Garcia: "Sortir du ventre mou"

  • A
  • A
Garcia: "Sortir du ventre mou"
Partagez sur :

Actuellement 12e de Ligue 2, le SCO d'Angers reçoit le FC Nantes, 7e du classement, ce vendredi soir au Stade Jean Bouin, pour le compte de la 15e journée. L'entraîneur d'Angers, Jean-Louis Garcia, s'explique sur les raisons d'un premier tiers de saison en dent de scie. Garcia reste optimiste sur les chances du SCO d'Angers de revenir au contact des équipes de tête.

Actuellement 12e de Ligue 2, le SCO d'Angers reçoit le FC Nantes, 7e du classement, ce vendredi soir au Stade Jean Bouin, pour le compte de la 15e journée. L'entraîneur d'Angers, Jean-Louis Garcia, s'explique sur les raisons d'un premier tiers de saison en dents de scie. Garcia reste optimiste sur les chances du SCO d'Angers de revenir au contact des équipes de tête. Vendredi soir, vous recevez Nantes pour le compte de la 15e journée. Vos joueurs abordent-ils ce match avec une certaine pression ? On a conscience de l'importance de ce match et on l'aborde avec beaucoup de sérénité et sans pression. On est dans le ventre mou du classement et on a envie de nous en sortir. Pour ce faire, il faut remporter deux victoires de suite. On a effectué un bon mois d'octobre avec un nul face à Metz (1-1) et un succès contre Troyes (3-0). Malheureusement, cette défaite contre Reims (0-3) nous a stoppés dans notre marche en avant. On a très envie de battre Nantes pour accrocher la locomotive de tête. Avez-vous une saveur toute particulière, au vue de votre carrière au FC Nantes, à affronter les hommes de Baptiste Gentili ? Oui, cette rencontre reste toute particulière pour moi. J'ai connu mes plus belles heures de gloire en tant que footballeur professionnel. C'est aussi dans ce club que j'ai débuté ma carrière de technicien à travers les gardiens. Même si j'ai obtenu de bonnes statistiques avec la réserve des Girondins de Bordeaux et avec Angers, c'est Nantes qui m'a mis le pied à l'étriller pour mon métier d'entraîneur. Au tiers de la saison, comment expliquez-vous la saison en dents de scie d'Angers ? On est inconstant dans les résultats. Pourtant, on voyage bien car nous sommes la seule équipe (avec Le Mans, ndlr) avoir disputé plus de matches hors de nos bases, avec un calendrier difficile (8 rencontres à l'extérieur et 6 à domicile). Sur nos deux derniers déplacements, on prend un but dans les cinq premières minutes de jeu. A la maison, on est en net regain de forme. Mais, on doit améliorer notre efficacité dans le dernier geste car on produit du jeu, on se crée trop d'occasions devant le but sans les mettre au fond. "Faire parler de nous de manière positive" Votre dernière défaite face à Reims, vous inquiète-t-elle ? Face à Reims, on les a mis dans d'excellentes conditions en encaissant un but dès les premières minutes de la partie. On a réalisé une bonne prestation avec une possession de balle de 57% et 18 tirs durant ce match. Cette défaite ne me préoccupe pas plus qu'une autre. Je suis tourné vers l'avenir car le match le plus important, c'est vendredi face à Nantes. Vous avez pris sept buts à l'extérieur. Comment l'expliquez-vous ? C'est toujours délicat de prendre un but dès le début du match, c'est compliqué de l'emporter par la suite. Ces temps-ci, on a fait match nul à Evian-Thonon, à Metz et on l'a emporté à Troyes, qui était sur le podium. Malheureusement, on a pris une leçon de réalisme face à Reims. Il y a des choses à modifier mais on n'est qu'au tiers de la saison et mon équipe à la qualité pour revenir tranquillement Nous travaillons dur et nous avons l'occasion jusqu'au mois de décembre de recevoir des équipes qui sont devant nous comme Nantes, Châteauroux ou Tours. Nous avons encore le temps de faire parler de nous dans ce championnat et de manière positive. Vous avez inscrits 12 buts en 14 journée de Championnat. Pensez-vous que votre équipe est en manque de réussite ? Je ne sais pas. Je trouve que l'on a un potentiel offensif mais que l'on n'arrive pas à concrétiser toutes nos occasions. On aurait dû mettre quatre ou cinq buts de plus mais on frappé énormément sur les poteaux ou les barres transversales. Nos attaquants ont aussi manqué un peu de lucidité dans le dernier geste. "Faire un beau parcours en Coupe de France" Éliminés de la Coupe de la Ligue au premier tour, la Coupe de France restent-elle un objectif phare de cette saison ? L'année dernière, on a été éliminé par Quevilly. Ces rencontres pourront nous amener de la confiance mais il faudra faire attention car cela pourrait être tout aussi des rencontres pièges. Même si le match le plus important, c'est vendredi face à Nantes. On a envie de faire un beau parcours en Coupe de France. Nous aborderons cette compétition avec beaucoup de motivation. Vous êtes en poste depuis 2006. La confiance de vos dirigeants et de votre équipe est-elle toujours intacte? Je l'espère. Le jour où vous perdez la confiance de vos joueurs et de vos dirigeants, c'est difficile de continuer. Pour l'instant, mes hommes adhèrent toujours à mon discours. A l'heure actuelle, je ne pose même pas ce genre de questions.