Gignac, retour vers le futur ?

  • A
  • A
Gignac, retour vers le futur ?
Partagez sur :

Trois mois après avoir quitté le Toulouse Football Club pour l'Olympique de Marseille, André-Pierre Gignac sera de retour samedi au Stadium sous ses nouvelles couleurs. L'occasion peut-être pour l'attaquant international de retrouver le chemin des buts qu'il connaissait bien en Haute-Garonne mais qu'il a perdu depuis son arrivée à Marseille, soumis comme d'autres avant lui à la pression du public phocéen.

Trois mois après avoir quitté le Toulouse Football Club pour l'Olympique de Marseille, André-Pierre Gignac sera de retour samedi au Stadium sous ses nouvelles couleurs. L'occasion peut-être pour l'attaquant international de retrouver le chemin des buts qu'il connaissait bien en Haute-Garonne mais qu'il a perdu depuis son arrivée à Marseille, soumis comme d'autres avant lui à la pression du public phocéen. Il a quitté le Vélodrome samedi dernier sous les sifflets. Quel accueil lui réservera le public toulousain pour son retour au Stadium trois mois après avoir quitté le Toulouse Football Club pour l'Olympique de Marseille ? André-Pierre Gignac s'avancera en terrain conquis samedi dans son jardin toulousain, là même où il a terminé meilleur buteur de l'exercice 2008-2009 avec 24 réalisations avant de connaître une dernière saison plus délicate, gâchée par les blessures. Un Stadium où il n'a pas été remplacé ("Je serais menteur si je vous disais le contraire", avoue Alain Casanova au micro de RMC) et où il n'a laissé que de bons souvenirs, à commencer chez son ancien entraîneur. "C'est un grand plaisir de le retrouver. Je n'oublie pas tout ce qu'il a fait pour le TFC. Il a été un maillon très important de notre réussite il y a deux ans. Il a toujours été très loyal dans son comportement. Humainement, c'est quelqu'un que j'apprécie beaucoup", a confié le coach du TFC en conférence de presse. Fort de cette image, le nouvel avant-centre de l'OM aurait tout pour être heureux à l'heure de retrouver ses anciens coéquipiers s'il ne traversait pas actuellement une grave crise de confiance, malgré son triplé réussi en Ligue des champions contre Zilina. Alors qu'il se sait attendu à Toulouse, l'international français (16 sélections), plus rappelé en équipe de France depuis la Coupe du monde et l'arrivée de Laurent Blanc, a refusé de commenter ce retour jeudi, séchant la conférence de presse. Une absence excusée par son entraîneur. "Ce n'est jamais évident, psychologiquement, de revenir dans un stade face à un public dont on a défendu les couleurs pendant une ou plusieurs saisons. On a envie de très bien faire, de trop bien faire même. Il est motivé et il a envie de faire un bon match", prévient Didier Deschamps, rapporte le site officiel du club phocéen. Souvenez-vous Papin... Une envie de bien faire qui l'étouffe et le conduit à faire les mauvais choix. Les supporteurs marseillais lui reprochent au hasard son obsession du but, son côté prévisible ou encore son manque de relations avec ses coéquipiers. Autant de défauts qui faisaient ses qualités à Toulouse quand l'équipe jouait pour lui et par lui. Son changement d'environnement n'explique pas tout. "Il a un déficit physique qui date de l'an passé où il a été blessé toute l'année, rappelle Didier Deschamps. Il ne pouvait pas s'entraîner et ne faisait que les matches. Il est allé à la Coupe du Monde avec cette blessure. Il a joué sans être à 100% et il a eu une préparation très courte. C'est un déficit de plusieurs mois, il est mieux qu'au début." Mais pas encore à son vrai niveau, celui qui lui a permis d'être appelé en équipe de France alors qu'il portait encore le maillot toulousain. La faute aussi à cette pression marseillaise que le Vélodrome lui met autant qu'il ne se l'impose lui-même. "Un joueur en confiance aura un rendement bien supérieur à un autre joueur qui n'est pas en confiance et cela influe sur la performance individuelle", explique l'entraîneur marseillais passé par là avant son joueur. "Il a envie de bien faire, de très bien faire. Il recherche ce but à domicile. Cela devient une obsession et cela peut faire déjouer. Ce n'est pas facile, il le savait, il s'en rend compte." Buteur à Saint-Etienne et Zilina, Gignac tentera de se relancer sur un terrain qu'il connaît bien. "Il a ma totale confiance et il a confiance en lui", avance DD. "Sur le dernier match, en première période, il a été intéressant et utile à l'équipe. Après c'était plus compliqué mais je ne me fais pas de souci sur ce qu'il est capable de faire." Le public du Vélodrome n'est pas aussi complaisant. Mais le néo-Marseillais peut compter sur le soutien de son ancien entraîneur pour rafraîchir la mémoire des plus impatients. "Quand on passe d'un club moyen de Ligue 1 au meilleur, vu l'exigence et la pression, c'est réussir d'entrée à l'OM qui serait plutôt surprenant, non ?", s'interroge faussement Alain Casanova dans les colonnes de La Provence. "Pendant 90 minutes, il balaie tout le front de l'attaque ; sur ce point aussi, il ressemble à Jean-Pierre Papin. Ils partagent cette soif du but, cet égoïsme positif. Ils ont besoin de ça pour exister..." Et de buts...