France-Brésil: les déclarations

  • A
  • A
France-Brésil: les déclarations
Partagez sur :

Voici les déclarations de plusieurs joueurs de l'équipe de France à l'issue du succès des Bleus face au Brésil, mercredi au Stade de France (1-0): Karim Benzema : C'est une très bonne soirée qui se termine avec une belle victoire face à une très grande équipe. Même si ça reste un match amical, il fallait le gagner et c'est un plaisir de jouer contre le Brésil. Marquer contre le Brésil vous en rêviez ? Oui, je suis cette équipe depuis tout petit, jouer contre eux c'était un rêve, marquer et alors qu'il y a la victoire, je suis très très content. C'était difficile en première période car c'est une équipe qui endort avec ses passes, il fallait les attendre, ils se sont procurés des occasions. Ensuite quand ils ont été à dix, on s'est lâchés on a eu le monopole du ballon. Mourinho ? Je ne sais pas, je pense qu'il a vu le match, c'est tout. Ça n'a rien à voir, je suis en équipe de France pas avec le Real. Philippe Mexès : On début on a beaucoup raté, on a eu du mal à rentrer dans le match, parce qu'on était tendus. Après tout le monde s'est libéré, moi aussi, ça restera un match de référence avec le match en Bosnie. Le point positif, c'est qu'on n'a pas pris de but donc tout va bien. Chaque match est un test, derrière on a la confiance du coach, on a son soutien, on essaye de se libérer pour apporter le maximum. Un patron en défense ? Non, Adil (Rami) parle beaucoup, aide beaucoup Bacary (Sagna), moi j'aide plus ou moins Eric (Abidal), on se parle tous, il n'y a pas un chef, il y en a quatre, on s'aide mutuellement. Il faut profiter des ces moments car ils sont exceptionnels, j'ai beaucoup vécu en équipe de France et ce sont certainement les meilleurs jours en Bleu que j'ai passé ces dix dernières années. Florent Malouda : On a essayé de rivaliser techniquement et dans la conservation de la balle. On savait qu'il fallait passer par les côtés car ils sont bien regroupés dans l'axe. Le piège pour nous aurait été de se livrer trop haut. En première période, c'était une bataille tactique, on a su être patient et on a été récompensé par le but de Karim (Benzema). Offensivement, il y a eu pas mal de mouvements, de permutations et beaucoup de tentatives. Jérémy Ménez : Ça donne confiance, l'équipe de France reste sur plusieurs résultats positifs et on voulait rester sur cette lancée. On l'a fait ce qui va nous donner encore plus de confiance pour la suite. C'est vrai que ça a été plus facile à 10 contre 11 mais même à 11 contre 11 ils ont eu plus le ballon mais sans être très dangereux non plus. Je pense qu'on a bien mérité cette victoire. Personnellement, je me suis senti plus à l'aise que face à la Biélorussie, au début je voulais jouer simple sans perdre le ballon et puis petit à petit je me suis senti en confiance. Le but donné à Karim ? Oui ça m'a fait plaisir et ça a dû se voir. C'est la famille et même si ce n'est pas moi qui marque, on profite tous ensemble. Hugo Lloris : C'est un grand soir pour nous, une belle récompense du travail fourni ces 6 derniers mois. Pendant le match il y a eu des circonstances qui ont joué en notre faveur et qui ont eu des conséquences sur la rencontre. Mais il faut souligner que jouer à 11 contre 10 ce n'est jamais évident, notamment face à des Brésiliens qui sont très fort techniquement et sur la vivacité. Il fallait se méfier et on a fait le match qu'il fallait malgré 15-20 premières minutes de flottement dues au pressing des Brésiliens. On aurait dû prendre moins de risques mais on a cherché à jouer et c'est toujours bien, surtout lors des matches amicaux. C'est une étape supplémentaire mais il ne faut pas s'enflammer, il y a un match important au mois de mars contre le Luxembourg qui reste le Luxembourg mais il faudra gagner là-bas. Après l'Angleterre, le Brésil, c'est bien, c'est dans la continuité. Pour la confiance, c'est positif. Alou Diarra : Ce sont de bons moments à vivre pour un footballeur que de battre le Brésil au Stade de France. Je pense qu'on a montré un visage costaud face à une très bonne équipe même si on a été avantagé par l'expulsion d'Hernanes, on l'a provoquée, ça fait partie du jeu. On s'est procuré pas mal d'occasion et battre le Brésil qui est une référence au niveau mondial ça va nous donner beaucoup de confiance. Le groupe est en train de grandir et c'est de bon augure pour les prochaines échéances. Maintenant, il faut rester humble, il n'y a qu'à regarder le classement Fifa, il y a du boulot. On montre qu'on est capable de rivaliser avec des équipes du standing du Brésil, ça nous réconforte dans notre travail pour pouvoir préparer sereinement les rendez-vous de mars. Eric Abidal : Je pense qu'on a bien maîtrisé notre sujet en deuxième période, c'était un peu plus difficile en première. Il y a l'expulsion, ça fait partie du match mais j'aurais préféré que ce soit autrement pour que le match devienne plus compliqué et que le niveau des équipes soit le même. Ma prestation ? Je n'ai pas trop apporté offensivement, c'est le jeu qui demandait ça. La satisfaction, c'est le collectif, ce n'était pas facile face à une équipe du Brésil qui, même à 10, gardait bien le ballon. Ce n'était pas facile d'aller les presser. La charnière Rami-Mexès est solide, ce n'est pas nouveau, c'est bien d'avoir des défenseurs qui rassurent l'équipe et qui sont costauds. Il faut noter qu'on ne prend pas de but et qu'Hugo n'a pas eu beaucoup d'arrêts à sortir, c'est le principal. Adil Rami : Ce n'est jamais parfait mais on peut être satisfait collectivement d'avoir marqué sans prendre de but, d'autant qu'ils ont une armada offensive de classe. Ils nous ont pressés durant les 15 premières minutes, il a fallu faire le dos rond. Par la suite, malgré leur pressing, on a su jouer au ballon et même si on a fait des erreurs techniques on n'a pas eu peur de jouer dans les pieds et de garder le ballon. Yann M'Vila : On ressent une grande confiance même si le Brésil a joué à 10 presque toute la partie mais la manière est là et la victoire est au bout. En début de match, ils ont bien joué le coup, on les a laissés jouer et du coup ils ont eu le temps de s'organiser. Eux par contre, ils nous ont pressés de tous les côtes donc on n'a pas pu mettre notre jeu en place. L'expulsion ? Oui, ça change tout, il faut dire clairement les choses. Ma prestation ? C'est vrai que j'étais moins à l'aise que d'habitude (en Bleu), je n'ai pas d'explication.