Garcia: "Il faut l'accepter"

  • A
  • A
Garcia: "Il faut l'accepter"
Partagez sur :

Déçu mais digne dans la défaite, au point d'avoir le fair-play de saluer les qualifications de Marseille et de Lyon pour les huitièmes de finale de la Ligue des champions, Rudi Garcia n'avait pas rien à reprocher à ses joueurs à l'issue du match nul (0-0) concédé face à Trabzonspor qui élimine le Losc de toute compétition européenne. L'entraîneur nordiste n'avait qu'une idée en tête : rebondir en championnat pour retrouver cette compétition mais cette fois-ci dans le grand stade.

Déçu mais digne dans la défaite, au point d'avoir le fair-play de saluer les qualifications de Marseille et de Lyon pour les huitièmes de finale de la Ligue des champions, Rudi Garcia n'avait pas rien à reprocher à ses joueurs à l'issue du match nul (0-0) concédé face à Trabzonspor qui élimine le Losc de toute compétition européenne. L'entraîneur nordiste n'avait qu'une idée en tête : rebondir en championnat pour retrouver cette compétition mais cette fois-ci dans le grand stade. Rudi, comment réagissez-vous à cette élimination ? C'est une cruelle déception. Je suis très déçu pour les joueurs, pour le club. On a beaucoup tenté et il n'y a pas grand-chose à reprocher aux joueurs. On n'a pas réussi à mettre ce petit but qui nous aurait envoyé en huitièmes de finale. On n'a eu ni la réussite ni l'adresse, malgré une première période de haut niveau. Il aurait fallu marquer ce premier but qui nous aurait ensuite offert des espaces. Mais il faut accepter la sanction sportive. C'est une marque de fatalisme ? Non, on n'est pas fataliste. Mais en toute logique, si on n'a pas réussi à battre Trabzonspor chez nous, c'est normal que l'on ne soit pas dans les seize dernières équipes de Ligue des champions. Le plus étonnant, c'est la position des Turcs, parce qu'à l'arrivée ils se sont donnés aucune chance de se qualifier en ne jouant pas ce soir. Jouer n'est pas gagner... Le jeu n'a pas été récompensé. C'est comme ça... Mais je suis content de la performance des joueurs dans cette compétition. Encore ce soir, le Losc a joué son jeu. On n'a pas été tétanisé par l'enjeu. J'espère que l'on a emmagasiné de l'expérience pour la suite de nos aventures en coupe d'Europe. On a très envie de retourner en Ligue des champions et on sait comment faire. Comment ? Il va falloir se remobiliser et se pencher sur le championnat parce que n'est qu'en finissant dans les trois premiers que l'on pourra vivre de grands moments en Ligue des champions dans notre grand stade où ça sera certainement plus facile de peser sur les événements qu'au Stadium. On sait ce qu'il nous reste à faire : se remobiliser psychologiquement et bien préparer la suite du championnat qui restait et restera la priorité pour nous. On va travailler là-dessus. Il va falloir penser nos plaies. Et puis, il y a un match dès dimanche. C'est peut-être la meilleure solution, c'est de retourner sur le terrain et faire en sorte de continuer à avancer en championnat. "Personne n'a triché, tout le monde a donné son maximum" Eden Hazard a parlé de défaite. Un lapsus révélateur ? Oui, c'est une défaite dans le sens où on n'a pas réussi à se qualifier, il a raison de ce point de vue. Après, on savait qu'un nul ou une défaite ne changeait pas grand-chose pour nous. Il nous fallait gagner. On n'a pas réussi à le faire. Mais on ne peut rien reprocher aux joueurs en termes d'investissement. Et c'est ce qui compte le plus. Le Losc est-il à sa place en queue de ce groupe ? On a surtout manqué ces points qui nous tendaient les bras lors de la première journée contre Moscou et puis lors de notre déplacement en Turquie. A chaque fois, on a mené. Et quand on peut prendre trois points, l'expérience le dit, il faut savoir les prendre. Ça nous aurait évités d'avoir à nous imposer à Moscou, ce que l'on a très bien fait, et de ne pas être, comme ce soir, à l'abri d'un manque de réussite. C'est une leçon de réalisme : il faut savoir marquer dans les moments forts et être beaucoup plus solides dans les moments faibles. C'est une histoire de détails. On est en apprentissage. Il faudra que ça nous serve pour la suite du championnat d'abord et ensuite, on l'espère, pour une prochaine fois en Ligue des champions. Marseille et Lyon ont réussi à se qualifier grâce à des exploits. Lille est passé à côté alors que c'était peut-être le club français le mieux placé. Est-ce aussi un manque d'expérience ? Certainement. D'ailleurs, j'en profite pour féliciter Marseille et Lyon, c'est très bien pour eux et pour le football français. On aurait les accompagner mais on va les laisser seuls continuer l'aventure. C'est clair qu'en termes d'expérience, on a besoin de grandir. Quand on a un match décisif comme celui-là à jouer, il faut être capable de le gagner, même s'il ne nous a pas manqué grand-chose. Mais bon, personne n'a triché, tout le monde a donné son maximum. Ce n'était peut-être pas suffisant... Au moins a-t-on déjà beaucoup appris.