Frazier perd son dernier combat

  • A
  • A
Frazier perd son dernier combat
Partagez sur :

Mohammed Ali a perdu l'un de ses plus grands rivaux. A 67 ans, Joe Frazier est décédé lundi soir à Philadelphie, terrassé par un cancer du foie diagnostiqué il y a peu. Ancien champion du monde des lourds au début des années 1970, «Smoking Joe» avait été le premier à battre Mohammed Ali lors du «combat du siècle» le 8 mars 1971, avant de s'incliner à deux reprises face à «The Greatest» en 1974 et 1975.

Mohammed Ali a perdu l'un de ses plus grands rivaux. A 67 ans, Joe Frazier est décédé lundi soir à Philadelphie, terrassé par un cancer du foie diagnostiqué il y a peu. Ancien champion du monde des lourds au début des années 1970, «Smoking Joe» avait été le premier à battre Mohammed Ali lors du «combat du siècle» le 8 mars 1971, avant de s'incliner à deux reprises face à «The Greatest» en 1974 et 1975. Mohammed Ali, George Foreman, Joe Frazier. A eux trois, ces boxeurs américains auront écrit certaines des plus belles heures de la boxe américaine et mondiale, offrant aux amateurs du noble art des combats de légende au début des années 1970. Né le 12 janvier 1944 en Caroline du Sud, Joe Frazier accède à la notoriété à l'âge de 20 ans, devenant champion olympique des lourds à Tokyo, avant de devenir professionnel dans la foulée. Mais le pic de sa carrière, «Smoking Joe» va le connaître lors de ses trois combats légendaires face à celui qui va hanter sa vie de boxeur, Mohammed Ali. Ce dernier suspendu pour avoir refusé d'incorporer l'armée américaine, Joe Frazier devient champion du monde en 1970 avant de remettre sa couronne en jeu le 8 mars 1971 au Madison Square Garden de New York face à celui qui, en public, n'a de cesse de l'humilier, moquant son style il est vrai peu spectaculaire, mais très efficace. Aussi effacé qu'Ali est hâbleur, Joe Frazier crée cependant la surprise au cours de ce qui est alors appelé «le combat du siècle» en s'imposant au terme de quinze rounds très accrochés mais avec une décision prononcée à l'unanimité des juges. Hospitalisé à l'issue de ce combat d'une rare violence, le tenant est dépossédé de sa ceinture mondial début 1973 par George Foreman, mis KO à Kingston (Jamaïque) au cours d'un combat nettement dominé par le challenger. "J'ai battu Ali les trois fois" Un an plus tard, pour un championnat nord-américain, Joe Frazier, qui a alors 32 ans, retrouve Mohammed Ali qui prend sa revanche et lui inflige une défaite sur décision des juges. La rivalité entre les deux hommes connaîtra son «climax» lors de la belle, organisée en octobre 1975 à Manille, aux Philippines, et connue sous le nom de «Thrilla in Manilla». Là encore, les deux hommes se rendent coup sur coup, Frazier s'accrochant avec l'énergie du désespoir, conscient de jouer une de ses dernières cartes pour revenir au sommet de la planète boxe. Mais les coups de «The Greatest» sont les plus forts, et Eddie Futch, l'entraîneur de «Smoking Joe» prend la décision d'arrêter son poulain à l'amorce de la 15e et dernière reprise, ce dont ce dernier ne se remettra jamais, persuadé d'avoir encore les moyens de faire tomber Ali et même d'être supérieur à son rival. Plus de 30 ans plus tard, dans une interview au New York Times, il déclarera ainsi: "Je sais qui je suis, et oui, j'ai battu Ali les trois fois. Ali disait toujours que je ne serais rien sans lui. Mais qu'aurait-il été sans moi ?" Ce combat dans la fournaise philippine sera quasiment son dernier, puisqu'il ne reboxera plus que deux fois, s'inclinant encore face à George Foreman, la quatrième et dernière défaite de sa carrière (pour 32 victoires, dont 27 par KO), en 1976, avant de tenter un come-back en 1981, à 37 ans, soldé par un nul face à Floyd Cummings. Par la suite, il deviendra entraîneur, notamment de son fils Marvis et de sa fille Jackie, battue par Laila Ali... la fille de Mohammed Ali, en 2001, finissant sa vie sans le sou, à Philadelphie, mais respecté par le public américain et les amateurs de boxe. Il n'est qu'à voir les éloges tombés depuis l'annonce de sa mort pour comprendre que Joe Frazier aura marqué l'histoire de son sport.