Garde, la tête froide

  • A
  • A
Garde, la tête froide
Partagez sur :

En s'imposant à Nice (1-3), samedi, Lyon a non seulement bien entamé sa saison de Ligue 1 d'un point de vue comptable. Mais il l'a fait avec la manière. De bon augure avant de recevoir Ajaccio, samedi (2e journée). Mais si Rémi Garde fait l'unanimité au sein du club, le nouvel entraîneur lyonnais veut des renforts pour espérer perpétrer cette dernière.

En s'imposant à Nice (1-3), samedi, Lyon a non seulement bien entamé sa saison de Ligue 1 d'un point de vue comptable. Mais il l'a fait avec la manière. De bon augure avant de recevoir Ajaccio, samedi (2e journée). Mais si Rémi Garde fait l'unanimité au sein du club, le nouvel entraîneur lyonnais veut des renforts pour espérer perpétrer cette dernière. S'il y a bien un "gros" qui ne part pas avec la faveur des pronostics pour le titre de champion 2011-12, c'est bien l'Olympique Lyonnais. Non seulement, Lyon sort de trois ans de disette. Et il n'a pas la couronne d'un Lille, la continuité d'un Marseille et encore moins l'argent d'un PSG. Pourtant, de l'axe "PLM" si cher à la LFP, c'est l'OL qui a le mieux entamé son championnat. Vainqueurs sur la pelouse de Nice (1-3), samedi, les joueurs de Rémi Garde ont fait forte impression, après une série de matches amicaux en dents de scie. Il n'en fallait pas plus pour faire naître l'unanimité autour du nouveau technicien rhodanien. "Une union sacrée" même, selon les propos du président Jean-Michel Aulas au sortir du match, dont le conseiller spécial, Bernard Lacombe, ajoutait dans Le Progrès: "L'équipe m'a fait une très bonne impression. Elle a su revenir rapidement au score et, ensuite, a beaucoup travaillé et affiché une certaine maîtrise technique". Dirigeants, joueurs, supporters, tous semblent sous le charme de l'ancien directeur du centre de formation, qui a remis le 4-4-2 au goût du jour. "Ce qui me plaît, c'est que cette équipe est joueuse, insiste Lacombe. Alors, quand vous l'êtes, il y a des moments où vous allez vous prendre des roustes. Mais il y en aura d'autres où il va se passer des choses... On sent que les joueurs se font plaisir, ne jouent pas avec le frein à main. Ils y vont et, ce qui est bien avec Rémi, c'est que tout le monde sait ce qu'il doit faire. Les autres années, les joueurs faisaient énormément d'efforts mais on avait l'impression qu'ils ne s'étaient jamais vus". Claude Puel, le prédécesseur de Rémi Garde sur le banc lyonnais, appréciera le tacle. Garde: "On va continuer de nous demander de gagner" Même discours du côté d'un autre "fan" de l'ancien coach, le capitaine, Cris, sur RMC: "On a plus de liberté sur le terrain. Dans le vestiaire, on a plus de pouvoir. Le coach nous sollicite souvent pour avoir notre avis. Ce qu'il faut changer ou non. Ça commence bien. Le mélange entre les jeunes et les anciens peut fonctionner. C'est une nouvelle philosophie et on se sent bien". Une philosophie qui a notamment convaincu Aly Cissokho, suivi par Liverpool, et surtout Michel Bastos, convoité par la Juventus Turin, de demeurer à Lyon. "Pour ceux qui souhaitent une explication. C'est simple: nouvelle ambiance. Je me sens très bien ici", justifiait-il sur Twitter. Reste que pour perpétuer cette unanimité autour de sa personne, Rémi Garde aimerait compter sur un ou deux renforts au milieu. A en croire Gérard Bourgoin, le président d'Auxerre, celui-ci ne s'appellera pas Delvin Ndinga, l'OL ayant trop traîné à réévaluer son offre. "Je suis très satisfait de ce que montrent les joueurs, mais on a besoin encore d'un ou de deux renforts à certains postes, prévenait pourtant Garde dans L'Equipe. Le mois d'août nous impose de jouer sept matches en vingt-deux jours et j'imagine qu'on va continuer de nous demander de gagner". Et ce dès samedi, face à l'AC Ajaccio (2e journée), face auquel l'Olympique Lyonnais l'a toujours emporté.