de leur persévérance par l'égalisation de Camara (1-1, 84e), les jeunes Sochaliens ont ensuite plié face à l'état de grâce de Giroud. "C'est un très bon début de saison, ce n'est que du bonheur d'évoluer dans ce club", pouvait se réjouir devant les caméras de Foot+ le désormais seul meilleur buteur de Ligue 1, avec 11 buts. La joie était presque mesurée, tant l'attaquant venait à nouveau de frapper un grand coup. Seulement deux minutes après le but sochalien, le grand avant-centre a sorti une merveille de lob à l'entrée de la surface (1-2, 86e) avant de profiter d'une excellente passe en profondeur de Belhanda pour piquer son ballon devant Richert (1-3, 88e). Toute la panoplie du buteur parfait y est passée sur ces trois réalisations. Là où tant d'autres ont échoué, Olivier Giroud est donc en train de confirmer après un passage en équipe de France. C'est une rareté qui donne peut-être une indication supplémentaire sur le réel potentiel du bonhomme, qui veut rester prudent. "Il y a encore une marge de progression, notamment dans la relance, on perd encore beaucoup de ballons. Ça a été mieux en seconde période, après le recadrage du coach à la mi-temps. On va regarder le Clasico en espérant qu'il y ait un nul." Et pour son duel à distance avec Kévin Gameiro, il n'a sûrement pas beaucoup de mouron à se faire. Ou alors, c'est que l'ancien Lorientais aura fait fort, très fort.