France-Albanie: Les réactions

  • A
  • A
France-Albanie: Les réactions
Partagez sur :

Voici les déclarations des joueurs de l'équipe de France, après le succès enregistré face à l'Albanie (3-0) vendredi soir au Stade de France.

Voici les déclarations des joueurs de l'équipe de France, après le succès enregistré face à l'Albanie (3-0) vendredi soir au Stade de France. Yohan Cabaye: "On est satisfait, c'était important de bien penser à ce match face à l'Albanie avant la Bosnie. Ça s'est bien passé, on voulait marquer rapidement et ça nous a libérés. On a su être patient et les presser haut. On a réalisé la première partie du travail, mais mardi ce sera un autre match face à un autre adversaire, avec la qualification pour enjeu. Ce sera à nous de bien maîtriser ce rendez-vous. Ma blessure ? J'ai été touché à la cheville, ça faisait très mal. Je ne sais pas ce qu'il y a, si c'est une entorse, on passera des examens samedi. C'était très douloureux et je n'ai pas voulu prendre de risque." Marvin Martin: "Je me sens bien dans ce groupe, c'est une très belle victoire, c'est bon pour la confiance avant la rencontre de mardi (ndlr, face à la Bosnie). Le fait de jouer à deux attaquants était un choix offensif, ça montre qu'on peut évoluer dans plusieurs systèmes. Sur ma passe ? "Anto" (ndlr, Réveillère) la met super bien, il faut le féliciter comme tout le collectif, qui a fait un super match. On avait des blessés, on savait que ce serait difficile sans eux, mais ceux qui les ont remplacés ont montré leurs qualités." Bafétimbi Gomis: "On est content car on voulait bien jouer devant notre public. Il y a eu de la qualité et des buts, ce qui est bien pour la suite. On devait prendre les trois points avant le match contre la Bosnie, c'est fait. Mon match ? J'ai l'habitude de jouer en pivot, des fois ça sourit, d'autres fois non. Ce n'était pas facile, il fallait aller au combat sans jamais renoncer, créer des espaces et fixer la défense pour les autres. C'était la première fois que je retrouvais le groupe avec Laurent Blanc et on travaille bien, dans la bonne humeur. J'ai tout fait pour me sentir bien dans ce groupe talentueux. Il faudra récupérer et travailler, dans l'optique de la rencontre de mardi. On jouera pour la gagner. Je serai bien évidemment à la disposition de l'entraîneur, mais l'essentiel sera la qualification." Djibril Cissé: "Oui, ça fait du bien d'entendre le public, c'est beau, ça fait plaisir. Je me sens boosté, et encore plus disposé à être en équipe de France. Je ne m'attendais pas vraiment à un tel accueil, ça me touche car j'ai vécu beaucoup de galères en équipe de France, alors un peu de soleil ça fait du bien. Pourquoi cette ovation ? Peut-être parce que j'ai clamé haut et fort mon amour pour l'équipe de France, j'avais de la détermination et de l'envie. L'équipe a fait un bon match en marquant trois buts. C'est une bonne chose de faite, mais il ne faut pas s'enflammer. C'est toujours bien d'avoir de l'avance, mais contre la Bosnie on ne va pas calculer, et tout faire pour gagner. On ne jouera pas le match nul." Adil Rami: "Ce soir on est content, mais il reste du boulot. Dans quatre jours, on a un match très important, et ce qui est bon, c'est qu'on a encore les cartes en main. C'est l'essentiel. L'association avec Kaboul ? C'était bien. Je pense qu'on n'a pas eu énormément de boulot non plus mais sinon, sur le match en lui-même, c'était plutôt bien. Encore deux blessés ? Ça, c'est le petit hic du moment. On va devoir faire avec. Il y a des remplaçants, des joueurs qui sont appelés pour, et d'autres qui vont devoir prouver, ça fait partie du football. C'est embêtant bien sûr, mais on va devoir faire avec. On n'a pas trop le choix. Pour la Bosnie, il faudra mettre le bleu de chauffe et répondre présent. L'équipe de France est-elle sereine ? Avec du temps, de l'entraînement, on commence à être un peu plus en confiance et on a la France derrière nous, le stade, le public. Ça peut nous permettre de nous relâcher. Il va falloir en profiter et leur montrer qu'on est chez nous." Yann M'Vila: "On est content. On a voulu poser notre jeu et surtout ne pas encaisser de but. C'est mission accomplie et, devant, les joueurs ont été efficaces pour la mettre au fond. Ça nous fait beaucoup de bien et nous donne beaucoup de confiance pour mardi. A la mi-temps, on avait deux buts d'avance mais on n'a pas voulu revivre le même scénario qu'à l'aller. Le coach nous a dit d'en mettre un troisième. C'est ce qu'on a fait et après, on a essayé de dérouler en étant quand même bien regroupé derrière. Une finale contre la Bosnie ? A nous de montrer qu'on est confiant et qu'on a les qualités pour aller le plus haut possible et remporter ce match. En position de force ? Bien sûr, on est chez nous, avec un très bon public, qui nous supporte bien. On est premiers du groupe, on est les leaders et on va montrer qu'on veut le rester. L'éventualité d'un barrage ? Nous, on n'y pense pas. Ce qu'on veut, c'est être premiers et gagner le match de mardi." Anthony Réveillère: "Patrice Evra a eu une petite alerte et il y a eu un changement poste pour poste à la mi-temps. Je me suis donc retrouvé sur l'aile gauche. Mon but ? C'est un clin d'oeil, le but du 3-0. C'est mon premier en bleu. Je n'en ai pas marqué beaucoup dans ma carrière, mais ça fait toujours plaisir de marquer