Gasquet: "Une défaite aurait fait mal"

  • A
  • A
Gasquet: "Une défaite aurait fait mal"
Partagez sur :

Au terme d'un match tendu et sans véritable relief, Richard Gasquet a validé lundi soir son billet pour le deuxième tour du tournoi de Paris-Bercy en écartant son compatriote Nicolas Mahut (7-5, 4-6, 7-6). Surpris par l'extrême rapidité du court, l'Héraultais, qui n'avait plus évoluer au POPB depuis 2007, sait qu'il devra faire mieux pour ne pas jouer les faire-valoir devant Federer mercredi.

Au terme d'un match tendu et sans véritable relief, Richard Gasquet a validé lundi soir son billet pour le deuxième tour du tournoi de Paris-Bercy en écartant son compatriote Nicolas Mahut (7-5, 4-6, 7-6). Surpris par l'extrême rapidité du court, l'Héraultais, qui n'avait plus évoluer au POPB depuis 2007, sait qu'il devra faire mieux pour ne pas jouer les faire-valoir devant Federer mercredi. Richard, on vous a senti très soulagé à la fin du match. Oui, je voulais m'éviter une nuit blanche. Parce que si je perds après avoir mené 6-3 dans le tie-break... Je ne voulais pas revivre Montpellier (il s'était incliné face à Nieminen après s'être procuré trois balles de match à 6 points à 3 dans le tie-break du deuxième set, ndlr). Je préfère encore perdre 6/2 que comme ça. Une défaite m'aurait fait mal. Ce soir ça a été très difficile. Je n'étais pas revenu ici depuis 2007, je n'avais pas de repères sur le court et, même si c'est de l'indoor, le court va très, très vite. Ce n'est pas une excuse mais le rebond est vraiment bas. C'était beaucoup plus lent la semaine dernière à Bâle. Il n'y avait pas trop d'échanges et il m'a fait mal avec son service. Vous sembliez très tendu au fur et à mesure que le match avançait. Oui, je ne sais pas pourquoi. Il y a des jours comme ça où l'on ne se sent pas très bien. J'ai fait un très mauvais jeu dans le deuxième set quand je perds mon engagement. Puis j'ai des balles de break que je ne convertis pas. Le court est vraiment d'une rapidité extrême. Et il a vraiment été difficile à jouer dans ces conditions ce jeu. "Monte-Carlo ? Une autre époque" Le fait d'avoir joué un match sur ce court peut-il vous avantager face à Federer qui lui entre directement au deuxième tour ? Peut-être mais ça reste Federer. Il vient de gagner à Bâle où je l'ai vu jouer, et vraiment il est plutôt bien. C'est sympa de le jouer, ça fait quelques années maintenant. C'est d'autant plus plaisant que ça va se passer à Bercy. Je n'aurai rien à perdre. Je vais essayer de mieux jouer, mieux relancer. J'aimerais faire un bon match. Federer, cela vous rappelle forcément votre victoire contre lui à Monte-Carlo en 2005... Oui évidemment mais c'était une autre époque. J'étais centième mondial, sur le match je revenais de nulle part et je sors un passing de folie sur la balle de match... C'était incroyable pour moi. Je l'ai fait une fois c'est vrai. Je lui ai aussi pris un set en finale à Toronto (2-6, 6-3, 6-2 en 2006, ndlr) et à Halle où je l'avais bien inquiété (7-6, 6-7, 6-4 en 2006, ndlr). Mais j'ai quand même perdu cinq ou six fois depuis Monte-Carlo (six fois, ndlr). Il s'est passé beaucoup de choses depuis. Je ne l'ai pas rencontré depuis Wimbledon il y a trois ans. C'est beau pour moi de pouvoir le retrouver ici. Même si l'indoor lui va certainement mieux que la terre battue. Pensez-vous à la Coupe Davis actuellement ? Oui certainement. Mais il faut gagner des matches pour avoir sa place. C'est le sport. Mais Bercy reste un gros tournoi. Et là je vais avoir la possibilité de jouer contre Federer.