Gignac toujours pas au point

  • A
  • A
Gignac toujours pas au point
Partagez sur :

Titulaire à la pointe de l'attaque de l'OM face à Nancy samedi dernier et mardi en Ligue des champions face à Zilina, André-Pierre Gignac a été quasi-transparent. En panne d'efficacité, l'ancien Toulousain, qui a été titularisé à sept reprises depuis le début de la saison, n'a en fait toujours pas convaincu sous ses nouvelles couleurs et le public phocéen commence à s'impatienter.

Titulaire à la pointe de l'attaque de l'OM face à Nancy samedi dernier et mardi en Ligue des champions face à Zilina, André-Pierre Gignac a été quasi-transparent. En panne d'efficacité, l'ancien Toulousain, qui a été titularisé à sept reprises depuis le début de la saison, n'a en fait toujours pas convaincu sous ses nouvelles couleurs et le public phocéen commence à s'impatienter. "Il y avait une attente mais pas non plus jusqu'à me taper la tête sur les murs. Ce but, je l'attendais forcément pour mes coéquipiers et moi-même. Il est arrivé, j'avais dit que le plus tôt serait le mieux et c'est arrivé pour ma quatrième titularisation. Désormais, il faut enchaîner car être régulier sera le plus important. A moi d'être décisif", confiait André-Pierre Gignac début octobre sur le site de l'OM, au lendemain de son premier but sous les couleurs phocéennes face à Saint-Etienne (1-1). Deux semaines et demie plus tard, l'ancien toulousain en est pourtant toujours au même point. Arrivé blessé et à court de forme à Marseille, Gignac semble encore loin de son niveau des années précédentes, qui lui avait permis d'intégrer l'équipe de France, et les supporters phocéens commencent à trouver le temps long. Titulaire en pointe lors des deux dernières rencontres de l'OM, samedi face à Nancy en Ligue 1 (1-0) et mardi face à Zilina en Ligue des champions (1-0), le buteur de 24 ans a été quasi-transparent, ne se procurant que très peu d'occasions, même s'il a parfois été inspiré dans le jeu en déviation, comme sur le but de Loïc Rémy face aux Lorrains. Face aux Slovaques, il est même sorti à la 83e minute sous les sifflets du public du Vélodrome, qui ne l'a toujours pas vu ouvrir son compteur. Deschamps: "Il a une énorme pression sur lui" Pour son entraîneur Didier Deschamps, le problème est avant tout mental, comme il l'a expliqué lundi en conférence de presse: "Il a une énorme pression sur lui, une attente très importante, au Vélodrome encore plus. Mais il est encore jeune, il a toutes les qualités. Ce qu'il avait à Toulouse et ce qu'il a ici, c'est différent, il a beaucoup moins d'espaces qu'à Toulouse où il se déplaçait énormément à droite et à gauche, surtout à gauche. Nous, on a plus l'opportunité d'être dans la moitié adverse, donc au niveau de ses déplacements, il y a des petites choses à modifier. Il est encore en période d'apprentissage et de meilleure connaissance des partenaires qui sont à côté de lui et derrière lui. Au fil du temps, il sera mieux, je l'ai vu bien, voire très bien, à Saint-Etienne, là, il y a eu cette coupure de quinze jours où il est resté à bien bosser." Reste que l'OM, dont la qualité de jeu inquiète fortement, semble avoir un réel problème offensif en ce début de saison. Orphelins de Niang, les Phocéens peinent en effet à trouver un buteur efficace. Outre Gignac, Brandao, déjà réputé pour sa maladresse, semble lui aussi en pleine crise de confiance. Loïc Rémy, souvent gêné par des problèmes physiques, et André Ayew donnent quant à eux satisfaction, mais ils sont plus à l'aise sur les côtés. Gignac sait donc qu'il devra rapidement retrouver son efficacité s'il veut aider l'OM à franchir un cap et à décoller enfin cette saison. Dès dimanche à Lille ?