Girard, l'heureux suspendu

  • A
  • A
Girard, l'heureux suspendu
Partagez sur :

Sur son petit nuage, Montpellier se déplace samedi à Sochaux sans son entraîneur, à l'occasion de la 15e journée de Ligue 1. En tout cas, pas sur le banc, puisque René Girard purgera à cette occasion le premier de ses deux matches de suspension. Pas certain que le MHSC ait à s'en inquiéter pour autant, au vu des précédents victorieux de la saison dernière.

Sur son petit nuage, Montpellier se déplace samedi à Sochaux sans son entraîneur, à l'occasion de la 15e journée de Ligue 1. En tout cas, pas sur le banc, puisque René Girard purgera à cette occasion le premier de ses deux matches de suspension. Pas certain que le MHSC ait à s'en inquiéter pour autant, au vu des précédents victorieux de la saison dernière. Loin du terrain, ça fait du bien... René Girard s'est présenté jeudi tout détendu devant les journalistes, alors que l'entraîneur du MHSC va pourtant purger deux matches hors de son banc de touche, suite à des "contestations répétées et propos blessants envers le 4e arbitre" lors de la victoire à Caen le mois dernier (3-1). Habitué du genre, le technicien héraultais avait déjà été suspendu à quatre reprises la saison dernière, soit plus de 10% des matches de Ligue 1 de son équipe. Mais le large sourire affiché par Girard peut s'expliquer par une statistique, franchement rassurante: lors de ces quatre rencontres jouées sans lui sur le banc de touche, Montpellier a toujours gagné. Le fait est assez étonnant, et il n'est pas spécialement méchant d'affirmer que l'intéressé est habitué. Ses adjoints Pascal Baills et Nicolas Girard (son fils, ancien joueur de Beauvais notamment et préparateur physique) assureront donc l'intérim, comme ils l'ont fait avec brio lors du précédent exercice. Et l'organisation est rodée, comme Girard père l'a affirmé lors de sa conférence de presse: "Avec les stades modernes, je pense que je ne vais pas être loin derrière. Je vais pouvoir leur taper sur l'épaule, ils pourront se retourner(rires)." D'ailleurs, pas question d'avoir recours au téléphone... "On se comprend mieux avec des gestes et la voix" Pour l'intéressé, qui se dit déjà "vieillard", rien ne vaut le contact, même lointain. "On est des enfants à l'ancienne, on se comprend mieux avec des gestes et la voix. Quand on appuie, il y a l'autre qui débranche (rires) ! L'action passe, il y a une contre-attaque et on perd du temps..." Vu comme ça, en effet, ça ne servirait pas à grand-chose. D'autant qu'il est donc avéré que la méthode sans Girard fonctionne à la perfection. Autant ne rien changer, et le coach s'y emploie avec ses traditionnels discours d'avant-match: "A Sochaux, c'est le genre de match piège. Ça va être plus compliqué que ça ne l'a été contre Marseille." Et si le patron technique du MHSC est aussi radieux - car c'était presque le terme qui convenait jeudi - c'est aussi, bien sûr, grâce au classement et aux performances actuelles de son équipe. "Il faut essayer de garder cette direction, cette dynamique. Les garçons ont pris deux-trois ans, de la bouteille, de la confiance." Quant à l'avant-match un peu animé face à Marseille, avec notamment la réponse de Younès Belhanda à certaines critiques olympiennes sur le soi-disant jeu dur héraultais, Girard a voulu tempérer. "J'aime quand il y a de la rébellion, mais je pense qu'à un moment, il faut se remettre au boulot avec sérénité, continuer à avancer. Je dirai toujours que le terrain est la seule réponse." Paroles d'un sage, même s'il ne l'est pas toujours. Point presse René Girard avant Sochaux (15e... par mhscfoot