France-Bosnie: Les réactions

  • A
  • A
France-Bosnie: Les réactions
Partagez sur :

Voici les réactions après le match nul entre la France et la Bosnie obtenu mardi au Stade de France (1-1). Un résultat qui envoie les Bleus à l'Euro 2012. Hugo Lloris: On est soulagés car le match a été difficile. On l'a rendu compliqué avec une première période timide contre une équipe de Bosnie qui a réalisé de belles choses et qui méritait de mener 1-0. En deuxième période, on a montré notre vrai visage, celui d'une équipe conquérante. Je pense que notre début de match timoré est dû à notre manque d'expérience. On a montré une belle force de caractère et les ressources pour se procurer des occasions et sur le penalty Samir a eu la lucidité de le prendre à contrepied. Cette qualification va nous permettre de travailler sereinement jusqu'à l'Euro. C'est le genre de match avec de l'enjeu et de la tension qui va nous faire progresser. Sur l'ensemble, c'est un beau parcours. Samir Nasri: On est soulagés et heureux car on a accroché la qualification et c'était l'objectif de départ. On n'a pas attaqué le match comme il fallait, ça a été très difficile car la Bosnie a bien joué et s'est procuré pas mal d'occasions. On a raté notre entame car on est un peu jeunes et on s'était mis beaucoup de pression, on avait joué le match avant dans nos têtes. On s'est fait secouer à la mi-temps par Jean-Louis (ndlr, Gasset, adjoint de Blanc) et on est revenus avec de meilleures intentions en jouant plus haut et on les a mis en difficultés. Oui sur le penalty, il y avait une grosse pression mais il faut prendre ses responsabilités. Ça faisait un petit moment que je n'avais pas marqué mais je préfère marquer moins mais le faire pour des matches comme ça. VIDEO: Samir Nasri raconte son penalty Kévin Gameiro La première période a été catastrophique face à une bonne équipe de Bosnie qui avait des joueurs techniques. A la mi-temps, Laurent Blanc nous a expliqué qu'il fallait changer les choses, il nous a demandé si on voulait aller à l'Euro. On a su réagir pour obtenir notre qualification pour l'Euro et c'est le principal. Je suis très content, c'est magnifique de se qualifier pour l'Euro car il y avait beaucoup de pression. Laurent Blanc: C'est une satisfaction car l'objectif est rempli. Certes, le match a été compliqué à cause d'une bonne équipe de Bosnie mais à la mi-temps j'ai dit aux joueurs que quitte à perdre le match et en passer par les barrages, autant le jouer ! Pendant 45 minutes, ça n'a pas été le cas, on a laissé trop de liberté à la Bosnie qui en a logiquement profité. Ensuite, j'ai aimé la réaction des joueurs en seconde période, on a eu davantage le ballon et on a su concrétiser sur une de nos occasions. Je retiendrai la seconde période et la qualification. Eric Abidal: On peut savourer la qualification après un match compliqué. On est passé à travers durant la première période, on les a laissés jouer alors qu'ils sont à l'aise techniquement, et le discours du coach à la pause nous a permis de réaliser une meilleure deuxième période. On a réussi à aller de l'avant. Ma prestation ? Physiquement c'était compliqué, ça me tire. Il y avait Dzeko qui est costaud. A l'Euro, si on rate une mi-temps comme ça on peut le payer cash. Mais on va désormais pouvoir travailler ce qui nous manque et puis il va y avoir les retours des blessés et avec le groupe au complet, ce sera mieux. Anthony Réveillère: Le plus important, c'était la qualification. On pensait qu'on allait mieux aborder ce match mais la Bosnie était venue pour jouer et n'avait rien à perdre. Leur objectif, c'était les barrages. Ils ont joué le jeu. C'était difficile pour nous mais on n'a pas lâché et on s'est repris en seconde période. Pourquoi on a autant subi ? Je