Gilbert, Huy monsieur !

  • A
  • A
Gilbert, Huy monsieur !
Partagez sur :

Trois jours après l'Amstel Gold Race, Philippe Gilbert a remporté ce mercredi le Flèche Wallonne en réalisant un numéro exceptionnel dans le terrible mur de Huy. Le Belge, qui s'estimait trop juste pour dompter cette fameuse pente, a démontré le contraire avec une classe déconcertante. Joaquin Rodriguez et Samuel Sanchez ont complété le podium.

Trois jours après l'Amstel Gold Race, Philippe Gilbert a remporté ce mercredi le Flèche Wallonne en réalisant un numéro exceptionnel dans le terrible mur de Huy. Le Belge, qui s'estimait trop juste pour dompter cette fameuse pente, a démontré le contraire avec une classe déconcertante. Joaquin Rodriguez et Samuel Sanchez ont complété le podium. "Le mur de Huy ne me convient pas." Voilà ce que disait Philippe Gilbert avant d'aborder la Flèche Wallonne. Un aveu qui s'apparenterait presque à de la mauvaise foi au regard de son ascension vers la victoire ce mercredi. Oui, Philippe Gilbert a gagné à Huy en escaladant la pente finale vers la ligne d'arrivée avec un certain panache et une classe incomparable. Il parait que les forts pourcentages, ce n'est pas pour lui. Ses qualités de puncheur s'adaptent moins bien à ce type de terrain, sur le papier seulement. Un frêle grimpeur comme Joaquin Rodriguez a plus le profil pour passer allégrement cette bosse. Mais Gilbert a bluffé tout le monde et remporte une troisième classique d'affilée, une semaine après la Flèche Brabançonne, et trois jours après sa victoire sur l'Amstel Gold Race. Avec Liège-Bastogne-Liège qui se profile dimanche prochain, le coureur de la formation Omega Pharma-Lotto se positionne en archi-favori. En cas de victoire dans quatre jours, il deviendrait le premier coureur à réaliser le triptyque Amstel-Flèche-Liège depuis un certain Davide Rebellin en 2004. Il aura en tout cas une sacrée pancarte, que sa démonstration sur les pentes du mur de Huy a forcément rendu plus grande encore. L'an dernier, Gilbert avait tenté sa chance en plaçant une attaque mais trop loin de l'arrivée pour contenir le retour des purs grimpeurs comme Alberto Contador, Joaquin Rodriguez et Cadel Evans, le podium 2010 en ordre inversé. Mercredi, il a tenu et bien plus encore. Un franc coup de rein, debout sur ses pédales, et le voilà qui file à l'anglaise dans les plus forts pourcentages (12% de pente moyenne avec un passage à 26% sur 1,3 km). Rodriguez, quarante mètres plus bas, n'a pu que constater l'ampleur des dégâts. Andy Schleck pas dans le coup, Contador en retrait Tous les costauds étaient bien présents au pied du mur de Huy. Contador, les frères Schleck, Damiano Cunego, Samuel Sanchez, Igor Anton, la crème des grimpeurs en somme. Le terrain de jeu devant eux avait de quoi les allécher, avec surtout l'envie de s'étalonner, de se jauger ailleurs que sur les courses à étapes. Beaucoup salivaient d'avance à l'idée de retrouvailles musclées entre Contador et Andy Schleck, qui ne s'étaient plus croisés en compétition depuis le Tour de France en juillet dernier. Le Luxembourgeois a fini à une anonyme 44e place, un résultat pas très encourageant avant Liège-Bastogne-Liège qu'il a remporté en 2009. Contador, lui, a dû se contenter de la onzième place, à quinze secondes de Gilbert. Pour un mano a mano hispano-luxembourgeois, il faudra repasser... Et les Français dans tout ça ? Une place d'honneur, la neuvième, pour Christophe Le Mével, qui fait mieux encore que la saison dernière (14e), et une offensive en duo pour Jérôme Pineau qui, accompagné de Marco Marcato, a abordé l'ascension finale en tête avant de se faire avaler par les favoris. Ces deux-là auront peut-être une carte à jouer dimanche vers Liège où Philippe Gilbert tentera de s'imposer pour la première fois de sa carrière. Un défi à la hauteur de sa forme du moment et de son talent. Oui, monsieur Gilbert est bien le plus fort.