Gilbert, le nouveau cannibale

  • A
  • A
Gilbert, le nouveau cannibale
Partagez sur :

Si son palmarès n'est en rien comparable à celui d'Eddy Merckx, Philippe Gilbert fait preuve de la même soif de victoires que son glorieux aîné. Déjà vainqueur de l'Amstel Gold Race et de la Flèche-Wallonne, le coureur belge a décroché dimanche un troisième succès majeur dans la même semaine en s'adjugeant pour la première fois de sa carrière Liège-Bastogne-Liège devant les frères Schleck.

Si son palmarès n'est en rien comparable à celui d'Eddy Merckx, Philippe Gilbert fait preuve de la même soif de victoires que son glorieux aîné. Déjà vainqueur de l'Amstel Gold Race et de la Flèche-Wallonne, le coureur belge a décroché dimanche un troisième succès majeur dans la même semaine en s'adjugeant pour la première fois de sa carrière Liège-Bastogne-Liège devant les frères Schleck. Philippe Gilbert est actuellement sur un nuage et personne ne peut l'arrêter. Vainqueur il y a une dizaine de jours de la Flèche Brabançonne, le coureur de la formation Omega Pharma-Lotto a réalisé un triplé historique lors des Classiques ardennaises en remportant successivement l'Amstel Gold Race, la Flèche Wallonne et Liège-Bastogne-Liège. Un exploit que seul l'Italien Davide Rebellin avait jusqu'à présent réussi à accomplir en 2004. Intenable le week-end dernier et mercredi, le Wallon rêvait de s'imposer sur ses terres dimanche à l'occasion de la 97e édition de la Doyenne des classiques. Surveillé de près par tous les autres prétendants à la victoire, le Belge de 28 ans n'a semblé avoir eu aucun mal à construire son succès. Lauréat de l'épreuve en 2009, Andy Schleck avait pourtant lancé les hostilités dans la Roche-aux-Faucons. Son frère aîné Frank et Gilbert étaient les seuls capables de le suivre, alors que le tenant du titre, Alexandre Vinokourov, était définitivement distancé à la suite d'un ennui mécanique survenu au plus mauvais moment. Une victoire d'étape sur le Tour de France dans le viseur Au sommet, trois hommes Greg Van Avermaet, Enrico Gasparotto et Jérôme Pineau, qui faisaient partie de l'échappée du jour, parvenaient à basculer en compagnie de ce trio infernal. Mais l'Italien et le Français lâchaient rapidement prise, imités par le Belge de la BMC qui cédait sous les coups de boutoirs de Gilbert dans la dernière côte du jour, celle de Saint-Nicolas. Tout proche de lâcher dans cette ultime ascension, la fratrie luxembourgeoise parvenait toutefois à s'accrocher et à pénétrer avec le Belge dans les faubourgs de Liège. Mais les chances de victoire des leaders de Leopard-Trek étaient quasi nulles face au punch de Philippe Gilbert qui remportait aisément le sprint. Après un mois d'avril exceptionnel, le Wallon va sans doute couper un peu avant de se préparer pour les échéances à venir. Le Belge participera notamment au Tour de France, où il visera une victoire d'étape, afin d'ajouter une nouvelle ligne à un palmarès déjà bien fourni.