Gasquet contre la machine

  • A
  • A
Gasquet contre la machine
Partagez sur :

Le tennis tricolore est assuré d'avoir un représentant au moins dans chaque tableau, avec quatre qualifiés au départ de la seconde semaine. Dimanche, ils seront trois à viser les quarts de finale de Roland-Garros. Bartoli, dernière Française en course, affrontera Dulko, juste après l'énorme défi qui attend Gasquet face à Djokovic, la machine à gagner. Monfils, lui, retrouve un Ferrer qu'il a toujours battu.

Le tennis tricolore est assuré d'avoir un représentant au moins dans chaque tableau, avec quatre qualifiés au départ de la seconde semaine. Dimanche, ils seront trois à viser les quarts de finale de Roland-Garros. Bartoli, dernière Française en course, affrontera Dulko, juste après l'énorme défi qui attend Gasquet face à Djokovic, la machine à gagner. Monfils, lui, retrouve un Ferrer qu'il a toujours battu. Quoi qu'il arrive dimanche, Richard Gasquet n'aura pas raté son Roland-Garros 2011. Pour la première fois de sa carrière, le Français est parvenu en huitièmes de finale, après notamment quatre éliminations au 1er tour (2002, 2003, 2004, 2010) et deux absences (2008, 2009). "Je n'ai pas beaucoup gagné de matches à Roland, alors en être à ce stade me rend particulièrement heureux", confiait-il avant de croiser le fer vendredi avec Thomaz Bellucci au 3e tour. Une affiche que l'on annonçait corsée pour le Biterrois au vu de la cote du Brésilien. Celui qui avait failli faire chuter Djokovic en demi-finale à Madrid, n'a pu finalement prendre qu'un set à un Gasquet, vainqueur 6-2, 6-3, 3-6, 6-3. "A Wimbledon et à l'Open d'Australie, j'ai déjà eu des résultats mais ça n'a jamais été aussi fort émotionnellement. C'est une grande victoire pour moi, une victoire forcément spéciale puisque signée à Roland-Garros", déclarait le numéro 16 mondial en conférence de presse. Avec ce succès, et c'est certainement le plus important, Gasquet a confirmé sa forme du moment, symbolisée notamment par une demi-finale aux Masters Series de Rome au cours duquel il s'était offert Roger Federer puis Tomas Berdych avant d'échouer contre Rafael Nadal. Un jeu solide, un physique qu'il juge excellent et un moral intact, Richard Gasquet arrive comme il faut pour s'attaquer au gros morceau qu'est Novak Djokovic, sans garantie évidemment de mettre à terre celui qui est invaincu depuis 42 matches (en comptant la Coupe Davis). Impossible n'est-il pas français ? Quand on voit la fin du match du Serbe vendredi face à Del Potro, on se dit qu'à ce niveau-là, il est intouchable. "Si je joue comme ça, je vais me faire déchirer" Gaël Monfils s'attaque lui aussi à une référence du circuit, David Ferrer, mais sans afficher de belles références. "Je suis mitigé sur mon niveau tennistique. Il faut que je tourne la page tout de suite. J'ai survécu à la première semaine sur mes acquis, la défense, maintenant je dois être plus performant globalement dans tous les domaines. Aujourd'hui (vendredi contre Darcis) mes coups étaient trop retenus, pas assez fluides en coup droit. Il y a des petites choses qui peuvent me manquer pour aller plus loin", analysait l'élève de Roger Rasheed. De manière plus directe, Monfils annonce : "Si je joue comme ça, je vais me faire déchirer". Le Parisien sait par ailleurs que le tournoi vient de changer d'âme avec l'attaque de la deuxième semaine. Gaël Monfils compte sur sa capacité à élever son niveau, du moins à s'adapter à l'enjeu et à un adversaire qu'il connaît assez bien, pour franchir les huitièmes. Le Français mène d'ailleurs 2-0 face à l'Espagnol, numéro 7 mondial, dont la première victoire remonte à 2008, sur l'ocre parisien, quand "La Monf" avait sorti l'Espagnol (6-3, 3-6, 6-3, 6-1) pour rejoindre le dernier carré. Les demi-finales, une perspective qui prend peut-être forme dans la tête de Marion Bartoli après une performance convaincante face à l'une des joueuses en forme de ces dernières semaines. Dans un premier temps bousculée vendredi par Julia Goerges, (victorieuse à Stuttgart et demi-finaliste à Madrid), Bartoli a réussi à inverser le cours du match pour s'imposer en trois sets (3-6, 6-2, 6-4). Sa prochaine adversaire, Gilsela Dulko, a réussi également une petite sensation en sortant Samantha Stosur, finaliste de l'édition 2010. Voilà qui ouvre un peu cette partie du tableau. Et si c'était la chance de Bartoli ?