en équipe nationale, surtout au Stade de France. J'ai ressenti beaucoup de fierté. On pense à beaucoup de personnes qui nous regardent. On est content. C'est surtout une joie intérieure. La finale contre la Bosnie ? Oui, il faudra surtout penser à bien récupérer pour ce match qui va arriver vite, bien soigner les petits bobos, et être prêt pour ce match. Être prêt à 200% devant notre public. Ça va être un beau match à jouer, et à gagner. Jouer le nul ? Il faudra faire un match intelligent, mais on joue pour gagner. On est chez nous, il faudra jouer le match et pas le déjouer. Ce sera plus difficile pour nous. Il faudra être patient, mais il ne faut pas oublier qu'on joue chez nous, avec l'appui de notre public. C'est le 12e homme, et c'est quand même un atout." Hugo Lloris: "On a su mettre beaucoup de volonté et de maîtrise dans notre jeu, et on a été récompensé par ces trois buts. Mes arrêts ? Il faut toujours rester vigilant dans ce genre de match. Ce sont des ballons toujours un peu limite, il faut faire des choix. Maintenant, le plus important c'était de prendre ces trois points, qui conditionnent un peu le match de mardi contre la Bosnie. On aura l'avantage d'avoir un point de plus que l'adversaire. Le brassard ? C'est une grande fierté, toujours un plaisir, mais ce n'est pas le plus important pour moi. On a tous des responsabilités au sein du groupe. Le brassard reste symbolique, c'est le choix du sélectionneur. Que ce soit moi ou un autre, c'est la même chose. Le plus important, c'est d'avoir pris les trois points, et de bien se reposer avant le match de mardi. On a mis beaucoup de volonté, l'adversaire n'était que l'Albanie, avec tout le respect qu'on a pour eux. Ils sont venus, ils ont joué avec leurs armes, les têtes libérées. Il fallait rester concentrés et vigilants jusqu'à la fin. Ce 3-0, c'est un bon résultat qui nous permet d'acquérir de la confiance, de rester sur une bonne dynamique et de bien préparer le match suivant." Samir Nasri: "On l'a fait, on l'a bien fait. Désormais, il faut se concentrer sur le match de mardi, qui sera la grande finale de ce groupe. Ce serait un piège de les attendre, d'essayer de faire match nul. On va jouer notre football en essayant de les mettre en difficulté. C'est bien, parce que c'est une équipe qui joue. Il y aura un peu plus d'espaces. On va essayer de gagner et de ne pas calculer le résultat. On avait à coeur de faire un beau match, surtout avec tous les forfaits et les blessures qu'il y a eus en début de semaine. Chacun a pris ses responsabilités, et le groupe a montré un certain collectif. C'est bien pour le match de mardi. C'est le lot d'une équipe d'avoir des blessés. Maintenant, on fera le point avec les joueurs qui le sont pour voir s'ils sont forfaits ou non. On espère récupérer Eric (ndlr, Abidal) et Kévin (ndlr, Gameiro). Ma réponse aux critiques ? Je n'ai pas cherché à répondre à quoi que ce soit. Comme je l'ai dit, je me suis trompé le mois dernier en voulant faire la guerre n'importe comment... Ce n'est pas la solution. La solution, c'est de jouer au football, c'est ce que je sais faire de mieux. J'ai essayé de montrer mon envie et de bien faire car le mois dernier, je n'ai pas agi comme j'ai été éduqué. C'est mieux que mes deux dernières sorties, mais on a seulement fait la moitié du travail. Il faudra sortir une grosse performance mardi. Si j'ai parlé avec Edin Dzeko ? Avant l'Albanie, on était concentré sur ce match-là. Maintenant, j'ai bien envie de gagner pour ne pas rentrer à Manchester et me faire chambrer. Il y a Misimovic, Pjanic, plein de bons joueurs dans cette équipe. Le piège serait de ne se concentrer que sur Dzeko." Loïc Rémy: "L'important, c'était de bien d'aborder ce match et de l'emporter, ce qu'on a fait. On savait que derrière, il y avait une petite pression. On l'a abordé sereinement, on a su faire du jeu, se créer des situations et, au final, marquer des buts. On est plutôt content de ce qu'on a effectué. On reste sur une série de matches sans défaite. J'ai eu la chance de jouer ce soir, le malheur des uns fait le bonheur des autres. Karim (ndlr, Benzema) a été blessé mais, pour moi, il fallait surtout saisir cette opportunité-là pour marquer des points. Est-ce que je l'ai fait ? Je ne suis pas là en spectateur. J'ai ma carte à jouer, je la joue pleinement et on verra ce qu'il se passera par la suite. Est-ce que le point le plus dur à prendre sera contre la Bosnie ? Elle voudra aussi se qualifier, mais on est plus en position de force. Ce sera à cette équipe de venir chercher ce qu'elle attend. Nous, on ne va rien lâcher. Ils vont vouloir se découvrir, et devant on aura des espaces. Ça risque d'être un bon match, une finale, mais il faudra déjà bien se reposer après ce match éprouvant physiquement. On a encore quatre jours pour bien récupérer. Ça va être le maitre mot: la récupération. Si je suis candidat pour jouer ? Pas de souci, si on fait appel à moi, je serai à 100%. Mon travail côté droit ? Le coach nous a laissé de la liberté devant. C'est un système dans lequel on n'a pas l'habitude d'évoluer, mais on a vu que ce soir, on pouvait jouer avec "Bafé", qui est un bon point d'appui, et moi qui aime bien prendre la profondeur. Derrière, on a des joueurs comme Cabaye et Nasri qui peuvent nous distiller de très bons ballons. Ça peut donner quelque chose de bien."