Gasquet dans ses travers

  • A
  • A
Gasquet dans ses travers
Partagez sur :

Opposé à Daniel Gimeno-Traver lundi soir, au premier tour du Masters 1000 de Madrid, Richard Gasquet s'est incliné en trois sets (3-6, 6-4, 6-3). Un revers "dur à avaler" pour le Français, qui abandonne ses compatriotes Jo-Wilfried Tsonga, Gaël Monfils, Michaël Llodra et Adrian Mannarino qui, eux, se sont qualifiés.

Opposé à Daniel Gimeno-Traver lundi soir, au premier tour du Masters 1000 de Madrid, Richard Gasquet s'est incliné en trois sets (3-6, 6-4, 6-3). Un revers "dur à avaler" pour le Français, qui abandonne ses compatriotes Jo-Wilfried Tsonga, Gaël Monfils, Michaël Llodra et Adrian Mannarino qui, eux, se sont qualifiés. Un nuage est venu assombrir le ciel bleu qui a recouvert Madrid tout au long de la journée, lundi. Un ombre sur la terre battue madrilène qui avait la silhouette inattendue de Richard Gasquet. Inattendue parce que le Français, 16e joueur au classement ATP, était favori face au modeste Daniel Gimeno-Traver. Mais l'Espagnol, en bon spécialiste de cette surface, n'avait que faire des pronostics. Il a fallu attendre 0h20 pour voir le Biterrois rendre les armes lors de ce premier tour du Masters 1000 de Madrid, et abandonner dans la capitale espagnole ses compatriotes Jo-Wilfried Tsonga, Gaël Monfils, Michaël Llodra et Adrian Mannarino qui, eux, ont tous réussi leur entrée en matière. Après trois sets de combat (3-6, 6-4, 6-3), Richard Gasquet s'est avoué vaincu contre un adversaire pourtant issu des qualifications. Roland-Garros en tête... "C'est dur à avaler, l'attente a été longue dans le vestiaire", a-t-il déclaré après ce match à oublier. Auteur d'une première manche correcte, Richard Gasquet a lentement décliné au fil des jeux, subissant le lift de Daniel Gimeno-Traver. S'il a manqué une balle de break à 2-2 dans la dernière manche, le Français a ensuite été inexorablement distancé. Les trois premières balles de match de l'Espagnol, à 2-5, le Biterrois les a repoussées. Il en a aussi sauvé deux autres sur le service du 61e joueur mondial avant de céder sur un smash. "Il a été impressionnant en coup droit, sa balle giclait énormément et j'avais du mal à générer de la puissance à hauteur d'épaule. Sur la fin, j'ai manqué d'énergie mais il a su prendre les risques, a reconnu Richard Gasquet, qui espère se reprendre très rapidement. J'ai le double avec Jo-Wilfried Tsonga mais je me projette déjà sur Rome et surtout Roland-Garros. Contrairement à l'an dernier, je serai tête de série et c'est là qu'il faudra être bon." En tout cas meilleur que ce lundi. Car l'exigeant public parisien aura du mal à accepter de le voir quitter le tournoi aussi vite.