Gasquet s'arrête là

  • A
  • A
Gasquet s'arrête là
Partagez sur :

Richard Gasquet ne franchira pas la première semaine de l'Open d'Australie. Dépassé par la puissance de Tomas Berdych vendredi lors du troisième tour, le Biterrois n'a rien pu faire pour contrer le Tchèque, tête de série numéro 6, et s'est incliné en trois manches et deux heures de jeu malgré une belle résistance dans le deuxième set (6-2, 7-6, 6-2).

Richard Gasquet ne franchira pas la première semaine de l'Open d'Australie. Dépassé par la puissance de Tomas Berdych vendredi lors du troisième tour, le Biterrois n'a rien pu faire pour contrer le Tchèque, tête de série numéro 6, et s'est incliné en trois manches et deux heures de jeu malgré une belle résistance dans le deuxième set (6-2, 7-6, 6-2). La solution était peut-être là. Soudain plus agressif, Richard Gasquet s'était résolu à prendre tous les risques pour tenter de retarder l'échéance, vendredi lors du troisième tour de l'Open d'Australie. Se procurant trois balles de débreak pour revenir à 5 jeux à 3, le Français essaya de faire douter Berdych, s'appuyant sur une possible tension du Tchèque à l'heure de conclure ce match. L'espoir était tout de même bien mince, le finaliste du dernier Wimbledon disposant encore au cas où d'un autre break d'avance dans cette troisième manche. La tête de série numéro 6 n'en aura finalement même pas eu besoin. Cinq points plus tard et quelques nouvelles bombes au service et l'affaire était pliée. En un peu plus de deux heures. Opposé à ce rouleau compresseur qu'il avait pourtant déjà battu à deux reprises (dont une fois sur dur à Tokyo en 2007), le Biterrois aura longtemps cherché la clé. Avant ces trois opportunités en fin de match, le Français ne s'était en effet procuré qu'une seule balle de break sur l'ensemble de la rencontre. Avec une moyenne au service à 194km/h et de belles variations, le Tchèque se sera montré impitoyable. Ou simplement à la hauteur de son rang, celui qui l'a vu éteindre Federer à Wimbledon après avoir atteint les demi-finales à Roland Garros l'an passé. Une prochaine collaboration avec Grosjean Ce Gasquet là était en tout cas trop juste pour le pousser d'avantage dans ses retranchements. Plus fébrile au service (cinq double-fautes) mais surtout trop fragile au moment d'accélérer pour résister aux coups de butoir de son adversaire (38 fautes directes contre 15), le Biterrois n'aura pu espérer accrocher le numéro 6 mondial qu'au jeu décisif d'une deuxième manche plus accrochée. Avec le tie-break perdu 7 points à 3, le coup reçu sur la tête étant manifeste. "Je fais 37 fautes directes, je crois a t'il réagi sur le site de la FFT(38, selon les statistiques officielles). "C'est beaucoup trop. Je ne suis pas content de mon match. Je joue 30e mondial aujourd'hui. Contre ses joueurs, je dois tout faire un peu mieux. Ça va être un beau challenge de travailler pour pouvoir les battre, pour pouvoir aller plus haut. Ça va être passionnant d'essayer de remonter." Pour cela, l'ancien petit prodige du circuit junior pourra compter sur Sébastien Grosjean. Les deux hommes entameront prochainement une collaboration, l'ancien numéro un Français se lançant donc dans une carrière d'entraîneur aux côtés de l'actuel entraîneur Eric Deblicker. "Sébastien Grosjean aidera dans la structure une dizaine de semaines", a d'ailleurs confirmé la nouvelle celui qui avait repris sa coopération avec Gasquet après l'US Open 2010. "Des contacts avaient été noués il y a quelques mois. Sébastien sera auprès de Richard à Indian Wells et Miami en mars. Mais je serai à Zagreb puis à Rotterdam." Berdych peut, lui, aller sereinement en deuxième semaine où il commencera par défier en huitièmes de finale Verdasco ou le surprenant Japonais Nishikori. Un stade du tournoi où il avait manqué de se payer le scalp de Roger Federer en 2009 avant de craquer en cinq manches. Le géant tchèque a encore grandi depuis. Nul doute que Novak Djokovic, placé dans sa partie de tableau, doit commencer à l'avoir à l'oeil.