pense qu'il y avait un petit peu de tout. On a également été surpris que la Bosnie prenne le match par le bon bout techniquement. Ils ont amené le danger assez souvent. Ils avaient une équipe assez défensive à la récupération, sur le côté gauche, et des joueurs prêts à exploser en contres. C'est ce qui s'est passé sur la moindre perte de balle. A la pause ? On s'est dit les choses, qu'il fallait montrer autre chose, un autre visage par rapport à ce qu'on sait faire et par rapport à l'événement. C'était une finale même si on savait que le match nul nous qualifiait. Il n'y avait pas à paniquer mais à revenir au score par le jeu, en faisant des efforts et en reprenant le match différemment en seconde période. On est qualifié pour l'Euro et c'est très bien. On a fait beaucoup d'efforts. Après le match ? Il y avait de la fatigue, un peu de tout, mais de la joie surtout. Le plus important, c'était de se qualifier. On va pouvoir plus travailler ensuite. Avec les matches amicaux et toute la préparation, on va pouvoir aborder l'Euro qui se profile au mois de juin. Adil Rami: C'était un moment particulier, une première pour nous et, inconsciemment, il y avait peut-être un peu de pression. C'était très difficile. Le discours de Laurent Blanc à la pause? Il nous appartient mais il nous a rassurés et avait confiance en nous. Je ne peux pas tout dire. La Bosnie ? On savait que c'était une équipe avec beaucoup de qualités offensives et qui n'avait rien à perdre. Nous, on était à la maison, on avait les cartes en main. Si on s'est vu en barrages? C'est vrai qu'on s'est posé des questions à un moment donné mais, tant qu'il y avait du temps, il y avait de l'espoir. Un mot sur Dzeko ? C'était dur, c'est un bon joueur en pivot, capable de demander des ballons dans la profondeur. Sur le match aller, j'étais plutôt bien sur lui mais, ce soir, c'était plus délicat. Il y a des jours avec et des jours sans, c'est comme ça, mais je retiens cette qualification. VIDEO - Florent Malouda: "Nous étions tétanisés" Marvin Martin: On a été récompensé même s'il y a eu des moments difficiles. C'est bien et c'est une belle qualif' ce soir. Comme à chaque fois que je suis appelé en équipe de France, c'est beaucoup de plaisir, je suis vraiment très content d'être avec tout le monde. Ce n'est que du bonheur. A chaque fois que Laurent Blanc fait appel en moi, j'essaie de faire du mieux possible. Jérémy Ménez ? Il a fait un très gros match. C'est vrai que c'était important. Même pour lui, il avait envie et a vraiment montré ses qualités. Yohan Cabaye: Il y a eu deux périodes ce soir. La première n'a pas été très bonne mais la seconde a été bien meilleure. Au final, on a pris le point qu'il fallait, on s'est qualifié et on va attendre tranquillement le tirage. La qualification était le plus important ce soir même si on s'était dit avant qu'on allait jouer pour gagner. Il y a eu un adversaire qui a aussi très bien joué et qui voulait également gagner. On n'a pas lâché jusqu'à la fin et, au final, on a été récompensé. C'est très bien. Maintenant, on va se confronter aux meilleures équipes européennes. On aura 8 mois pour travailler et ça va être intéressant. Vivement l'Euro! Une équipe est-elle en train de se former ? On a passé dix jours avec une belle ambiance et un très bon état d'esprit. Maintenant, on sait qu'on bosse aussi pour le collègue qui est à côté sur le terrain. C'est important. On forme une équipe et le staff a bien réussi à nous faire comprendre ça. Et les joueurs aussi ont bien adhéré. C'est très bien. La preuve ce soir, on n'a rien lâché jusqu'au bout. Les remplaçants qui sont entrés ont très bien joué. On était 23 et on s'est qualifié à 23 plus ceux qui étaient absents. C'est très bien. VIDEO - Jérémy Ménez: "On a eu chaud"