Gilbert assume son statut

  • A
  • A
Gilbert assume son statut
@ Reuters
Partagez sur :

CYCLISME - Le Belge Philippe Gilbert a remporté dimanche l'Amstel Gold Race.

CYCLISME - Le Belge Philippe Gilbert a remporté dimanche l'Amstel Gold Race. L'occasion était trop belle pour le Wallon, qui n'a pas manqué de la saisir sur les terres de ses voisins néerlandais. L'Amstel Gold Race 2010 est tombée dans l'escarcelle de Philippe Gilbert, devenu favori par la grâce de son talent, assez largement entrevu après sa troisième place au Tour des Flandres. Mais un peu aussi grâce au ciel, au propre comme au figuré, puisque le nuage de cendres en provenance d'Islande a perturbé les arrivées de vols aux Pays-Bas et a notamment eu raison des envies de départ d'Alejandro Valverde (Caisse d'Epargne), Carlos Sastre (Cervélo) et Bradley Wiggins (Garmin). Toujours placé, le Belge a constamment répondu aux attaques de ses concurrents les plus sérieux, en suivant Marcato à 21 km de l'arrivée, Andy Shleck (Saxo Bank) deux kilomètres plus loin puis le tenant du titre Sergueï Ivanov (Katusha), qui a tenté sa chance comme l'an dernier à 11 km de la ligne à l'entame du Keuntebverg. Gilbert lui-même avait déjà essayé de relancer la cadence de son groupe d'attaque, composé à 15 km de l'arrivée des frères Schleck, Cunego (Lampre) ou encore Kolobnev (Katusha), afin d'empêcher les Rabobank et Oscar Freire de revenir. Kolobnev n'était pas loin Mission partiellement réussie, puisque l'équipe néerlandaise n'est jamais parvenue à se montrer menaçante au cours de cette Amstel. Trop occupée par les Saxo Bank à 100 kilomètres de l'arrivée, la tête du peloton a dû légèrement cravacher pour revenir sur une échappée de sept coureurs partie dès le cinquième kilomètre, composée de Hupond (Skil-Shimano), Van Vooren (Topsport), Van Groen (Vacansoleil), Scheirlinckx (Omega Pharma-Lotto), Wrolich (Milram), Delfosse (Landbouwkrediet) et Valls (Footon-Servetto), qui a lui lâché un peu avant les autres. Le groupe a certes compté jusqu'à 6'35" d'avance sur le peloton, à 117 km de l'arrivée, mais la composition de l'échappée ainsi que l'écart n'étaient pas assez consistants pour éviter la bataille attendue entre les leaders, après la jonction faite à 32 km du dernier passage en haut du Cauberg (synonyme d'arrivée). Malgré une nouvelle chute heureusement moins importante que celle de l'an dernier qui lui avait gâchée une partie de sa saison, Frank Schleck a animé le final. Avec plus de détermination que son frère en tout cas, puisque l'aîné termine à la 7e place alors qu'Andy ne figure même pas dans le top 10. Mais toute la volonté du monde ne suffisait pas face aux jambes de Gilbert... Kolobnev en est pour ses frais, lui qui parti à 9 km de l'arrivée se voyait repris quelques mètres après la flamme rouge, à bout de force pour franchir la dernière difficulté. Gilbert pouvait lever le poing, quelques mètres avant la ligne, voyant que la bagarre remportée par Hesjedal (Garmin) devant Gasparotto (Astana) ne concernerait plus que le podium. Hormis Freire et Rodriguez (Katusha), tous les favoris se sont montrés mais trois jours avant la Flèche Wallonne sur ses terres, le seul à avoir gonflé son moral à bloc s'appelle bien Philippe Gilbert.