Gasquet ne s'arrête plus

  • A
  • A
Gasquet ne s'arrête plus
Partagez sur :

Au lendemain de sa victoire sur Roger Federer, Richard Gasquet a confirmé en s'offrant le scalp de Tomas Berdych (4-6, 6-2, 6-4) en quart de finale du Masters 1000 de Rome. Le Biterrois a bataillé 2h18 durant pour gagner le droit de défier le numéro 1 mondial, Rafael Nadal, pour une place en finale du tournoi italien.

Au lendemain de sa victoire sur Roger Federer, Richard Gasquet a confirmé en s'offrant le scalp de Tomas Berdych (4-6, 6-2, 6-4) en quart de finale du Masters 1000 de Rome. Le Biterrois a bataillé 2h18 durant pour gagner le droit de défier le numéro 1 mondial, Rafael Nadal, pour une place en finale du tournoi italien. Si tous les chemins mènent à Rome, ceux conduisant au succès dans la Ville Eternelle sont semés d'embuches. Vingt-quatre heures après s'être mué en bourreau de Roger Federer au terme d'un match épique, Richard Gasquet a signé une nouvelle victoire, surmontant vendredi au Foro Italico l'imposant obstacle qu'est Tomas Berdych (4-6, 6-2, 6-4) pour se qualifier pour les demi-finales du Masters 1000 de Rome. Où l'attendra nul autre que le patron du tennis mondial et le roi de la terre battue, un certain Rafael Nadal. Pour ce faire, le Biterrois sera passé par toutes les émotions, donnant d'abord l'impression d'être émoussé par sa joute avec le Suisse dans un premier set où il aura été dépassé par la puissance du Tchèque. A défaut d'agir, le Français se sera contenté de réagir, une méthode à l'efficacité insuffisante pour empêcher le 7e joueur mondial de finalement breaker le Français et d'enlever la première manche (6-4) après 42 minutes de jeu pas vraiment disputées, Gasquet subissant en fond de court et se montrant incapable de quitter cette zone. Une propension à l'attaque trop rare que le Français démontre finalement dès l'entame du deuxième set, claquant une volée précise avant de breaker d'entrée son adversaire. Le début du cauchemar pour le Tchèque qui traversera cette deuxième manche comme un fantôme, se perdant dans des contestations superflues de décisions arbitrales, comme le symbole de son évidente déconcentration et de son absence momentanée des débats, en attestent ces deux pauvres points gagnants sur l'intégralité d'une manche remportée 6-2 par le Tricolore en 44 minutes. Place à Nadal... Le monologue du Français se heurte alors au réveil de Berdych, qui se remet dans le bain en signant un jeu blanc en entame de la troisième et dernière manche. Gasquet rétorque en écartant deux balles de break pour égaliser à 1-1. Les hostilités vont bon train alors que les deux compères se breakent à tour de rôle (3-3), Gasquet se montrant finalement le plus adroit à ce jeu-là en empochant une nouvelle fois la mise sur un jeu de service du Tchèque grâce à un revers long de ligne gagnant (5-3). Un coup que le Biterrois ressortira pour mettre un terme à la rencontre après 2h18 de combat. Et voilà le Français, 16e joueur mondial, en demi-finales d'un Masters 1000 pour la première fois depuis octobre 2007 et une défaite contre David Nalbandian à Bercy. Le Biterrois peut savourer, lui qui a profité de l'épreuve transalpine pour faire basculer le bilan des confrontations avec Berdych en sa faveur, s'offrant une troisième victoire après deux revers de rang. Un succès qui n'aura pourtant pas manqué de mettre à mal la condition physique du natif de Sérignan, à quelques heures de retrouver un certain Rafael Nadal, assuré d'aborder Roland-Garros dans la peau de numéro 1 mondial après sa victoire sur Marin Cilic (6-1, 6-3), plus tôt dans l'après-midi. Une nouvelle victime de choix pour Gasquet ?