Garcia: "Un exploit"

  • A
  • A
Garcia: "Un exploit"
Partagez sur :

Satisfait du résultat, et plus encore de la manière, lui qui rappelle que son équipe était venue au Vélodrome pour imposer son jeu, Rudi Garcia refuse pour autant de faire de cette victoire à Marseille (1-2), dimanche en clôture de la 26e journée de Ligue 1, une étape décisive pour le Losc dans la course au titre. Pour l'entraîneur nordiste, "personne n'est écarté de la course au titre".

Satisfait du résultat, et plus encore de la manière, lui qui rappelle que son équipe était venue au Vélodrome pour imposer son jeu, Rudi Garcia refuse pour autant de faire de cette victoire à Marseille (1-2), dimanche en clôture de la 26e journée de Ligue 1, une étape décisive pour le Losc dans la course au titre. Pour l'entraîneur nordiste, "personne n'est écarté de la course au titre". Rudi, quelle est votre analyse de la rencontre ? On était venu pour faire un tel match, pour jouer et imposer notre jeu. Je suis satisfait de notre prestation. On aurait pu se mettre à l'abri en première période. C'est mon seul regret sur le match car ça nous aurait évité le retour de l'OM en seconde période. Malgré des événements contraires, on a marqué dans le temps additionnel. Tout le monde disait pourtant que nous avions une forte pression, notamment après les résultats de Rennes et Lyon. Avez-vous redouté le scénario du match aller (l'OM l'avait emporté après une première période ratée) ? Non, car nous apprenons très vite. On savait comment les manoeuvrer en seconde période pour rester dangereux. On s'attendait d'ailleurs à du changement à la mi-temps. Et on a su garder la maîtrise, notamment lors du temps fort marseillais. Regrettez-vous le manque de réalisme de vos attaquants ? Non, nous sommes tombés sur un Mandanda énorme. Au final, marquer deux buts à Marseille, c'est déjà très bien. Vous attendiez-vous à cette mauvaise performance de l'OM ? Je n'ai pas vu une grande différence de niveau entre les deux équipes. J'ai surtout vu un Losc qui a joué son jeu. Nous étions bien organisés et les Marseillais ont eu très peu d'occasions en première période. Mais il reste beaucoup de matches et rien n'est fait. "Personne n'est sorti de la course au titre" Votre ambition a-t-elle changée ? C'est une bonne semaine, avec un bon match contre Lyon, puis une qualification en demi-finales de la Coupe de France. Malgré les 120 minutes jouées contre Lorient, on a su bien récupérer pour être fort mentalement et dans le jeu ce dimanche. Cela confirme que les choix depuis sept matches sont bons. Vous auriez été furieux en cas de match nul... La victoire fait oublier les faits malheureux, notamment les blessures de Béria et Sow. Sur le deuxième but, Emerson centre, De Melo fixe au premier poteau et Frau marque au second. Je peux compter sur tout le groupe et les entrants ont bien aidé. Est-ce un pas vers le titre ? Nous avons récupéré la première place, c'est bien. On figure devant les gros et gagner au Vélodrome, c'est toujours un exploit. Maintenant, il faut bonifier ce résultat lors de la réception de Valenciennes, dans un derby. On doit bien récupérer, on en a bien besoin. Qu'avez-vous pensé de l'arbitrage ? Ce n'est pas évident à Marseille, dans ce beau stade avec un public qui pousse. L'arbitre a été plutôt bon en première période. En seconde, c'était plus compliqué pour lui. On ne s'est pas énervé, on est resté concentré et on a fini par gagner le match. Les Marseillais sont-ils sortis de la course au titre ? Personne n'est sorti de la course au titre. Le sprint final est encore loin. Beaucoup de points seront encore distribués et ça peut aller vite. Votre équipe a fait preuve de force mentale. Êtes-vous étonné ? Non, et cela doit nous donner plus de confiance pour la suite. Être capable, malgré la pression et les résultats des concurrents, de maintenir notre philosophie de jeu, c'est bien. Sur certains matches, on pensait peut-être davantage à la conservation de notre première place qu'aller de l'avant.