Fourcade: "Le niveau va se resserrer"

  • A
  • A
Fourcade: "Le niveau va se resserrer"
Partagez sur :

Impeccable à Östersund pour le début de la saison malgré un virus qui trainait dans l'eau suédoise qui a touché plusieurs participants, Martin Fourcade entend profiter de ces premiers podiums pour emmagasiner de la confiance. De nouveau à 100%, le biathlète tricolore aspire à jouer de nouveau les premiers rôles dès vendredi pour le 10 km disputé à Hochfilzen.

Impeccable à Östersund pour le début de la saison malgré un virus qui trainait dans l'eau suédoise qui a touché plusieurs participants, Martin Fourcade entend profiter de ces premiers podiums pour emmagasiner de la confiance. De nouveau à 100%, le biathlète tricolore aspire à jouer de nouveau les premiers rôles dès vendredi pour le 10 km disputé à Hochfilzen. Comment avez-vous vécu ce premier week-end de course à Östersund ? J'ai réussi deux belles premières courses (deux podiums), j'ai tiré quasiment 100% de mon potentiel lors de cette première étape. Sur la troisième course, ce n'est pas génial aux tirs (il termine 5e). Je me dis que si la forme revient, cela devrait me permettre de faire de belles choses. C'est rassurant car en début de saison, on est toujours dans l'expectative. Je me rendais plus compte de mon niveau en tir mais on a besoin de confrontation à skis pour savoir où on en est. Comment ressort-on moralement après une première épreuve réussie ? C'est un équilibre toujours fragile, il faut se remettre en question car rien n'est acquis et chaque week-end, il faut tout remettre en place. C'est bon pour le moral et la confiance mais il faut rester vigilant comme tous les athlètes. La spirale est enclenchée dans le bon sens, j'espère aller chercher d'autres bons résultats pour accumuler davantage encore de confiance. Les Norvégiens ont dominé ce premier week-end, est-ce surprenant ? Deux Norvégiens ont dominé les débats (Svendsen et Bjoerndalen). Ils étaient forts en ski mais au tir, comme avant, on avait les moyens de les accrocher. La saison est longue et, pour l'heure, ils ont l'avantage d'avoir accumulé pas mal de courses avec les sélections norvégiennes et les courses de fond. Il faudra voir ce que cela donne sur la durée. De plus, c'est un site (Östersund) qui leur réussit souvent très bien. Il faudra voir avec la fatigue accumulée car avant ils pouvaient faire des impasses, or avec le nouveau règlement ce ne sera plus possible. "Des petits réglages à trouver" Vous allez enfin être débarrassé de votre virus. Pensez-vous progresser encore à ski ? C'est compliqué de savoir dans quelle mesure exacte le virus m'a affaibli. Il y a deux semaines on était sur le même site et ce n'était pas pareil, donc il y a objectivement une différence. Mais de toute manière, d'autres équipes n'étaient pas à leur niveau, je pense à l'Allemagne, la Russie ou l'Autriche. Ils vont revenir dans le coup rapidement. Comment expliquer que certaines équipes dont l'Allemagne puissent ainsi passer à côté ? Chacun fait préparation dans son coin et certains vont dans le bon sens et pas les autres. Il faut aussi savoir que les Russes vont organiser les championnats du monde donc ils l'ont peut-être pris en compte dans leur préparation, les Autrichiens ont eux aussi eu des malades, un petit facteur peut dérégler la machine. Le niveau sera différent, les cartes seront redistribuées même si on retrouvera peut-être les mêmes devant. Cela devrait se resserrer. Qu'avez-vous pensé de la prestation générale des Français ? Alexis (Boeuf) a fait de belles courses, Loïs Habert est aussi dans le coup après une ou deux saisons compliquées. Après Vincent (Jay) et Simon (Fourcade) n'ont pas été à leur niveau mais ce ne sont que des petits réglages à trouver, ça va venir. Vos résultats peuvent-ils servir de locomotive pour le groupe France ? Ça peut aider même si tout le monde ne réagit pas de la même manière. Certains seront abattus et d'autres motivés en se disant qu'ils sont proches à l'entraînement, qu'il y a une bonne glisse... Chacun a ses mécanismes propres.