Gilbert face à son destin

  • A
  • A
Gilbert face à son destin
Partagez sur :

Lauréat depuis une semaine de l'Amstel Gold Race et de la Flèche Wallonne, Philippe Gilbert sera dimanche le grand favori de Liège-Bastogne-Liège. En s'adjugeant la "Doyenne", le Belge deviendrait le deuxième coureur à réaliser le triplé sur les Ardennaises. Mais Gilbert, dans une forme exceptionnelle, ne manquera pas d'adversaires...

Lauréat depuis une semaine de l'Amstel Gold Race et de la Flèche Wallonne, Philippe Gilbert sera dimanche le grand favori de Liège-Bastogne-Liège. En s'adjugeant la "Doyenne", le Belge deviendrait le deuxième coureur à réaliser le triplé sur les Ardennaises. Mais Gilbert, dans une forme exceptionnelle, ne manquera pas d'adversaires... Dimanche, Philippe Gilbert ne courra pas seulement pour lui, mais également pour l'Histoire. Récent vainqueur de l'Amstel Gold Race et de la Flèche Wallonne, le coureur de l'équipe Omega Pharma-Lotto sera au départ de Liège-Bastogne-Liège pour tenter de réaliser un triplé sur les Ardennaises, un authentique exploit que seul Davide Rebellin était parvenu à accomplir en 2004. A coup sûr, Gilbert sera porté par toute une région sur des routes qu'il connaît si bien. Et pour cause, il peut devenir le premier Wallon à inscrire son nom au palmarès de la "Doyenne" depuis Joseph Bruyère en 1976. Imaginez... "C'est la course la plus importante de ma saison et probablement de ma carrière, a assuré Gilbert en conférence de presse, rapporte Cyclingnews. C'est le plus grand objectif que je puisse me fixer. C'est la course qui me faisait rêver quand j'étais enfant." Cela tombe bien, Gilbert est dans la forme de sa vie. Mercredi dernier, il a été littéralement époustouflant dans le Mur de Huy, pour aller s'adjuger la Flèche Wallonne avec une facilité rarement (jamais ?) constatée ces dernières années. Il sera forcément le grand favori de Liège-Bastogne-Liège, d'autant qu'il dispose d'une équipe Omega Pharma-Lotto d'une remarquable efficacité depuis le début de la saison des classiques, avec en premier lieu l'étonnant Jelle Vanendert. Heureusement pour le spectacle, Gilbert ne manquera pas d'adversaires. Ils seront nombreux à vouloir le piéger ou le décramponner sur la Côte de la Redoute, la Roche-aux-Faucons ou ailleurs... Katusha, la force du nombre Ils vont bien finir par en gagner une un jour... Car des deuxièmes places, les coureurs de l'équipe Katusha en ont à la pelle. Sur la Flèche Wallonne (2010, 2011), l'Amstel Gold Race (2011) ou Liège-Bastogne-Liège (2008) pour Joaquin Rodriguez, sur Liège-Bastogne-Liège (2010) ou aux Mondiaux (2007, 2009) pour Alexandr Kolobnev. Une vraie malédiction. C'est pourtant la formation russe qui s'annonce comme la plus dangereuse pour Gilbert. Autour d'un Rodriguez en pleine forme, elle dispose de suffisamment d'éléments (Kolobnev, donc, mais aussi Moreno, Ivanov ou Di Luca) pour s'adapter à tous les scénarios de course. Les Katusha promettent "d'attaquer pour obliger Gilbert et son équipe à travailler". "Je suis optimiste", assure Rodriguez. Les Schleck revanchards Le temps commence à presser pour les Leopard-Trek. Très ambitieuse en début de saison, la formation luxembourgeoise est toujours fanny sur les grandes classiques. Pour le moment, Cancellara, si l'on excepte le GP E3, a échoué (de peu) sur les Flandriennes, et les frères Schleck n'ont pas été dans le coup sur les Ardennaises, trouvant le rythme pas assez soutenu sur les premiers kilomètres. Les frangins disposent d'une dernière cartouche à tirer ce dimanche, et promettent de jouer le coup à fond. "Il est clair que Gilbert n'a pas besoin d'une course dure, alors que nous si ! Il faudra l'isoler, de préférence assez tôt dans la course. On doit obliger son équipe à travailler afin de l'affaiblir. En plus, il faudrait idéalement qu'on soit Frank et moi avec lui dans Saint-Nicolas", promet Andy, vainqueur à Liège en 2009, dans les colonnes de la Dernière Heure. "Depuis que la Roche-aux-Faucons est sur le parcours, on s'épargne un peu jusque-là, car elle est tellement dure, ajoute le Belge Maxime Montfort. Mais cette fois, si on veut jouer la gagne, on ne pourra pas faire la procession dans les autres bosses. Il faudra prendre les devants, rendre les choses plus difficiles pour Philippe. Il est si fort en ce moment !" Vino, l'allié ? Lui aussi vise un triplé. Vainqueur en 2005 et l'an passé, Alexandre Vinokourov sera en quête d'une troisième couronne à Liège, pour sa dernière apparition dans la "Doyenne". "C'est décidé, dit-il, à propos sa retraite à la fin de la saison. Je pourrais continuer deux ans de plus. J'ai la forme et la motivation, mais il faut bien arrêter à jour". Comme il le dit, Vino, à 37 ans, est loin d'être cramé. Sa quatrième place sur l'Amstel Gold Race mercredi le prouve. Le Kazakh aura son mot à dire ce dimanche, et pourrait même être un allié de circonstance pour Gilbert, qu'il ne craint pas au sprint en cas d'arrivée à deux. Les deux hommes sont amis et s'entraînent souvent ensemble à Monaco. Vinokourov rêve d'attirer Gilbert chez Astana la saison prochaine. "J'adorerais qu'il vienne, explique le Kazakh. Mais pour cela il faudrait que l'équipe décide de mettre sa priorité sur les classiques. Parce qu'il n'y a pas meilleur coureur de classiques que Gilbert". Et aussi... Igor Anton et Samuel Sanchez (Euskaltel), Robert Gesink (Rabobank), Sylvain Chavanel (Quick Step), Nick Nuyens (Saxo Bank), Ivan Basso (Liquigas)...