Gilot sous les projecteurs

  • A
  • A
Gilot sous les projecteurs
Partagez sur :

Profitant de l'absence d'Alain Bernard et du forfait de Frédérick Bousquet, Fabien Gilot a remporté jeudi la finale du 100 m à Canet-en Roussillon, deuxième étape du Mare Nostrum. Le Tricolore s'est imposé en 48''33 devant deux Russes. Déception pour l'Australien Eamon Sullivan, seulement 6e en 49''13, et pour le Brésilien Cesar Cielo, éliminé en séries.

Profitant de l'absence d'Alain Bernard et du forfait de Frédérick Bousquet, Fabien Gilot a remporté jeudi la finale du 100 m à Canet-en Roussillon, deuxième étape du Mare Nostrum. Le Tricolore s'est imposé en 48''33 devant deux Russes. Déception pour l'Australien Eamon Sullivan, seulement 6e en 49''13, et pour le Brésilien Cesar Cielo, éliminé en séries.Heureux sprint français qui même privé de ses deux meilleurs éléments peut encore compter sur un troisième larron pour monter sur la plus haute marche. Une densité qui s'est encore exprimée jeudi, lors de cette deuxième journée du meeting de Canet-en-Roussillon, deuxième étape de ce Mare Nostrum, qui se clôturera à Monaco ce week-end. On attend sur le Rocher sa majesté Alain Bernard. En attendant le champion olympique était absent dans le bassin Europa de Canet, où après sa performance au bout de l'effort la veille sur 50 mètres, Frédérick Bousquet, diminué par une mauvaise sinusite, avait cette fois renoncé à la distance reine.Charge était donc confiée à Fabien Gilot, record personnel à 47"98, de porter haut les couleurs tricolores face à la concurrence. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que le nageur du CN Marseille a su prendre ses responsabilités. D'ordinaire habitué à évoluer dans l'ombre de Bernard et depuis cette année de Bousquet, comme mercredi en étant réduit à la finale B du 50 mètres (22"49), Gilot s'est libéré et a pris sa part de lumière. Dès les séries, il était le seul à passer sous les 49" (48"14) et donnait ainsi le ton, tandis que les surprises tombaient avec les éliminations de l'Américain Cullen Jones (50"25) et surtout du Brésilien Cesar Cielo, impressionnant à Barcelone (doublé 50-100 m) et encore deuxième la veille sur 50 mètres, seulement battu à la touche par Bousquet, mais seulement onzième chrono (49"48). Bousquet sur 50 m papillonAinsi débarrassé du médaillé de bronze de la distance aux JO de Pékin, Gilot se présentait en finale en position de force, d'autant que l'Australien Eamon Sullivan, crédité d'un modeste 49"21, ne semblait pas totalement remis de son rhume catalan. Et le Nordiste n'a pas raté l'opportunité offerte. Moins rapide qu'en séries, mais capable de surmonter sa crispation de fin de course pour l'emporter en 48"33 devant un duo 100 % russe, composé de Danila Izotov (48"45) et Evgeny Lagunov (48"75). Gilot tenait sa victoire, tandis que Sullivan, lui, confirmait ses difficultés, seulement sixième en 49"13.Des chronos moyens chez les hommes, mais une performance de tout premier plan quelques minutes plus tôt sur le 100 mètres féminin éclaboussé par la classe de l'Australienne Lisbeth Trickett, victorieuse en 53"27, à seulement quatre dixièmes de son record du monde (52"88). Forfait sur 100 mètres, Bousquet avait tenu à s'engager sur 50 mètres papillon, où le Français se contentait de la quatrième place en 23"68 d'une course dominée par l'Espagnol Rafael Munoz Perez en 23"37, loin de se son record du monde (22"43) établi en début d'année avec ou grâce à la Jaked 01. Gilot vainqueur sur 100 mètres, un autre Français concluait ces deux jours sur un succès, Anthony Panier enlevait le 400 mètres à la touche en 3'52"07 devant l'Anglais Ross Davenport (3'52"09).