Gilbert forcément revanchard

  • A
  • A
Gilbert forcément revanchard
Partagez sur :

Vainqueur des deux dernières éditions, Philippe Gilbert apparait une nouvelle fois comme le grand favori de Paris-Tours qui s'élance de La Loupe dimanche. Le Belge, frustré par les Mondiaux de Melbourne, vise un triplé inédit. Les sprinteurs, Feillu en tête, espèrent quant à eux briller sur l'avenue de Grammont, empruntée pour la dernière fois cette année.

Vainqueur des deux dernières éditions, Philippe Gilbert apparait une nouvelle fois comme le grand favori de Paris-Tours qui s'élance de La Loupe dimanche. Le Belge, frustré par les Mondiaux de Melbourne, vise un triplé inédit. Les sprinteurs, Feillu en tête, espèrent quant à eux briller sur l'avenue de Grammont, empruntée pour la dernière fois cette année. Philippe Gilbert n'a pas encore digéré. Annoncé comme le grand favori des Mondiaux de Melbourne, le Belge a tout fait pour ramener le maillot arc-en-ciel des antipodes. Mais Thor Hushovd, nouveau champion du monde, et les sprinteurs ont ruiné ses efforts. "La déception après les Mondiaux était énorme, mais je vais faire tout mon possible pour bien terminer la saison et gagner une nouvelle classique", a-t-il expliqué cette semaine sur Cyclingnews. Et cela tombe bien: Gilbert sera au départ de Paris-Tours dimanche, une course qu'il a remportée ces deux dernières années et dont il fait figure là aussi de grand favori. Malgré cette énorme pancarte, le coureur de la formation Omega Pharma-Lotto vise un triplé inédit dans l'épreuve. Une semaine après les Championnats du monde, les organismes pourraient bien être encore marqués. "Bien sûr je ressens encore les conséquences du long voyage depuis l'Australie et le décalage horaire. Mais j'ai eu de bonnes sensations quand je me suis entraîné mercredi dernier. J'ai grimpé le col d'Eze et ça s'est bien passé. Cela me donne beaucoup de confiance pour Paris-Tours", a toutefois estimé Gilbert. Aura-t-il les jambes pour déposer la concurrence dans les bosses avant l'arrivée sur l'avenue de Grammont ? L'an passé, le Belge y avait fourni son effort avant de battre Boonen au sprint à Tours. Les autres prétendants à la victoire, les sprinteurs notamment, seront donc aux aguets pour éviter que le scenario ne se répète. Dernier passage sur l'avenue de Grammont Ce sera d'ailleurs la dernière fois dimanche que le peloton empruntera la fameuse avenue tourangelle, longue de 2700 mètres dans le final. Le déménagement du site d'arrivée était prévu pour cette année, mais un retard dans les travaux du tramway de Tours offre une dernière chance à la crème du sprint de s'exprimer au bout de l'avenue de Grammont, devant l'hôtel de ville. Romain Feillu, premier Français à Melbourne avec une belle dixième place, rêve de s'illustrer. "Je n'ai pas peur de l'annoncer car c'est une classique qui est taillée pour un coureur comme moi. C'est le paradis des sprinteurs et ça serait un beau symbole de gagner la dernière édition sur cette avenue", a déclaré le coureur de la Vacansoleil dans les colonnes de L'Equipe. Deuxième l'an passé derrière Gilbert, Tom Boonen sera également au départ à La Loupe dimanche. Le champion du monde 2005 est toujours en phase de reprise et devrait avoir du mal à se mêler à la lutte pour la victoire finale. Il faudra en revanche compter sur les Italiens Filippo Pozzato, lui aussi frustré par les Mondiaux et toujours redoutable dans ce type d'épreuve, Alessandro Ballan et Daniele Bennati, deuxième en 2005.