Gasquet: "Fort émotionnellement"

  • A
  • A
Gasquet: "Fort émotionnellement"
Partagez sur :

Richard Gasquet s'est qualifié pour la première fois de sa carrière pour les huitièmes de finale des Internationaux de France. Le Biterrois, tête de série n°13, a sorti un grand match ce vendredi pour dominer le Brésilien Thomaz Bellucci en quatre manches (6-2, 6-3, 3-6, 6-3). Une victoire qu'il a signée avec l'aide du public selon son propre aveu.

Richard Gasquet s'est qualifié pour la première fois de sa carrière pour les huitièmes de finale des Internationaux de France. Le Biterrois, tête de série n°13, a sorti un grand match ce vendredi pour dominer le Brésilien Thomaz Bellucci en quatre manches (6-2, 6-3, 3-6, 6-3). Une victoire qu'il a signée avec l'aide du public selon son propre aveu. A la fin du match, vous vous êtes effondré sur le court. Le soulagement ? Oui... je sentais vraiment le cinquième set après la perte du troisième... Et puis il y avait cette grosse ambiance ; le public m'a beaucoup soutenu dans le quatrième set et ça m'a fait énormément de bien car Bellucci commençait à très bien jouer, en appuyant bien ses balles. A 4-3 dans le quatrième, il fait un mauvais jeu, je pense qu'il subit la pression... ça me permet de mener 5-3 et de finalement l'emporter. C'était vraiment pas mal... Ça vous a fait du bien d'extérioriser un peu ? Oui, je me suis lâché. Quand on mène deux sets à zéro, c'est toujours plus délicat qu'on ne croit, on a une certaine pression sur les épaules. J'ai déjà vécu des renversements de situation et je n'avais vraiment pas envie de revivre une désillusion aujourd'hui. Et puis j'essaie toujours de faire le maximum quand je suis là. On vous a senti fébrile sur votre revers à la fin du match ? C'est vrai, j'ai eu un plus de mal en revers qu'en coup droit après les deux premiers sets. C'est lié je pense à la fatigue. J'ai senti une grosse baisse de régime après la deuxième manche alors que lui a commencé à lâcher ses coups. Et puis la luminosité a pas mal baissé aussi. Vous avez été davantage gêné par la luminosité ou par la fatigue ? La fatigue a vraiment pesé sur cette fin de match. Ça engendre un certain stress, on est moins bien, et la confiance change de camp. J'ai connu une grosse débauche d'énergie dans le deuxième set et c'était tendu pour finir le match. Mais dans deux jours ça ira mieux... "Il a fallu que je m'appuie sur le public pour faire la différence" Avez-vous espéré la pluie un moment donné ? Non, je voulais vraiment finir le match aujourd'hui. C'est vrai que le court était sombre et que j'ai parfois manqué des coups que je ne rate pas d'habitude mais on pouvait très bien jouer dans ces conditions. En plus, quand ton match est reporté au lendemain, tu ne dors pas de la nuit à cause du stress alors... Quelle a été la clef de ce match selon vous ? Dans les deux premiers sets, il a fait pas mal de fautes qu'il n'a plus commises ensuite. De mon côté, je ne faisais quasiment pas d'erreurs, puis les échanges se sont équilibrés. Après la perte du troisième set, il a vraiment fallu que je m'appuie sur le public pour faire la différence. Mais ça n'a pas été simple, il s'est battu jusqu'au bout. Est-ce votre meilleure expérience, ici, à Roland-Garros ? C'est mon meilleur résultat (il n'avait jamais dépassé le 3e tour, en 2005, ndlr) alors oui, c'est sans doute ma meilleure expérience ici. A Wimbledon et à l'Open d'Australie, j'ai déjà eu des résultats mais ça n'a jamais été aussi fort émotionnellement. C'est une grande victoire pour moi, une victoire forcément spéciale puisque signée à Roland-Garros. Au prochain tour, vous pourriez rencontrer Novak Djokovic. Est-ce une joie ou un regret pour vous ? Je serais content de le jouer, ce serait un grand match sur le Central. C'est incroyable ce qu'il fait cette saison. Surtout cet enchainement, semaine après semaine. Je l'ai rencontré cette année à Indian Wells et il est impressionnant, il commet très peu de fautes. Je n'ai pas un tableau facile de toute façon. C'est sûr que Montanes ou Fognini, ça aurait été mieux, mais je n'ai rien à perdre.