Gilbert étend son territoire

  • A
  • A
Gilbert étend son territoire
Partagez sur :

Intouchable, Philippe Gilbert. Le champion de Belgique a remporté pour la première fois de sa carrière la Clasica San Sebastian. Le coureur de la formation Omega Pharma-Lotto s'est extirpé du groupe des favoris dans le final pour s'imposer en solitaire devant Carlos Barredo (Rabobank) et Greg Van Avermaet (BMC). C'est le 14e succès pour Gilbert cette saison.

Intouchable, Philippe Gilbert. Le champion de Belgique a remporté pour la première fois de sa carrière la Clasica San Sebastian. Le coureur de la formation Omega Pharma-Lotto s'est extirpé du groupe des favoris dans le final pour s'imposer en solitaire devant Carlos Barredo (Rabobank) et Greg Van Avermaet (BMC). C'est le 14e succès pour Gilbert cette saison. C'est bien simple, il n'y a rien à faire pour battre Philippe Gilbert sur une course d'un jour. Il suffit de jeter un oeil aux derniers résultats du Belge dans ce type d'épreuve. Depuis le Tour des Flandres début avril, le Wallon a couru la Flèche Brabançonne, l'Amstel Gold Race, la Flèche Wallonne, Liège-Bastogne-Liège, les championnats de Belgique et la Clasica San Sebastian. Le bilan est immuable : six courses, six victoires, et c'est encore plus fort quand on ajoute que le leader d'Omega Pharma-Lotto a remporté le Tour de Belgique et le Ster Elektrotoer dans le même temps. En fait, depuis quatre mois, la seule course que Gilbert n'a pas gagnée est le Tour de France. Epoustouflant. Sur une journée, quel que soit le scénario, c'est Gilbert qui gagne. Dans les monts ardennais, il est le plus fort. Au sprint dans un petit groupe de costaud, il est souvent imbattable. Et même quand dans un groupe de dix coureurs se trouve un sprinteur de la trempe de Greg Van Avermaet, le Belge trouve une solution. Ce fut le cas samedi lors de la Clasica San Sebastian. Malgré les attaques de Devolder et Vanendert, les deux difficultés du jour, l'Alto de Jaizkibel (7,8 km à 5,8 %) et de l'Alto de Arkale (2,7 km à 6,3 %), gravies chacune à deux reprises dans les 80 derniers kilomètres, n'ont pas permis de faire la différence entre les costauds, sous l'influence des Euskaltel de Samuel Sanchez. Malheureusement pour le champion olympique, il n'avait plus personne pour rouler derrière Carlos Barredo, le vainqueur de l'édition 2009, parti en filou dans la dernière descente. En revanche, Gilbert, lui, peut toujours compter sur Jelle Vanendert. Comme souvent (on comprend pourquoi Gilbert aimerait l'emmener dans ses bagages la saison prochaine), le Belge a accompli un travail énorme pour revenir sur Barredo dans les dix dernières kilomètres. Une fois la jonction proche, Gilbert, craignant la pointe de vitesse de van Avermaet, a placé son accélération à 4 kilomètres de l'arrivée. Une seule attaque a suffi. En un éclair, c'était terminé pour les Schleck, Devenyns ou Rodriguez. C'est en solitaire que Gilbert est allé conquérir son 14e succès de la saison, devant Barredo et Van Avermaet, qui a réglé au sprint (comme prévu) le groupe des favoris. Parti à la poursuite Gilbert dans le final en compagnie d'Haimar Zubeldia, Samuel Sanchez n'a rien pu faire. Et l'équipe Euskaltel, créée en 1994, n'a toujours pas remporté "sa" Clasica. Ils devraient faire une nouvelle offre pour engager Philippe Gilbert...